Catégories
Découvertes

Ondara de choc !

C’est un conte contemporain ou plutôt une histoire de conviction. De Nairobi à Minneapolis, au plus près de son idole Dylan, aux Etats-Unis, J.S. Ondara veut vivre son ‘American Dream’ sur cette terre de liberté. Cruelles et infâmes désillusions depuis quelques jours.

J.S. Ondara
J.S. Ondara est un conteur d’histoire qui découvre à 17 ans comme beaucoup d’auditeurs d’NRJ en France que Knockin’ on heavens door n’est pas une rengaine des Guns N’ Roses mais une chanson d’un certain Bob Dylan. Cela va changer sa vie. Ecouter The Freewheelinva lui ouvrir un nouveau monde, le nouveau monde avec Neil Young, Ray Lamontagne, Damien Rice ou Ryan Adams.

Il traverse alors l’Atlantique comme un père pèlerin folk avec pour seul bagage son carnet de chansons et des mélodies plein la tête. Direction le glacé et depuis quelques jours glaçant Minnesota, terre natale du Zim’. Il récupère une vieille guitare Yamaha qui prenait la poussière dans la maison de sa tante à Minneapolis et apprend Knockin’ on heaven’s door, Blowing in the wind et Heart of gold puis commence à jouer ses propres chansons. Une illumination. Et continuer, avancer. De café concerts en scènes ouvertes.

Et puis un premier album, Tales of America avec Taylor Goldsmith (Dawes), Andrew Bird et Joey Ryan (Milk Carton Kids) sort en février 2019 chez Verve Records qui le découvre sur la radio locale The Current. Un bouleversement. Une voix, un charisme, un propos. Et l’enfant de Nairobi réalise son rêve, faire de la musique, sa musique qui « est un langage qui devrait transcender toutes les barrières ». Prendre la route comme ce samedi 4 mai où il renversa de simplicité et d’émotion le Transbordeur à Lyon.

Il vient de sortir un deuxième disque au débotté, Folk N’ Roll Vol 1: Tales of Isolation écrit pendant ces Days of Insanity. On est loin de ces artistes confinés tentant de rebondir sur le vent des réseaux sociaux, des sorties d’albums repoussées parce que la pangolin à mis à mal les plans marketing. Avec Ondara, point de nombrilisme d’appartement. Juste une poignée de chansons guitare voix harmonica à l’ancienne qui évoque l’isolement cher au prophétique Lennon, une thérapie personnelle qui devient la notre. From Six Feet Away s’envole très loin, l’a cappella Shower Song revigore, Pyramid Justice prend désormais un autre sens, Isolation est un impressionnant triptyque, de l’ennui au blues en passant par la dépression pour finir sur la sombre et lumineuse Ballad Of Nana Doline. Il faut aussi écouter sa re-visitation de Smells Like Teen Spirit, are we stupid and contagious ?

Comme je suis sûr qu’elle l’a été pour nous tous, j’ai trouvé que la période d’isolement épuisait mon équilibre mental. Après avoir été coincé dans une ornière mentale pendant quatre semaines, je me suis réveillé un matin et ai passé trois jours à écrire ces chansons et trois autres jours à les enregistrer dans le salon d’un ami à Minneapolis. C’était une sorte de vomissement de mots et de mélodies, compulsif et sans aucun contrôle ni préméditation. Je n’essayais pas de faire un disque, je n’essayais pas vraiment de faire quelque chose, j’essayais seulement de me fournir une sorte de thérapie, une tentative désespérée de préserver ma santé mentale. Ce sont des histoires sur les ramifications de l’isolement de toute une population ; sur les cicatrices personnelles, politiques et économiques qui perdureront pour le reste de notre vie longtemps après que nous aurons trouvé notre chemin après cela. En période de crise, l’esprit humain est mis à nu, sa volatilité s’impose et sa résilience est mise à l’épreuve. Ce récit est donc non seulement un portrait des temps bizarres dans lesquels nous sommes tombés sans le savoir, mais aussi un récit collectif de l’esprit humain naviguant dans l’incertitude. explique J.S. Ondara.

J.S. Ondara – NPR Music Tiny Desk Concert

J.S. Ondara - Folk N ' Roll Vol 1 Tales of isolement

Tracklist : J.S. Ondara - Folk N ' Roll Vol 1 : Tales of isolement
  1. Pulled Out of the Market
  2. Mr. Landlord
  3. Lockdown on Date Night Tuesday
  4. From Six Feet Away
  5. Isolation Anonymous
  6. Shower Song
  7. Pyramid Justice
  8. Isolation Boredom Syndrome (IBS)
  9. Isolation Depression Syndrome (IDS)
  10. Isolation Blues (Blame It on the Pathogen)
  11. Ballad of Nana Doline

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Ondara - Mr. Landlord

Vidéo : Ondara – Mr. Landlord

Sortie d’isolement pour Ondara avec Mr. Landlord, le dernier morceau a être somptueusement mis en images, extrait de son Folk N ‘ Roll Vol 1 : Tales of isolement.
Ondara - Isolation Blues (Blame It On The Pathogen)

Vidéo : Ondara – Isolation Blues (Blame It On The Pathogen)

Bientôt la rentrée et Ondara a toujours le blues. Mais point de visages émaciés ou de danses de Saint Guy pur cette avant dernière vidéo parisienne mais des chats qui ont peut être soufferts de la présence continuelle et envahissante de leurs maîtres.
Ondara - Pulled Out Of The Market

Vidéo : Ondara – Pulled Out Of The Market

Dans l’onde d’Ondara, la solitude est limpide et paisible. Pourtant, Pulled Out Of The Market peut s’écouter comme une belle métaphore de la rupture ou de la mise au rebut.
Ondara - Isolation Boredom Syndrome (IBS)

Vidéo : J.S. Ondara – Isolation Boredom Syndrome (IBS)

Ondara à Bali. Notre reporter folk de l’intime cloîtré poursuit la déclinaison de son Tales of isolement avec la douceur d’un noir et blanc et les gestes délicats et gracieux du jeune chorégraphe Lalu Indra Jaya Pratama.
J.S. Ondara - From Six Feet Away

Vidéo : J.S. Ondara – From Six Feet Away

“La distance grappille le temps.” écrivait Eugène Guillevic. J.S. Ondara poursuit son voyage intérieur dans le Sussex en chantant cet écartèlement imposé durant ces mois suspendus où il était parfois impossible de serrer l’autre dans ses bras.
J.S. Ondara - Shower Song

Vidéo : J.S. Ondara – Shower Song

On poursuit notre voyage en visages avec J.S. Ondara avec un nouvel extrait de son album Tales Of Isolation qui passe cette fois-ci par Tokyo avec l’a cappella Shower Song, miroir de nos âmes tourmentées.

Plus dans Découvertes

Mottron @Heart and Guts

L’intrusion de Mottron

Mottron n’est pas carré, il ne rentre pas dans les cases de la pop policée à la française. Il s’apprête à sortir son premier album, Giants le 30 octobre chez Pias Le Label.
Lomelda-Hannah © Tonje-Thilesen

Her name is Hannah !

Lomelda fait des merveilles de chansons. On avait beaucoup aimé M for Empathy l’an dernier, Hannah Read revient déjà avec Hannah, une collection de chansons bouleversantes.

Solaire Solaris Great Confusion

Accompagné par Elise Humbert au violoncelle, Yves Béraud à l’accordéon, Aurel Troesch aux guitares, Jérôme Spieldenner à la batterie, Foes Von Ameisedorf à la basse et Jacques Speyser aux chœurs, Stephan Nieser aka Solaris Great Confusion signe le disque le plus élégant de cette rentrée 2020.
Lucidvox

We Are Lucidvox !

Lucidvox est un quatuor moscovite qui mêle des riffs à la Kalachnikov à des chœurs puissants. Leur nouvel album, We Are sort sur le label Glitterbeat le 23 octobre.
Jonathan Personne © Dominic Berthiaume

Son nom est Personne

Jonathan Personne s’échappe de son Corridor pour son deuxième album, Disparitions à paraître le le 28 août 2020 chez Michel Records.
Dana Gavanski © Marija Strajnic

Le tribut de Dana

Canadienne aux origines serbes, Dana Gavanski parle au vent et reprend Tim Hardin. Hier étant parti, elle revient déjà après son premier album cette année avec un nouvel EP de reprises, Wind Songs chez Full Time Hobby.