Emilie Simon et Paco Volume au Casino de Paris

Emilie Simon et Paco Volume au Casino de Paris
RNO - 17/01/2010
Photos concert : Emilie Simon @ Casino de Paris, Paris | 17 janvier 2010
Emilie Simon au Casino de Paris - 17 janvier 2010

La petite reine de l’expérimentation électronique à la française revenait hier soir dans la capitale. Un concert que l’on attendait avec impatience, curiosité, et une certaine anxiété vu la surprise créée par le dernier album de la demoiselle, The Big Machine.
En guise d’ouverture, c’est le décidément omniprésent PacoVolume qui s’y colle, et qui s’y colle plutôt bien!

PacoVolume

On a déjà dit beaucoup de choses sur PacoVolume, en mots-clés ça donne: Nouvelle-Zélande, oenologie, maya, CQFD, bla bla bla…
Mais on oublie souvent de parler de ce que Paco a dans le ventre sur scène. Sans pour autant retourner le Casino, ces gars-là ont assuré une très bonne ouverture; pour qui a écouté l’album, ce qui surprend le plus c’est la dynamique impulsée sur scène, un son beaucoup plus brut qui rend ces pop songs beaucoup moins gentillettes et inoffensives. Du coup on se surprend à se mordiller la lèvre et à taper du pied, même si on a effectivement pu se demander quel était le lien entre cette joyeuse troupe et Mlle Simon (il est pourtant assez simple: François Chevalier).
Mention spéciale à la reprise de Kim Wilde, Kids in America, bien mieux réussie que la version de Cascada…

2010_01_17 - pacovolume
2010_01_17 - pacovolume
2010_01_17 - pacovolume
2010_01_17 - pacovolume
2010_01_17 - pacovolume
2010_01_17 - pacovolume
2010_01_17 - pacovolume
2010_01_17 - pacovolume
2010_01_17 - pacovolume
2010_01_17 - pacovolume
2010_01_17 - pacovolume
2010_01_17 - pacovolume
2010_01_17 - pacovolume

Emilie Simon

Le lourd rideau du Casino de Paris s’ouvre sur une scène épurée, occupée pour un tiers par le batteur, pour un autre tiers par le bassiste/contrebassiste, et pour le dernier et meilleur tiers, par Emilie Simon, en tenue d’impératrice, épaulettes boursouflées et coiffe Amywinesque®.

Pendant près d’1h45 vont s’enchaîner toutes les chansons du dernier album, entrecoupées ci et là par quelques (trop) rares morceaux des précédents.

En parfaite magicienne des temps modernes, Emilie crée sur le moment (moins qu’auparavant diront certains, mais cela est dû à la plus grande complexité des arrangements des dernières productions), impliquant par là même son public qui assiste à un concert à usage unique (mais pas jetable pour autant). Cachée derrière son grand synthétiseur, la chanteuse ne brille pas par ses qualités de communicante mais le minimum syndical est assuré, la connexion est établie et le restera pendant tout le set.

Niveau sonore le premier constat est d’ordre vocal : sur The Big Machine, on avait découvert une Emilie Simon libérée, puissante, loin des textes susurrés des deux premiers albums. Sur scène, cette puissance est restituée à la perfection : rien de bouge, la voix est posée, pleine, maîtrisée et débridée, on ne nous avait donc pas bernés.
Les arrangements quant à eux son strictement identiques à ceux de l’album : on retrouve donc un son brut, métallique, industriel, mais étrangement poétique et lyrique. Car contrairement à beaucoup d’artistes qui ne réussissent pas à se sortir de la dichotomie urbain/nature, Emilie Simon a remporté le pari de rendre la ville séduisante, colorée, poétique et authentique.

Dans ce drame de la ville qu’elle peint devant nous, viennent se muer des compositions anciennes, restaurées à la sauce urbaine pour l’occasion, rafraichissements intéressants et très réussis.

Pourtant, plus on avance dans le concert, plus une impression s’installe : où sont passées la diversité, la surprise, l’invention foisonnante des précédentes performances ? Tout semble lissé, lifté, nivelé sur le calque de The Big Machine, qui est certes très réjouissant, mais qui n’est qu’un prisme, là où elle nous avait habitué à jongler avec plusieurs. Une page a-t-elle été tournée avec cette expérience ?
Même si le show n’en demeure pas moins sublime à bien des égards, on se prend pourtant à regretter la chaleur intimiste des premiers albums, les craquements de Vegetal, la fée Simon qui jouait avec des feuilles, des coccinelles et des boules de neige.

Setlist : The Devil at My Door / Dreamland / Fools Like Us / Nothing to Do With You / Opium / Fleur de Saison / Chinatown / Flowers / To the Dancers in the Rain / The Way I See You / Closer / The Cycle / The Storm / Rainbow / Ballad of the Big Machine – Desert / Lise / Rocket to the Moon / This is Your World

2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
2010_01_17 - emilie simon
Date : 17 janvier 2010
Photographe : Benjamin Lemaire
Réponses

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».