Catégories
Interviews

Interview de Dee Dee des Dum Dum Girls

Interview des Dum Dum Girls
Dee Dee - Dum Dum Girls

Le nom de Dum Dum Girls vient d’un mix entre l’album Dum-Dum des Vaselines, et la chanson Dum Dum Boys de Iggy Pop. Derrière ce projet, c’est Dee Dee qui avait lancé son projet solo dans sa chambre. Décrite en live comme impassible, j’ai rencontré ce bout de femme tout timide qui n’aime pas se mettre en avant. Le premier album, I Will Be, sort le 29 mars 2010.

Dum Dum Girls

Nous revenons tout d’abord sur les origines de cette aventure : « J’ai grandi avec l’idée que j’allais devenir écrivain, jusqu’à ce que j’apprenne à jouer de la guitare et que je me mette à écrire des chansons. C’était en deuxième année de fac, j’avais vingt ans, par là. J’avais toujours voulu être musicienne, j’avais toujours chanté, mais je savais pas comment m’y prendre pour intégrer un groupe. En attendant, j’écrivais dans un carnet, c’était quelque chose que je pouvais faire seule.
J’avais eu pas mal de difficultés à apprendre la guitare : j’avais essayé au lycée, et même plus tôt, mais à l’époque, si j’arrivais pas à faire un truc instantanément, je me sentais frustrée, j’avais l’impression d’être nulle, et donc j’arrêtais – c’est mon côté perfectionniste. Puis je me suis mise à apprendre avec les chansons de Bob Dylan et des Beatles, et c’était beaucoup plus simple. Avec les accords de base, je pouvais transposer mes paroles. J’ai enregistré l’EP, chez moi, pour moi sur mon ordi. »

Mon père trouve que mon album, c’est du bruit

Quand j’ai écouté l’album I Will Be, ça sonnait comme un vieil album qu’on retrouve au grenier, que l’on doit dépoussiérer. « Ces influences sixties viennent de ma maman, c’est elle sur la pochette. Mes parents avaient presque quinze ans d’écart, donc ils ont connu des enfances très différentes. Il est né à la fin des années trente, il était ado dans les années cinquante. Sa collection c’est plutôt Frank Sinatra et Billie Holiday… il trouve que mon album c’est du bruit. Mais ma mère était ado dans les années soixante, donc bien entendu Jefferson Airplane, les Beatles, les Rolling Stones, tous ces trucs. Je me suis orienté vers les Shangri-Las, je suis un peu plus rock que mon père. »

Lors de notre tout premier concert, je n’ai pas joué de guitare parce que j’étais trop nerveuse

Comment s’est déroulé le passage de sa chambre à la scène ? « J’avais pas dans l’idée de monter un groupe quand j’ai commencé à enregistré, je voulais juste enregistrer des chansons que j’avais écrites. Et puis Mike Sniper (Blank Dogs) de Capture Tracks a sorti l’EP et il a organise une sorte de festival pour le 4 juillet. J’étais le premier artiste signé sur son label, donc c’était normal que je tente de monter un truc pour jouer. Mike a pris la basse, mon mari (Brandon Welchez de Crocodiles) à la guitare et Frankie Rose à la batterie – je jouais pas de guitare, j’étais trop nerveuse. »

Je me risque à demander si c’était le groupe Grand Ole Party, un projet avorté apparemment puisque qu’elle refuse d’en parler. « Non c’était les Dum Dum Girls, mais avant que je trouve mes musiciens – on se marrait bien mais c’est pas le son que je recherchais, sûrement parce qu’ils ont appris les morceaux dans la journée. Quand j’ai réuni les quatre filles et qu’on a eu notre première répèt’, j’était soulagée, parce qu’on pouvait enfin avoir des harmonies à trois voix quand on voulait. »

Elle parle de ses musiciennes comme lui faisant toutes une fleur, mais s’attarde un peu plus sur Frankie Rose : « J’adorais les Vivian Girls, mais elle avait déjà quitté le groupe quand je les avais vues en live. Elle jouait avec les Crystal Stilts quand je l’ai rencontrée. Mais elle a son propre groupe maintenant, Frankie and the Outs et c’est sa priorité : elle est sur le point de sortir un album. Elle me rend un super service et je l’adore. Elle est géniale et elle a beaucoup plus à offrir que les Dum Dum Girls. C’est une super batteuse mais aussi une super chanteuse et compositrice. » Quand aux invités sur l’album, aucune surprise, il s’agit de son mari Brandon Welchez (de Crocodiles), Nick Zinner (des Yeah Yeah Yeahs) et Andrew Miller qui contribue sur beaucoup de chansons, pourquoi ? « C’est parce que je suis pas très douée en guitare, c’est mon guitar hero! »

J’aime cette énergie qui se dégage des groupes féminins

Pourquoi avoir décidé de ne choisir que des femmes pour composer le groupe ? « C’est en partie pour représenter quelque chose que je ne vois pas souvent, et aussi parce que j’aime cette énergie qui se dégage des groupe féminins. Il y a quelque chose complètement différent sur scène qu’un groupe de mecs – peut-être simplement parce que c’est moins commun, ou parce qu’il y a moins de chimie entre eux, j’en ai aucune idée. Mais j’avais envie de voir par moi-même. »
Cela dit, ça attire plus l’attention sur la formation que sur la musique. « C’est bizarre, surtout si on a le malheur de faire attention à notre apparence – tout ça parce qu’on porte des robes courtes. Pour moi, c’est juste notre style, ça n’a rien à voir avec la musique, mais ça fait partie de notre look et y’a rien de mal à ça – ça fait partie du rock’n’roll depuis sa conception. On doit gérer avec le côté sexiste qui vient avec le fait d’attirer l’attention en étant un groupe de nanas, mais en même temps, rien ne change vraiment si on n’attire pas l’attention dessus… »

Elle n’a donc pas peur d’une compétition féroce au sein d’un groupe composé entièrement de femmes ? « J’ai mûrement réfléchi cette décision, étudié chacune des personnalités, et on a chacune une vibration sereine et positive. Parce que quand on commence les tournées, la tension peut monter rapidement avec le stress, ou juste les déplacements constants, il faut vraiment avoir le sentiment qu’on peut compter sur chacun des membres pour garder la tête froide. »
Pourtant elle a écrit « Lines Her Eyes » qui traite de la compétition entre filles. « Je connais bien ça, même si je n’ai eu que quelques amies très proches. Je sais pas si c’est à cause des milieux dans lesquels j’évolue, mais je sais que toutes les femmes peuvent se référer à une situation similaire. Je pense pas que ce soit si courant, mais le sujet m’a frappée pour une chanson, je n’allais pas le rejeter, j’ai suivi le fil de ma pensée. »

j’essaie de traduire une émotion importante dans un condensé de deux minutes

Cela signifie que les chansons ne sont pas d’inspiration personnelle ? « Je peux me mettre dans un état d’esprit même sans l’avoir vécu par moi-même, mais d’habitude, il y a des points de départ qui facilitent le récit de la chanson. C’est la même énergie que tu ressens quand tu es ado, et que tout est intense et sérieux, et dramatique, comme si c’était la fin du monde. Même si les sujets abordés ne sont pas complètement adolescents, ça en donne l’impression parce que j’essaie de traduire une émotion importante dans un condensé de deux minutes. »

On parle d’un retour à la twee pop : « C’est de nouveau à la mode de se concentrer sur l’écriture de mélodies accrocheuses. Les artistes mainstream ont toujours été considérés comme de la musique pop. Je pense qu’il est de nouveau acceptable d’avoir comme mine d’or d’écrite des mélodies très catchy, un peu bubblegum – c’est comme si les groupes se remettaient à courir après les douces mélodies.
C’est quelque chose que j’ai toujours cherché à écrire, parce que j’ai grandi en écoutant des oldies et je me souviens de chaque chanson par cœur, tout simplement parce qu’elles sont contagieuses. Pour moi ce serait extraordinaire de réussir à ce que cinq ans après sa sortie, quelqu’un puisse chantonner une de mes chansons. Les chansons sont vraiment simples et les mélodies sont vraiment les seuls éléments que je trouve décents. En tous cas, j’essaye toujours d’écrire des chansons mémorables. »

Blank Girl
http://www.youtube.com/watch?v=i7yREdPVg38

Partager cet article
1 réponse sur « Interview de Dee Dee des Dum Dum Girls »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Nuits Sonores 2014

Les Nuits Sonores en plein jour

Les Nuits Sonores 2014, douzième édition se dérouleront dans la nouvelle vitrine clinquante lyonnaise, le quartier Confluence et son architecture futuriste, la programmation complète vient d’être dévoilée.
Salle : L'Epicerie Moderne

Dans la cage à Lyon

L’Epicerie Moderne (Feyzin) C’est aussi la rentrée des classes pour les salles de concerts lyonnaises qui ont affûté leur programmation afin de proposer des soirées de qualité. Première étape avec le Transbordeur et L’Epicerie Moderne.

Interview des Dum Dum Girls

J’ai rencontré Dee Dee des Dum Dum Girls au bar du Bataclan. Elle était seule, non accompagnée de son groupe. Dommage j’avais aussi prévu quelques questions pour les autres filles. C’est donc une interview en tête àtête que nous avons débuté deux heures avant de retrouver la scène en première partie de MGMT. J’ai donc…

MGMT + Dum Dum Girls @ Le Bataclan

Contrairement à la majeure partie du public, je suis sorti assez déçu du concert de MGMT ! En fait, j’y suis allé d’avantage pour les Dum Dum Girls, que j’avais découvert cet été à La Route du Rock.
Avant Scène par Rémy Grandroques

Avant Scène par Rémy Grandroques

Voilà plusieurs années que je travaille sur des festivals, et que je suis armé de mon Holga. Un appareil très discret. Le boitier idéal pour passer inaperçu pendant les changements de plateau ou les balances, et faire cette série « Avant Scène » en tout tranquillité. Enfin presque ! Il m’est arrivé de me faire…
Foals @ La Route du Rock 2010

La Route du Rock # 20ème Edition – 2010

Foals @ La Route du Rock 2010 (© Rémy Grandroques) Vingtième édition, toute une vie pour un festival ! Avec ses moments forts, ses déceptions, ses rencontres, ses mésaventures, et ses découvertes…. Toujours une même ligne directrice depuis le début, défendre une certaine idée de la musique Rock. Découvrir des talents, mettre en avant des…
La Route du Rock 2010

Prenez la route du rock !

Le festival la Route du Rock prendra d’assaut comme tous les étés le fort de Saint-Père de Saint-Malo pour une ‘collection été’ riche en couleurs et en sonorités.

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…