Interview de Dee Dee des Dum Dum Girls

Interview de Dee Dee des Dum Dum Girls
ZiKomAgnes - 26/03/2010

Interview des Dum Dum Girls
Dee Dee - Dum Dum Girls

Le nom de Dum Dum Girls vient d’un mix entre l’album Dum-Dum des Vaselines, et la chanson Dum Dum Boys de Iggy Pop. Derrière ce projet, c’est Dee Dee qui avait lancé son projet solo dans sa chambre. Décrite en live comme impassible, j’ai rencontré ce bout de femme tout timide qui n’aime pas se mettre en avant. Le premier album, I Will Be, sort le 29 mars 2010.

Dum Dum Girls

Nous revenons tout d’abord sur les origines de cette aventure : « J’ai grandi avec l’idée que j’allais devenir écrivain, jusqu’à ce que j’apprenne à jouer de la guitare et que je me mette à écrire des chansons. C’était en deuxième année de fac, j’avais vingt ans, par là. J’avais toujours voulu être musicienne, j’avais toujours chanté, mais je savais pas comment m’y prendre pour intégrer un groupe. En attendant, j’écrivais dans un carnet, c’était quelque chose que je pouvais faire seule.
J’avais eu pas mal de difficultés à apprendre la guitare : j’avais essayé au lycée, et même plus tôt, mais à l’époque, si j’arrivais pas à faire un truc instantanément, je me sentais frustrée, j’avais l’impression d’être nulle, et donc j’arrêtais – c’est mon côté perfectionniste. Puis je me suis mise à apprendre avec les chansons de Bob Dylan et des Beatles, et c’était beaucoup plus simple. Avec les accords de base, je pouvais transposer mes paroles. J’ai enregistré l’EP, chez moi, pour moi sur mon ordi. »

Mon père trouve que mon album, c’est du bruit

Quand j’ai écouté l’album I Will Be, ça sonnait comme un vieil album qu’on retrouve au grenier, que l’on doit dépoussiérer. « Ces influences sixties viennent de ma maman, c’est elle sur la pochette. Mes parents avaient presque quinze ans d’écart, donc ils ont connu des enfances très différentes. Il est né à la fin des années trente, il était ado dans les années cinquante. Sa collection c’est plutôt Frank Sinatra et Billie Holiday… il trouve que mon album c’est du bruit. Mais ma mère était ado dans les années soixante, donc bien entendu Jefferson Airplane, les Beatles, les Rolling Stones, tous ces trucs. Je me suis orienté vers les Shangri-Las, je suis un peu plus rock que mon père. »

Lors de notre tout premier concert, je n’ai pas joué de guitare parce que j’étais trop nerveuse

Comment s’est déroulé le passage de sa chambre à la scène ? « J’avais pas dans l’idée de monter un groupe quand j’ai commencé à enregistré, je voulais juste enregistrer des chansons que j’avais écrites. Et puis Mike Sniper (Blank Dogs) de Capture Tracks a sorti l’EP et il a organise une sorte de festival pour le 4 juillet. J’étais le premier artiste signé sur son label, donc c’était normal que je tente de monter un truc pour jouer. Mike a pris la basse, mon mari (Brandon Welchez de Crocodiles) à la guitare et Frankie Rose à la batterie – je jouais pas de guitare, j’étais trop nerveuse. »

Je me risque à demander si c’était le groupe Grand Ole Party, un projet avorté apparemment puisque qu’elle refuse d’en parler. « Non c’était les Dum Dum Girls, mais avant que je trouve mes musiciens – on se marrait bien mais c’est pas le son que je recherchais, sûrement parce qu’ils ont appris les morceaux dans la journée. Quand j’ai réuni les quatre filles et qu’on a eu notre première répèt’, j’était soulagée, parce qu’on pouvait enfin avoir des harmonies à trois voix quand on voulait. »

Elle parle de ses musiciennes comme lui faisant toutes une fleur, mais s’attarde un peu plus sur Frankie Rose : « J’adorais les Vivian Girls, mais elle avait déjà quitté le groupe quand je les avais vues en live. Elle jouait avec les Crystal Stilts quand je l’ai rencontrée. Mais elle a son propre groupe maintenant, Frankie and the Outs et c’est sa priorité : elle est sur le point de sortir un album. Elle me rend un super service et je l’adore. Elle est géniale et elle a beaucoup plus à offrir que les Dum Dum Girls. C’est une super batteuse mais aussi une super chanteuse et compositrice. » Quand aux invités sur l’album, aucune surprise, il s’agit de son mari Brandon Welchez (de Crocodiles), Nick Zinner (des Yeah Yeah Yeahs) et Andrew Miller qui contribue sur beaucoup de chansons, pourquoi ? « C’est parce que je suis pas très douée en guitare, c’est mon guitar hero! »

J’aime cette énergie qui se dégage des groupes féminins

Pourquoi avoir décidé de ne choisir que des femmes pour composer le groupe ? « C’est en partie pour représenter quelque chose que je ne vois pas souvent, et aussi parce que j’aime cette énergie qui se dégage des groupe féminins. Il y a quelque chose complètement différent sur scène qu’un groupe de mecs – peut-être simplement parce que c’est moins commun, ou parce qu’il y a moins de chimie entre eux, j’en ai aucune idée. Mais j’avais envie de voir par moi-même. »
Cela dit, ça attire plus l’attention sur la formation que sur la musique. « C’est bizarre, surtout si on a le malheur de faire attention à notre apparence – tout ça parce qu’on porte des robes courtes. Pour moi, c’est juste notre style, ça n’a rien à voir avec la musique, mais ça fait partie de notre look et y’a rien de mal à ça – ça fait partie du rock’n’roll depuis sa conception. On doit gérer avec le côté sexiste qui vient avec le fait d’attirer l’attention en étant un groupe de nanas, mais en même temps, rien ne change vraiment si on n’attire pas l’attention dessus… »

Elle n’a donc pas peur d’une compétition féroce au sein d’un groupe composé entièrement de femmes ? « J’ai mûrement réfléchi cette décision, étudié chacune des personnalités, et on a chacune une vibration sereine et positive. Parce que quand on commence les tournées, la tension peut monter rapidement avec le stress, ou juste les déplacements constants, il faut vraiment avoir le sentiment qu’on peut compter sur chacun des membres pour garder la tête froide. »
Pourtant elle a écrit « Lines Her Eyes » qui traite de la compétition entre filles. « Je connais bien ça, même si je n’ai eu que quelques amies très proches. Je sais pas si c’est à cause des milieux dans lesquels j’évolue, mais je sais que toutes les femmes peuvent se référer à une situation similaire. Je pense pas que ce soit si courant, mais le sujet m’a frappée pour une chanson, je n’allais pas le rejeter, j’ai suivi le fil de ma pensée. »

j’essaie de traduire une émotion importante dans un condensé de deux minutes

Cela signifie que les chansons ne sont pas d’inspiration personnelle ? « Je peux me mettre dans un état d’esprit même sans l’avoir vécu par moi-même, mais d’habitude, il y a des points de départ qui facilitent le récit de la chanson. C’est la même énergie que tu ressens quand tu es ado, et que tout est intense et sérieux, et dramatique, comme si c’était la fin du monde. Même si les sujets abordés ne sont pas complètement adolescents, ça en donne l’impression parce que j’essaie de traduire une émotion importante dans un condensé de deux minutes. »

On parle d’un retour à la twee pop : « C’est de nouveau à la mode de se concentrer sur l’écriture de mélodies accrocheuses. Les artistes mainstream ont toujours été considérés comme de la musique pop. Je pense qu’il est de nouveau acceptable d’avoir comme mine d’or d’écrite des mélodies très catchy, un peu bubblegum – c’est comme si les groupes se remettaient à courir après les douces mélodies.
C’est quelque chose que j’ai toujours cherché à écrire, parce que j’ai grandi en écoutant des oldies et je me souviens de chaque chanson par cœur, tout simplement parce qu’elles sont contagieuses. Pour moi ce serait extraordinaire de réussir à ce que cinq ans après sa sortie, quelqu’un puisse chantonner une de mes chansons. Les chansons sont vraiment simples et les mélodies sont vraiment les seuls éléments que je trouve décents. En tous cas, j’essaye toujours d’écrire des chansons mémorables. »

Blank Girl
http://www.youtube.com/watch?v=i7yREdPVg38

Commentaires

    Oh purée comment il fait vintage ce peu-cli !!! Moi qui croyais à la lecture de l’interview, malgré les influences 50s/60s, que j’allais avoir du rêve en barre made in 2010… ;-)

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Interviews

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…

Back To December Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…

5 questions à … BEBLY

5 questions à … BEBLY

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de BEBLY qui longe les murs et déboule dans nos vies avec un nouvel EP, ULDO. Et cela fait du bien d’entendre…

This is The End…

This is The End…

Pierre Lemarchand quitte les années 90 et les studios français pour partir à la recherche de Nico et des années 70. Tel un Pierre Lemaitre, Lemarchand mène son enquête sur l’album The End… de la chanteuse du Velvet Underground et éclaire de sa plume ses chansons.

5 questions à … Bruises

5 questions à … Bruises

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Bruises sur le point de sortir un premier EP, Sexymental le 15 mai. Et cela bruisse pour Bruises et sa pop…

5 questions à … Grand Parc

5 questions à … Grand Parc

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Grand Parc qui s’ouvre vers de nouveaux horizons en français avec un EP, Pull Noir à enfiler le 15 mai. Le…

5 questions à … Saint DX

5 questions à … Saint DX

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Saint DX, patron d’une néo pop sensuelle classée X. Mais le romantisme n’est pas loin avec ses affres, l’inconstance des sentiments…

[2000 – 2020] Est-ce que tu… connais les Dusty Trails ?

[2000 – 2020] Est-ce que tu… connais les Dusty Trails ?

En 2000, on attendait qu’une chose : un nouveau disque des Breeders. Il aura fallu attendre encore deux ans pour découvrir Title K, un album sous-estimé par la presse et surtout le public. Pour patienter, le triumvirat Deal-Wiggs-Deal nous offrit des disques solos aussi solides que le refrain de Divine Hammer. On était encore sous…

5 questions à … NEEV

5 questions à … NEEV

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de NEEV qui vient du Portugal, révélé en 2016 par le carton du single Breathe aux côtés du trio électro Norvégien Seeb.…

[2000 – 2020] Boxing Doves

[2000 – 2020] Boxing Doves

Manchester – Février 2000 : Standing on the Shoulder of Giants vient confirmer ce que tout le monde craignait : Noel Gallagher est à sec et il va falloir faire sans lui. Le Nord a la gueule de bois. Après 6 ans de règne sans aucun partage, Oasis se saborde mais tente de rester tout…

5 questions à … Swan Melani

5 questions à … Swan Melani

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Swan Melani, Ovni musical qui surgit en pleine guerre des mondes. Martien vocal, Swan Melani crée un univers où glissent majestueusement…

5 questions à … Glass Museum

5 questions à … Glass Museum

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Glass Museum alors que l’on est privé de musées, de verres et de voyages. Le duo belge vient de sortir un…

5 questions à … Moja

5 questions à … Moja

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moja, bourlingueur musical, fenêtre grande ouverte sur des paysages pigmentés. Home leur nouvel EP après One, leur première échappée sort le…

[2000 – 2020] Studios (Ed) Harcourt

[2000 – 2020] Studios (Ed) Harcourt

On l’a aperçu sur scène aux côtés des Libertines et de Marianne Faithfull. On l’entendra bientôt aux côtés de Mark Lanegan sur un des titres de Straight Songs of sorrow. Et on va surtout réécouter Maplewood, qui fête cette année ses 20 ans. Ce premier disque, paru chez Heavenly Recordings, fut le début d’une discographie…

5 questions à … TV Party

5 questions à … TV Party

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de TV Party qui sort un premier EP, Dark Heart ce 17 avril. Joshua Spacek (ex Monarques) a quitté l’Oregon pour la…

5 questions à … Nerlov

5 questions à … Nerlov

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Nerlov qui sort un EP, non une déclaration, Je vous aime tous. Bon, pas sûr que cela soit encore le cas…

[Micro-Photos] Pictures David Arnoff Taught Us

[Micro-Photos] Pictures David Arnoff Taught Us

En 1979, Lux Interior, Poison Ivy Rorschach, Bryan Gregory et Nick Knox publièrent Gravest Hits, un EP infernal enregistré deux ans plus tôt à Memphis qui ne reçut pas le succès escompté. Originaires des quatre coins de l’Amérique (Ivy de Sacremento, Lux d’Akron, Bryan de Detroit et Nick de Cleveland), les Cramps décidèrent, sous l’impulsion…

5 questions à … Macadam Crocodile

5 questions à … Macadam Crocodile

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Macadam Crocodile qui sort un EP live enregistré au Badaboum le 22 mai chez Allo Floride. Car c’est sur scène qu’il…

5 questions à … GRANDE

5 questions à … GRANDE

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de GRANDE qui nous donne de la tension avec leur récent EP, Chasing the geant . Mais les démons et les fantômes…

5 questions à … Goodbye Moscow

5 questions à … Goodbye Moscow

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Goodbye Moscow, projet du néo lyonnais Benjamin Hutter marqué par son aventure russe. Il vient de sortir un premier album, L’Univers,…

A ne pas rater dans Interviews !