Catégories
News

La personnalité des Tindersticks

1984. Television Personalities chante no one is listening. 2020. Tindersticks chante toujours la colère et la honte.

Joe Strummer affirmait : « Television Personalities, c’est le groupe punk ultime« . Et l’on a bien besoin d’artistes qui l’ouvrent dans cette atmosphère nauséabonde. On a trouvé le trésor avec le précédent disque des Tindersticks, on aimerait davantage d’espoir. Et ce titre en apporte peut être, extrait de Distractions à paraître en 2021.

Fin mai, début juin 2020 a été une période difficile et de colère pour beaucoup d’entre nous. Il y avait une agitation grandissante en moi. Je me suis réveillé un samedi matin sans aucun plan mais juste cette putain de chanson des Television Personalities qui tourne dans ma tête, elle m’a poussé dans le studio. 4 ou 5 heures plus tard, j’avais fait la base de cet enregistrement, même si j’ai dû attendre la fin du confinement pour travailler avec le groupe. J’ai adoré les TVPs depuis que j’ai acheté le Bill Grundy EP avec sa pochette photocopiée lors d’un de mes voyages réguliers en bus après l’école dans le magasin Virgin Record dans un sous-sol de King Street, Nottingham.
Quelques années plus tard, en 1984, je vivais du côté des Victoria Centre flats qui sont balayés par le vent. Je travaillais dans un magasin de disques local et The Painted Word est sorti. C’est devenu la bande-son de mon semi-taudis. J’avais 19 ans.
Etre jeune au début des années 1980, c’était beaucoup de colère, de batailles à mener – Thatcher, injustice raciale et sexiste – et (une des motivations de cette chanson) le désarmement nucléaire. Même si nous n’avons peut-être pas pensé que ces batailles étaient gagnées, nous avons cru que nous avions aidé à pousser les choses dans une direction différente, que des changements ont été apportés.
Au printemps 2020, on nous a montré douloureusement que ces batailles se poursuivent. J’espère que vous apprécierez.
Je vous souhaite le meilleur Noël possible et de bons moments en 2021.

Stuart

Tindersticks – You’ll have to scream louder

Yes, I know you’re unhappy
Yes, I know you’ve been crying
Can’t you see by my eyes
That I’ve been crying, too ?
But you’ll have to scream louder
Because no one is listening
You can scream, you can shout
Don’t expect to be heard

You’ll have to scream louder
You’ll have to scream louder

Children are playing
While we’re building weapons
But our toys are better
Cause our toys are real
And it makes me feel angry
I feel so ashamed

Cause I’ve got no respect for
The people in power
They make their decisions
From their ivory towers
And I feel a hatred
It’s growing inside
And there’s nowhere to run to
Cause there’s nowhere to hide

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Tindersticks-Press-Photo-2021-1280x720-1

Can’t stop the Tindersticks

Se réinventer. Comment ne pas se répéter quand on a une discographie impeccable. En balançant un titre de 11 minutes totalement addictif à écouter lors de vos siestes crapuleuses ou lové à l’arrière des taxis.

Magnifique Thomas Belhom

Collaborateur de David Grubbs, de Giant Sand et de Calexico, batteur des Tindersticks le temps d’un album (The Hungry Saw) et des tournées qui couvrent la période de 2003 à 2010, Thomas Belhom trouve encore le temps d’écrire et d’enregistrer avec Thierry Mazurel, membre des indispensables Valparaiso et Bruno Green.
Tindersticks - For The Beauty

Vidéo : Tindersticks – For The Beauty

On referme cette année 2019 sur un espoir et sur la beauté des Tindersticks. For The Beauty ouvre l’île aux trésors de leur dernier stratosphérique album paru chez City Slang au titre programmatique et poétique, No Treasure But Hope.

Treasure & Tindersticks

Il a fallu six jours aux Tindersticks pour enregistrer No Treasure But Hope dans les studios parisiens de MidiLive. Et il nous faudra plus de six mois se remettre de ce trésor musical.
Tindersticks – No Treasure But Hope

Rosir de plaisir avec Tindersticks !

On écoute les Tindersticks depuis qu’ils nous ont accroché l’œil avec une danseuse de flamenco et l’oreille avec un titre, Patchwork. Depuis, chaque disque est un enchantement qui construit une oeuvre au sens classique du terme avec entre autres, Curtains, Simple Pleasure, The Hungry Saw, The Something Rain ou The Waiting room.
Bertrand Belin - Prix Raoul-Breton © Fabrice Buffart

Bertrand Belin, Prix Raoul-Breton 2016

Plateau de rêve aux Nuits de Fourvière dans la chaleur des vieilles pierres de l’Odéon gallo-romain de Lyon avec Bertrand Belin et les Tindersticks.

Plus dans News

Villagers

Retour au Villagers !

Villagers revient en apesanteur avec The First Day, premier extrait de Fever Dreams disponible le 20 août chez Domino Records.
Cloud Factory - Dead Bodies2

Cloud Factory au port

Pendant que Lo déambule dans Amsterdam, Cloud Factory revisite Le Havre pour un hommages aux pères qui ont trimé durs.

Lucy Gooch en Technicolor

Après le remarqué Rushing, Lucy Gooch sort son deuxième EP Rain’s Break chez Fire Records le 25 juin.
Liz Phair

Our Phair lady !

Pendant que s’annonce un cauchemar avec la suite de L’Auberge espagnole en série habilement titrée Salade grecque, revoilà Liz Phair avec un album, Soberish le 4 juin avec un nouvelle extrait, Spanish Doors et une tournée avec Alanis Morissette.
Iñigo Montoya - Chasseur Chassé

En chasse avec Iñigo Montoya

Après nous en avoir mis plein la gueule, secoué avec E.S, Iñigo Montoya qui a sorti six titres en trois maxi nous mord profondément avec Chasseur Chassé mis en images par ZEUGL.

The Coral, l’efficacité anglaise

Et de dix pour les Coral ! Le groupe de Liverpool sera de retour à la fin du mois d’avril avec un double album et vient de publier Vacancy, un nouveau single diablement efficace.

L’amoür selon Cabadzi

On ferme les yeux avec Cabadzi et l’on imagine le grand amour, éparpillé façon Puzzle dans notre société hightech qui éloigne plus qu’elle ne rapproche.