Alex Smoke – Lux

J’avoue avoir écouté d’une oreille distraite « Paradolia » ainsi que son mix pour la série vaguement conceptuelle chez Soma « Sci.Fi.Hi.Fi » de Alex Smoke. J’avais accroché mais sans plus en me disant que ce mec avait certes du potentiel mais qu’il ne savait pas trop comment l’exploiter.

L’écoute de « Lux » me confirme que oui Alex Smoke dispose des meilleurs armes pour faire de la bonne musique, une forte érudition musicale, un talent de producteur et une inspiration bien personnelle. Si vous aimez les dancefloors sombres et torturés vous allez adorer « Lux », on est bien ici dans le pan le plus dark de la techno débarrassée des fioritures qui tendent à aplanir toute la musique actuelle pour n’en faire qu’une bouillie infâme, sans saveur, sans âme destinée à plaire au plus grand nombre . Même si Alex Smoke s’autorise quelques incursions vocales il n’est pas à proprement parler question de pop mais d’une autre forme de musique, quelque chose qu’on pourrait presque qualifier de deep techno symphonique profondément mélancolique. C’est à un véritable dialogue homme-machine que nous convie « Lux » où l’homme ne serait qu’un rouage de la machinerie. Machinerie qui tourne à plein régime tout au long du disque à grand renfort de sons distordus, de cliquetis inquiétants, de chants d’oiseaux comme désincarnés. Alex Smoke ressemblerait presque à Autechre mais alors Autechre en moins abstrait et qui n’aurait pas oublié le dancefloor et lui rendrait ainsi le plus bel hommage qui soit.

Alex Smoke – Lux

Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.