Zomby – One foot ahead of the other

Zomby a un journaliste anglais qui lui demandait sa photo lui a envoyé la photo d’un homme dans une forêt avec une pyramide-œil en lieu et place de la tête. Il semblerait qu’il faudra se contenter de cette image pour le moment.


Comme Burial, Redshape, Snuff Crew et tant d’autres, Zomby veut qu’on se concentre sur sa musique et non sa personne. Il est d’ailleurs amusant de constater que tous les articles écrits à son sujet ne le mentionnent qu’au masculin, après tout si Zomby était une femme ? Si vous aviez aimé « Where were you in 92 » son précédent album vous ne devriez pas être trop désarçonnés par « One foot ahead of the other » sa nouvelle sortie.

A défaut de qualificatif approprié pour définir sa musique on se contentera donc de l’appeler dubstep, même si Zomby est un poil plus joyeux que la plupart de ses collègues. Sa musique a mûri depuis le précédent disque qui faisait parfois penser à un bien bel hommage à une certaine scène rave old-school. Néanmoins sa musique s’adresse toujours aux dancefloors et l’on déconseillera donc une écoute de salon qui ne présente que peu d’intérêt. Les sonorités Atari vintage sont parfois un peu crispantes au point qu’on a parfois l’impression de se sentir plongé dans un jeu vidéo (« Punmpkinheads Revenge ») mais ne dénaturent pas l’ensemble car Zomby y intègre une bonne dose de nappes. Parfois on se dit que cet album aurait pu être composé en compagnie de Robert Hood quelque part entre Detroit et Chicago (« Helter Skelter », « Bubble Bubble ») tant le minimalisme américain de la première heure imprègne sa musique. Maintenant que sa musique bénéficie d’une plus large exposition je suis curieux de voir combien de temps Zomby va réussir à rester anonyme et s’il ne cédera pas comme Burial avant lui par finir à dévoiler son visage…

Discographie

Cela pourrait vous intéresser

Resident Advisor top 2011

RA Top’s 2011

Resident Advisor publie en cette fin d’année son classement des albums, des tracks, des compilations, des labels, des dj’s qui ont fait 2011.
Zomby : Dedication (Japanese Edition)

Zomby : Dedication (Japanese Edition)

Il parait qu’une édition japonaise de « Dedication » est sortie avec non moins de 10 titres en plus. On la trouve facilement un peu partout en digital ou en CD.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.