Zomby – One foot ahead of the other

Zomby a un journaliste anglais qui lui demandait sa photo lui a envoyé la photo d’un homme dans une forêt avec une pyramide-œil en lieu et place de la tête. Il semblerait qu’il faudra se contenter de cette image pour le moment.


Comme Burial, Redshape, Snuff Crew et tant d’autres, Zomby veut qu’on se concentre sur sa musique et non sa personne. Il est d’ailleurs amusant de constater que tous les articles écrits à son sujet ne le mentionnent qu’au masculin, après tout si Zomby était une femme ? Si vous aviez aimé « Where were you in 92 » son précédent album vous ne devriez pas être trop désarçonnés par « One foot ahead of the other » sa nouvelle sortie.

A défaut de qualificatif approprié pour définir sa musique on se contentera donc de l’appeler dubstep, même si Zomby est un poil plus joyeux que la plupart de ses collègues. Sa musique a mûri depuis le précédent disque qui faisait parfois penser à un bien bel hommage à une certaine scène rave old-school. Néanmoins sa musique s’adresse toujours aux dancefloors et l’on déconseillera donc une écoute de salon qui ne présente que peu d’intérêt. Les sonorités Atari vintage sont parfois un peu crispantes au point qu’on a parfois l’impression de se sentir plongé dans un jeu vidéo (« Punmpkinheads Revenge ») mais ne dénaturent pas l’ensemble car Zomby y intègre une bonne dose de nappes. Parfois on se dit que cet album aurait pu être composé en compagnie de Robert Hood quelque part entre Detroit et Chicago (« Helter Skelter », « Bubble Bubble ») tant le minimalisme américain de la première heure imprègne sa musique. Maintenant que sa musique bénéficie d’une plus large exposition je suis curieux de voir combien de temps Zomby va réussir à rester anonyme et s’il ne cédera pas comme Burial avant lui par finir à dévoiler son visage…

Discographie

Cela pourrait vous intéresser

Resident Advisor top 2011

RA Top’s 2011

Resident Advisor publie en cette fin d’année son classement des albums, des tracks, des compilations, des labels, des dj’s qui ont fait 2011.
Zomby : Dedication (Japanese Edition)

Zomby : Dedication (Japanese Edition)

Il parait qu’une édition japonaise de « Dedication » est sortie avec non moins de 10 titres en plus. On la trouve facilement un peu partout en digital ou en CD.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.