Catégories
Découvertes

Mark Pickerel et ses reprises

Le nom de Mark Pickerel ne vous dit rien ? C’est tout à fait normal. Vous trouvez les trois extraits de Rebel in the Rearview formidables ? C’est normal !

Mark Pickerel n’est pas un perdreau de l’année. Batteur des Screaming Trees à la fin des années 80, Pickerel a vécu l’hystérie médiatique du début des années 90 et a même collaboré avec Kurt Cobain le temps de l’enregistrement des chansons de The Jury, le projet (avorté) avec Mark Lanegan.
Mark Pickerel a donc de la bouteille. C’est donc assez logique que ses reprises de Townes Van Zandt et de Lucinda Williams ou de Terry Allen soient du meilleur tonneau.
Jouées avec des musiciens de la scène de Seattle, les reprises de ce disque fort sympathique ont été enregistrées avec le carré d’as de Seattle : Jack Endino, Hunter Lea, Johnny Sangster et Martin Feveyear.

Mark Pickerel and His Praying Hands - Rebel in the Rearview

Dance me to your beauty with a burning violin
Dance me through the panic till I’m gathered safely in
Lift me like an olive branch and be my homeward dove
Dance me to the end of love
Dance me to the end of love
Oh, let me see your beauty when the witnesses are gone
Let me feel you moving like they do in Babylon
Show me slowly what I only know the limits of
Dance me to the end of love
Dance me to the end of love
Dance me to the wedding now, dance me on and on
Dance me very tenderly and dance me very long
We’re both of us beneath our love, we’re both of us above
Dance me to the end of love
Dance me to the end of love
Dance me to the children who are asking to be born
Dance me through the curtains that our kisses have outworn
Raise a tent of shelter now, though every thread is torn
Dance me to the end of love
Dance me to your beauty with a burning violin
Dance me through the panic till I’m gathered safely in
Touch me with your naked hand or touch me with your glove
Dance me to the end of love
Dance me to the end of love
Dance me to the end of love

Rebel in the Rearview de Mark Pickerel and His Praying Hands sera disponible le 22 janvier 2021 sur Bandcamp.

Mark Pickerel - Rebel In The

Tracklist : Mark Pickerel and His Praying Hands - Rebel in the Rearview
  1. Dance Me to the End of Love
  2. Be Here to Love Me
  3. Essence
  4. Writing on the Rocks Across the USA
  5. Old Brown Shoe
  6. Tennessee River Runs Low
  7. She's Got Wheels
  8. Rattlesnakes at Rocks
  9. Back Room of the Bar
  10. Back to Black
  11. House of the Rising Sun

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Découvertes

Tout est ok avec iAN Ottaway

Roadie des Black Rebel Motorcycle Club, proche de Mark Lanegan, iAN Ottaway a publié un disque ravageur aussi sombre que punk. Séance de rattrapage.

Beauté dans la nuit

La paternité change un homme assurément. Elle lui fait aussi écrire de beaux textes, simples, généreux, animistes.

Les chiens sont lâchés !

Mica Levi, mais vous êtes juive ?! Ça ne fait rien, on vous garde quand même. Parce que c’est foutrement jouissif à l’heure la France vaccinée par la connerie se demande s’il va y avoir de le neige à Noël ou si lLa Fistinière va rouvrir avec gestes barrières et protection et friction hydro-alcoolique.
Vincent Eckert

Amoureux de Vincent Eckert

Vincent Eckert n’est pas, comme il le chante, sur La mauvaise pente. Avec ces onze nouvelles chansons écrites et enregistrées juste avant le confinement de mars 2020, Eckert prend le chemin de la simplicité pour nous emmener dans son univers. On y croisera ses disques préférés, sa diction douce et des effluves de chanson française.
BRAZZIER © Jérôme Sevrette

BRAZZIER s’enflamme

Il parait que demain autour de 20h vont se dessiner nos lignes futures. Celles de BRAZZIER figurent sur un album mixé et masterisé par Sébastien Lorho (Marquis de Sade, Dominique A, Octave noire) qui vient de sortir chez Binaire Ordinaire.

Richard’s Wonderland

Richard Allen n’était jamais parti. Depuis la fin des Wolves & The Moons, il a écrit (beaucoup) et enregistré des disques sans en parler. Avec Locust Tree Lane, il revient avec 10 morceaux qui n’ont aucun équivalent. Et il a décidé de les mettre en lumière.