Catégories
Inclassables

[1990 – 2020] Le temps du changement pour les Screaming Trees

© Charles Peterson

Il y a trente ans, les Screaming Trees publièrent Change Has Come, un EP qui eut le mérite de faire la jonction entre leurs premières années sur le circuit indépendant et leur arrivée chez Epic. Après la parution de ce disque, les cartes seront rebattues et plus rien ne sera comme avant…

Au départ, les Screaming Trees étaient signés sur des labels indépendants. Le groupe des frères Van Conner était hébergé par Velvetone Records (un label d’Ellensburg, leur ville natale) puis par SST Records. Sub Pop lorgnait évidemment sur ce groupe. Bruce Pavitt et Jonathan Poneman avaient loupé le coche avec les Trees. Eloignés par plus de deux heures de route, le label et le groupe ne s’était pas rencontré. Sub Pop avait placé ses pions avec la carrière solo de Mark Lanegan, le signant dès 1989 pour The Winding Sheet et lui donnant une petite avance. Mais en 1990, le jeune label de Seattle laissa Nirvana filer dans les bras de David Geffen et vit les Screaming Trees filer chez Epic. L’histoire des Trees et de Sub Pop n’aura donc pas eu lieu. Exception faite de cet EP.

Screaming Trees – Change Has Come

Sur Change Has Come, la fratrie Van Conner confia son sort à Jack Endino (Mudhoney, Nirvana) et à Steve Fisk, ses deux sorciers du son historique. Après ça, quand l’argent d’Epic le permettra, les Trees travailleront avec George Drakoulias ou Terry Date. Les cinq chansons de Change Has Come sont donc un condensé merveilleux d’un groupe qui a déjà publié quatre albums et qui a un discours fortement bien construit grâce aux précédentes chansons enregistrées. En 1989, les groupes de Seattle rendent encore des copies assez brouillonnes. A la veille des années 90, ce groupe est bien avance sur son temps. Mais il arrive toujours à le perdre. L’histoire se répétera en 1996 avec Josh Homme. Recrutée après la dissolution de Kuyss pour la tournée de Dust, la guitare du futur Queens Of The Stone Age va donner de l’épaisseur à un groupe qui n’en manquait pas. Et va donner des idées à certains…

Et puis.. Il y a cette pochette. Spécialiste des graphismes compliqués et alambiqués, la sobriété règne sur cet EP. La photographie de la pochette est logiquement signée Charles Peterson, le local de l’étape. Prise au The Moore Theatre (Seattle) avec un Nikon FM2 et la toute nouvelle pellicule Ilford 3200, elle met au premier plan Gary Lee Conner. Et c’est là où ce disque est fondamental. Certes il y avait Mark Lanegan. Certes il y avait la doublette Mark Lanegan/Gary Lee Conner. Mais sur ces cinq chansons, il y Gary Lee Conner, guitariste féru de rock anglais qui braconne autant chez les Humble Pie que chez Led Zeppelin. La preuve avec Time Speaks Her Golden Tongue où ce guitariste donne une leçon à tout le monde.

Change Has Come des Screaming Trees est disponible chez Sub Pop.

Screaming Trees - Change Has Come

Tracklist : Screaming Trees - Change Has Come
  1. Change Has Come
  2. Days
  3. Flashes
  4. Time Speaks Her Golden Tongue
  5. I've Seen You Before

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Gare à Gary Lee Conner !

Cherry Red avait eu l’excellente idée, il y a quelques mois, de rééditer Sweet Oblivion des Screaming Trees. Gary Lee Conner, brillant chef d’orchestre de ce groupe, vient d’avoir la bonne idée de ressortir en vinyle The Microdot Gnome, un de ses disques solos.
Screaming Trees

[1989 – 2019] La Buzz Factory des Screaming Trees

En 1989, la scène de Seattle ne sait pas encore qu’elle va exploser dans quelques années et donner le La à toute génération. En 1989, Soundgarden fait encore dans le violent, Eddie Vedder végète encore dans la banlieue de Chicago. Quant à Nirvana, ils viennent de publier de manière assez confidentielle Bleach.
Screaming Trees

L’ombre des Screaming Trees

Avant de faire la carrière qu’on lui connait, Mark Lanegan était le bûcheron en chef des Screaming Trees, un groupe de Seattle fascinant dont le sixième album, Sweet Oblivion, va être réédité par Cherry Red.

Plus dans Inclassables

edvard_munch_-_separation_-_google_art_project

Vertige du visage pâle

Benjamin Biolay avec Ton âme est bleue, mon visage est pâle fait peut être écho au Pale blue eyes du Velvet Underground, « Sometimes I feel so happy, sometimes I feel so sad ». Ces mêmes moments banals où l’on s’attarde sur des signes ou surtout l’absence de signes quand tout se finit un 14 août.
Pierre Vassiliu

En vadrouille avec Pierre Vassiliu

Les anges ont été cruels avec Pierre Vassiliu. Un titre, Qui c’est celui-là ? adaptation en français du titre Partido alto de Chico Buarque, numéro un en 1973 éclipsera une carrière riche en expérimentations sonores, en voyages musicaux, en rencontres amicales.
Chassol

Chassol chasseur de sons

Comment fêter la musique ? En regardant et en écoutant les divagations musicales de Chassol avec son Big Sun qu’il vient de mettre en ligne en intégralité.
sebastien_berlendis_soul_kitchen

L’ode à la vie de Sébastien Berlendis

Nous entamons une nouvelle série d’articles où nous demandons à des écrivains de partager leurs goûts musicaux à travers dix disques ou chansons qui les ont particulièrement marqués, les liens qu’ils tissent entre la musique et l’écriture, et enfin d’évoquer un thème récurrent de leur oeuvre pour mieux entrer dans leur univers.

Gontard! – La saison des grands froids

Ils gobent. Ils sentent le paniqué, le caché, le confiné. Ils gobent, ils gobent ce qu’on leur donne à gober. A genoux, toujours, comme ils attendent leur giclée.

[2000 – 2020] Autant en emporte Eleven

Avantgardedog des Eleven a fêté ses vingt ans il y a quelques jours. Avant quoi ? Eleven qui ? Derrière ce nom se cachent Alain Johannes et feu Natasha Schneider, un couple américain qui, à défaut d’être aimé parle le grand public, éclaira les plus grands et aimante encore aujourd’hui notre attention.
Cyrz_oubli

14 minutes de poésie et plus !

Il y a des chansons qui surgissent sur la toile par miracle et l’on se rend compte que c’est exactement ce que l’on voulait écouter ce jour-là. Qu’il y a des fils invisibles et aléatoires qui se tissent dans nos cerveaux, revoir un jour Walter, retour en résistance, apprendre la mort d’un autre résistant à…