Vidéo : Danny Elfman – Love In The Time Of Covid

Danny Elfman pour beaucoup ce sont les musiques pour Tim Burton ou Gus Van Sant. Plus de cent films au compteur. Avec Love In The Time Of Covid il dévoile notre monstrueuse solitude avec ou sans pandémie.

I’d give the world just to touch your skin. Minotaure à la recherche de son Ariane, ce Shrek (666) tourne en rond dans son labyrinthe intime où la météo est orageuse, où les cornes poussent jusqu’à la déception.

« A coup sûr le Covid n’a rien de léger ou de drôle, explique Danny Elfman, mais je peux quand même me permettre de titiller la façon folle dont l’isolement social a modifié tous les aspects de notre vie. C’est de ça que parle Love In The Time of Covid. Une expression de la folie borderline vécue par tant de gens. Dieu sait que c’est mon cas. J’ai écrit cette chanson du point de vue d’un jeune homme qui devient fou dans son appartement. J’ai fait la connaissance du réalisateur Sven Gutjahr grâce à ma directrice artistique Berit Gilma. Ensemble ils ont créé un court-métrage pour donner vie à l’histoire. Ils ont eu l’idée de transformer le personnage principal en une créature solitaire : beaucoup d’entre nous se sentent comme des extraterrestres dans ce nouveau monde insensé dans lequel nous vivons, j’ai trouvé l’idée très intéressante. »

Durant l’année, Danny Elfman sortira une chanson le 11 de chaque mois. Le nombre 11 a toujours eu une importance particulière pour Danny Elfman, Elf signifiant « onze » en allemand.

Danny Elfman – Love In The Time Of Covid

Living a life in a nutshell – Living a life in a nutshell
Stay inside and you’ll do well – break any rules and they might tell

World outside is humming — The mountain goats are sunning
This shit ain’t no fun, open the door and run….

Now nobody likes you, what a shame
Now nobody likes you, now nobody likes you…
Ooh, she likes me – ooh, she likes me, messages excite me
Ooh she likes me….

Love in the time of Covid (x4)

Keeping it, keeping it all inside (x3)
I want to see you, I want to see you
Without your clothes, without your skin
Without your skin – Without your skin
Sinning, sinning, sinning – Zoom me at midnight

I want to see you – without your clothes, without your skin
I want to see you – without your skin without your skin

Living a life in a nutshell, staying inside is a tough sell
Sniffing around for some intel – if I run out of buds it’ll be hell
Outside birds are singing – church bells are ringing
I’m filling up with feeling – open the door and run

Now nobody likes me (Nobody likes you) (x4)

Ooh, she likes me – her videos excite me,
Under the virtual moonlight, we got a date at midnight

Love in the time of Covid (x4)

Watching the cat, watching the cat,
Bouncing off the walls (I feel like that) – let’s make a rendezvous
It’s almost like having you in the room,
I want to have sex (too soon) – I can almost feel you
Starting to spin, staring to spin
Looking up, looking out, looking in
I’d give the world just to touch your skin.

Danny Elfman en concert.
DateLieuTickets
15
Jan
2022

Boettcher Hall

Denver (United States)
TICKETS
15
Avr
2022

Coachella Valley Music and Arts Festival 2022

Indio (United States)
TICKETS
09
Déc
2022

The SSE Arena, Wembley

London (United Kingdom)
TICKETS
10
Déc
2022

The SSE Arena, Wembley

London (United Kingdom)
TICKETS

Dates de concerts fournies par Bandsintown

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Plus dans Son du jour

thewavepicturaces-flightfromdestruction3

Vidéo : The Wave Pictures – Flight From Destruction

Bain de jouvence. Même si The Wave Pictures a sorti régulièrement des albums dont deux en 2018, les retrouver c’est revenir en 2008 avec leur formidable Instant Coffee Baby, un temps où l’on croisait David Ivar, Stanley Brinks ou Coming Soon.