A Place to Bury Strangers @ Le Trabendo

A Place to Bury Strangers @ Le Trabendo
Queen Mafalda - 13/05/2010

A Place to Bury Strangers en concert
La salle du Trabendo se remplit tout doucement ce soir pour A Place to Bury Strangers. Et le moins que l’on puisse dire du public, c’est qu’il est hétéroclite. Du jeune branché, de la groupie en herbe, du rockeur toutes tendances avec une belle majorité de gothiques, de sept à 77 ans et ce n’est presque pas une façon de parler…

Team Ghost

Difficile d’ouvrir pour un groupe annoncé comme « le plus bruyant de New York » et ce soir ce sont les français deTeam Ghost

qui s’y collent. Le son est électro rock, les guitares saturées, des touches un peu kitsch… Les plages calmes sont un poil moins intéressantes que les passages plus nerveuses, le chant est anecdotique. Il se dégage une mélancolie un peu adolescente de leurs morceaux. Et c’est plutôt une réussite. L’accueil du Trabendo aura été chaleureux.

A Place to Bury Strangers

Puis c’est au tour des new yorkais d’entrer sur scène et on se demande comment trois types peuvent faire autant de bruit. Ceci dit ils son bien aidés par la kyrielles de pédales d’effets qu’ils bricolent eux-mêmes. Le set est nerveux, crépusculaire, des ambiances de fonds de caves obscures et convoquant les plus noires des années 80. Même ambiance sur scène, les musiciens sont plongés dans la pénombre enfumée, si bien qu’on les distingue à peine assez tout de même pour voir gesticuler Olivier Ackermann (chant et guitare) d’un bout à l’autre de la scène.
La batterie claque, la basse est fournie, la guitare est malmenée et valdingue autour du guitariste à en faire péter les cordes. Le son est saturé, distordu au maximum, les larsens viennent s’en mêler. A Place to Bury Strangers serait en quelques sortes les petits frères psychotiques de Joy Division et Jesus & Mary Chains, un genre de Shoegaze de l’extrème.
L’ambiance est chirurgicale, froide, encore rehaussée par les images d’oscilloscope et ultra graphique projetées sur le plafond du Trabendo.

Les délires sonores hallucinés pousseraient presque à la transe tant ils sont habités. Mais les new yorkais sont sur le fil, leur réputation de groupe « le plus bruyant de new york », apposé sur l’affiche du concert comme une sorte d’avertissement, n’est pas usurpé et on se demande parfois s’ils ne flirteraient pas avec la démonstration.
A la fin du set, c’est une déferlante de stroboscope et de décibels de haute voltige. Après avoir enfoncée une phalange et demie dans mes oreilles, l’exercice cesse (un peu) d’être pénible, physiquement. On croirait presque un concours entre les musiciens et le public. Le premier qui a les oreilles qui saignent a perdu…

Et puis les lumières se rallument, la salle en redemande à corps et à cris et les revoilà sur scène pour un morceau du même acabit que le reste du concert. Sauf que l’ambiance n’est plus crépusculaire mais complètement apocalyptique. Les instruments volent, grands coups dans la batterie bancale, semi baston entre le bassiste et le guitariste… Après le déluge A Place to Bury Strangers, la scène ressemble à un champ de bataille.

Date : 12 mai 2010
Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Réponses
  1. Ca a mis du temps à s’installer, son immonde au début (trop clair, trop propre, voix bien en avant), puis peu à peu cela se pose et ça monte, déchainement vers la fin… ca fait du bien de voir ça, des années que j’avais pas vu un concert comme ça.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».

Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…

Skip The Use @ Main Square Festival, 06-07-2019

Cool as Skip The Use

Samedi 6 juillet 2019 : le Tour de France débute à Bruxelles et l’Hollandais Mike Teunissen gagne la première étape et étonne tout le monde en endossant le Maillot Jaune. Samedi 6 juillet 2019 : le Main Square entame son deuxième jour. Les Skip The Use s’échappent du peloton et endossent le Maillot Jaune du…

Arnaud Rebotini @ Main Square Festival, 06-07-2019

Arras Calling ! Arnaud Rebotini can’t fail !

Avant de monter sur la scène du Main Square pour clôturer la deuxième journée de l’édition 2019, Arnaud Rebotini après un passage à l’Astropolis avec le Don Van Club pour un concert autour de la B.O. de 120 Battements par Minute et avant de jouer aux Eurockéennes de Belfort, Rebotini est passé par le Main…

[MALN 2019] La quête sacrée des Temples

Avant d’entamer une tournée américaine conséquente et une date au Trabendo en septembre, les Temples étaient à Amiens pour commencer à défendre leur troisième album, Hot Motion et poursuivre leur quête de la meilleure chanson psychédélique.