Efdemin – Chicago

Efdemin : Chicago Pas sûr qu’en nommant son dernier opus « Chicago » Phillip Sollman aka Efdemin ait vu juste… Quoique… Il est bien question ici de deep-house dans ce qu’elle a de plus lumineux et solaire mais en une version minimaliste jusqu’au-boutiste qui en ferait le disque de danse parfait pour ascenseurs qui peuplent les multiples gratte-ciels de la Windy City. Ce disque est aussi un formidable hommage à la house des origines, comprendre hédoniste, joyeuse, répétitive et faite pour danser point barre.

Efdemin

« Chicago » est un disque de mille références plus ou moins obscures ainsi « Cowbell » nous ramènerait au grand incendie de la ville en 1871 provoqué selon la légende pour une vache ce qui permit à la cité des bords du Michigan de plonger tête la première dans le nouveau siècle pas encore né lors de la reconstruction. La pochette elle-même nous montre un immeuble comme un ultime hommage à un allemand dont les pairs architectes Mies Van der Rohe ou Gropius exilèrent aux Etats-Unis pour fuir le nazisme. « Night Train » nous rappelle que Chicago est l’un des nœuds ferroviaires les plus importants du pays et le track tout en claps secs, clochettes cristallines et cloches d’églises évoque la spiritualité dont se réclamait les fondateurs de la house. Le disque se nourrit également de jazz dont la ville fut un des épicentres, encore une fois en une version des plus abstraites et réduites à sa simple expression. On pourrait penser qu’à force de références et de micro-musique Efdemin risque de perdre en cours de route son auditeur, bien au contraire c’est tout le contraire qui se produit et l’on écoute d’une oreille plus qu’attentive son album et l’on se trouve happé et hypnotisé pour notre plus grand plaisir.


Efdemin (Dial Records) Live @ Phantasma, Harry Klein Club – 04-12-2009

Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.