We love Courtney !

© Mala McDonald
Courtney Barnett regarde sa Rae Street par la fenêtre de son balcon et nous chante le quotidien loin de l'ego du monde.

Le prochain album de Courtney Barnett, Things Take Time, Take Time was a été enregistré sur les terres des aborigènes du Wurundjeri Woiwurrung, l’occasion de mêler passé et présent et de saisir le temps qui passe. Avec Rae Street, on attend que le jour se transforme en nuit, les choses simples et la routine ont parfois du bon pour ne plus penser.

Things Take Time, Take Time was de Courtney Barnett sortira le 12 novembre.

Discographie

Courtney Barnett – Rae Street

In the morning I’m slow. I drag a chair over to the window. And I watch what’s going on. A garbage truck tiptoes along the road. Light a candle for the suffering. Send my best wishes with the wind. All our candles, hopes n prayers, though well-meaning they don’t mean a thing, unless we see some change. I might change my sheets today.

Well time is money and money is no man’s friend. And all eyes on the pavement, I’m not gonna touch ya don’t worry so much about it.

The day begins to shine. The parent teaches the child how to ride the bike wobbles side to side. Two dogs entangle, everybody smiles. The pair across the street; one’s up the ladder and one’s on their knees, painting the faded brick. What’s the point, it looks fine from up here.

Well time is money and money is no man’s friend. And all eyes on the pavement, I’m not gonna touch ya don’t worry so much about it. I’m just waiting for the day to become night.

Next door the kids run amok. The mother screams “don’t you ever shut-up?” And there’s one thing I know; the sun will rise today and tomorrow. We got a long, long way to go.

Well time is money and money is no man’s friend. And all eyes on the pavement, I’m not gonna touch ya don’t worry so much about it. I’m just waiting for the day to become night.

Shine those shoes n mow those lawns, let’s get back to normal. Lay it all on the table, you seem so stable, but you’re just hanging on. Let go that expectation, change the station, find out what out what you want.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Courtney Barnett

Courtney Barnett sans rancune

Les choses prennent du temps. Le temps de comprendre que l’on s’est trompé, que l’on a idéalisé, que l’on a été peut être berné. Et l’on a toujours l’autre à l’esprit, pour le conchier ou l’excuser.
TINALS 2019

Ça c’est TINALS !

Qu’importe les ‘ronchondoillons’, le TINALS demeure le festival indé incontournable du début de l’été. Malgré le succès et les tentations que cela aurait pu entraîner, ce festival a conservé sa philosophie exprimée dans sa profession de foi : « une programmation dictée uniquement par les coups de cœur dans un cadre verdoyant. De la musique avant […]

Plus dans News

Richard-dawson---pc-kuba-ryniewicz--13---300-dpi

Dawson craque

Notre peasant préféré de Newcastle Richard Dawson chevauche une monture imaginaire pour mieux nous dépayser avec Horse and Rider extrait de son génial dernier album, The Ruby Chord.
Talisco-human

De la nature humaine

Retour sur terre pour Talisco avec un titre, Human qui annonce un nouvel album.
Jeanfelzine-cettefemmeestunmystre

Le Roy Jean

« Ne dépouillez pas la femme de son mystère » écrivait Friedrich Nietzsche. C’est souvent elle qui pourtant nous dépouille de nos certitudes et de nos illusions. Jean Felzine adapte magistralement en français le She’s a Mystery to Me chanté par Roy Orbison paru en 1989 sur son album posthume.
Miossec-mesvoitures

Au volant avec Miossec

Miossec nous conte son épopée automobile. On prend alors la route à rebours où les voitures sont des compagnes, presque des amantes défuntes.