Kill all hippies !

Oh, man has invented his doom, un avertissement qui date de … 1983. Le Zim est le seul a avoir cette permission de tuer le game près de 40 ans après la sortie de License to Kill sur son album Infidels.

Alors que l’on s’apprête à baver devant le documentaire The Beatles : Get Back de Peter Jackson le 25 novembre sur Disney+, Bob Dylan dévoile des images tournées au Power Station de New York le 30 avril 1983 pour la sortie de Springtime in New York : The Bootleg Series Vol. 16 (1980-1985), un coffret avec Shot of Love (1981), Infidels (1983) et Empire Burlesque (1985). A l’image on croise Mark Knopfler (Dire Straits), Mick Taylor (The Rolling Stones) avec le bassiste Robbie Shakespeare et le batteur Sly Dunbar. Avec le maelström merdique qui s’annonce en 2022, on aurait bien besoin d’un Dylan chantant, « et son cerveau a été mal conditionné avec une grande habileté. »

Bob Dylan – License to Kill

Man thinks ’cause he rules the earth he can do with it as he please
And if things don’t change soon, he will
Oh, man has invented his doom
First step was touching the moon

Now, there’s a woman on my block
She just sit there as the night grows still
She say who gonna take away his license to kill ?

Now, they take him and they teach him and they groom him for life
And they set him on a path where he’s bound to get ill
Then they bury him with stars
Sell his body like they do used cars

Now, there’s a woman on my block
She just sit there facin’ the hill
She say who gonna take away his license to kill ?

Now, he’s hell-bent for destruction, he’s afraid and confused
And his brain has been mismanaged with great skill
All he believes are his eyes
And his eyes, they just tell him lies

But there’s a woman on my block
Sitting there in a cold chill
She say who gonna take away his license to kill ?

Ya may be a noisemaker, spirit maker
Heartbreaker, backbreaker
Leave no stone unturned
May be an actor in a plot
That might be all that you got
’Til your error you clearly learn

Now he worships at an altar of a stagnant pool
And when he sees his reflection, he’s fulfilled
Oh, man is opposed to fair play
He wants it all and he wants it his way

Now, there’s a woman on my block
She just sit there as the night grows still
She say who gonna take away his license to kill ?

Bob Dylan – Don’t Fall Apart on Me Tonight

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
kramies-ohioillbefine2

Kramies va toujours bien

Deux versions, deux ambiances, mais toujours en Ohio. Si Matt Berninger a quitté l’état du pavier même s’il demeure dans son sang, Kramies va bien, qu’il soit dans une forêt féérique ou sur le toit d’un bulding.
nickwheeldon-handhabits2

[EXCLU] Nick Wheeldon, main sur le coeur

Nick Wheeldon annonce la sortie le 5 novembre de son nouvel album, Communication Problems avec un nouveau titre en exclusivité, Hand Habits après son hommage à Neal Casal et le somptueux Every Street That We Knew.

Plus dans News

Adrien Legrand

[EXCLU] Bel-Vu, beau disque

Qu’il évoque ses cicatrices des premiers pas ou son quartier d’enfance d’Hérouville-Saint-Clair, Adrien Legrand nous tend un miroir même si ses chansons sont autobiographiques. On se souvient aussi de ces doux étés où l’on se croyait sur le toit du monde ou les jeux en bas d’immeubles défraichis.
caramia-entreparenthses

Parenthèse désenchantée

Cara Mia fait onduler les corps avec Entre Parenthèses son nouveau titre avec l’aide de Thibault Eskalt et Pierre Locatelli (Pharms).
Spitzer

Spitzer traque Chevalrex

Après avoir dynamité Thousand, remué Aquaserge et secoué Sure, Spitzer enténèbre le déjà angoissant Tant de fois sans doute le morceau le plus sombre de Chevalrex extrait de son quatrième album, Providence.
kramies-ohioillbefine2

Kramies va toujours bien

Deux versions, deux ambiances, mais toujours en Ohio. Si Matt Berninger a quitté l’état du pavier même s’il demeure dans son sang, Kramies va bien, qu’il soit dans une forêt féérique ou sur le toit d’un bulding.