Après une nuit de sommeil réparateur, le festivalier revient frais, dispo et arborant un t-shirt propre. La palme revenant aujourd’hui au jeune homme arborant fièrement la classification périodique des éléments chimiques sur le poitrail.

Rock En Seine 2010

Je ne me suis même pas fatiguée à aller voir Chew Lips, tellement leur album m’a plongée dans un ennui profond. J’ai peut être eu tort puisqu’on me dira plus tard que (dans le texte) : « Chew Lips est la meilleure chose qui soit arrivée à la musique depuis Mozart » Et je ne sais pas pourquoi mais quelque chose me dit que ce sont les hormones qui parlent.

Chew Lips @ Rock en seine 2010
Chew Lips @ Rock en seine 2010

Chew Lips – Karen (unplugged) | SK * Session

» Photos de Chew Lips

Premier concert du second jour, Viva & The Diva. Main de fer dans un gant de velours, la sagesse populaire leur va à ravir. Le groupe créé lors d’une carte blanche à Sonic Youth à la Villette, envoie un punk tendance krautrock, froid, primaire et sexuel. Viva & The Diva doit beaucoup à sa chanteuse énergique, péroxydée, courte en short et haute en talon, dont les intonations de voix rappellent (toutes proportions gardées) PJ Harvey. (Les mauvaises langues on le droit d’insinuer que ce sont les hormones qui reparlent)

Viva & The Diva @ Rock en seine 2010
Viva & The Diva @ Rock en seine 2010

Pop rock frais et printanier à destinations de festivaliers en fleurs du côté de Stereophonics. Le set est maitrisé. Sur scène, une classe froide et maitrisée qui doit faire partie de la panoplie de la rock star. Finalement, la prestation de 35 min manque un peu d’âme. Commentaire à chaud : « Les salauds, z’ont pas joué Have a Nice Day. » Pas mieux.

Stereophonics @ Rock en seine 2010
Stereophonics @ Rock en seine 2010

Avant l’entrée de Plan B sur scène, un maestro de l’Human Beat (Juke) Box s’attire les faveurs du public pour laisser la place à un rappeur variéteux en costard trois pièces. L’human beat box pendant trois quart d’heure aurait eu plus d’effet.

Paolo Nutini accompagné d’une formation de cuivre, oscille entre rude boy jamaicain des faubourgs londonien, farmer boy et morceau tendance Cotton Club. Avant de finir par l’inévitable Jenny Don’t be Hasty, Paolo Nutini offre une reprise de Time to Pretend plus lourde et électrique que l’originale d’MGMT. L’attitude désinvolte et la belle gueule de Nutini peuvent au choix, charmer ou énerver. Faites vos jeux.

Après Them Crooked Vultures a.k.a Les Petits Pois en 2009, c’est avec Queens Of The Stone Age que revient Josh Homme. Le public est en effervescence avant même l’entrée du groupe sur scène. QOTSA attaque d’emblée avec Feel Good Hit of The Summer, Sick Sick Sick et The Lost Art of Keeping a Secret histoire de mettre tout le monde d’accord. Ça transpire sec dans la « fosse ». La suite du set laisse place à des morceaux plus lents, plus lourds, pendant les quelles on aura tout le loisir d’apprécier l’efficacité des guitares. Puis une fin de set plus énervée, pleine de grands classiques: Little Sister, Go With The Flow ou encore « A song everybody knows » (La rock star est drôle), pour finir par un 3’s & 7’s et A Song For The Dead explosifs. Avec QOTSA difficile de faire l’impasse sur le charismatique Josh Homme, mais lorsqu’il se lance dans un monologue : « We care, this is important, we are important, you, us. If we do our job well, we’ll never forget that moment », les cyniques pourraient dire que le monsieur est un peu premier degré. Mais qu’importe, le type a l’air sincère, on lui pardonne. Le son était plutôt très moyen et vraiment trop bas, à tel point qu’on avait parfois du mal à entendre les solos de guitares parfaitement jouissifs dissimulés derrière la batterie surpuissante. On regrettera encore une petite chose, que le concert n’ai pas duré plus d’une petite heure et quart.

Queens Of The Stone Age @ Rock en seine 2010
Queens Of The Stone Age @ Rock en seine 2010

Tout Rock en Seine semble s’être donné rendez vous pour Massive Attack. Peut être pour se reposer après un LCD Soundsystem survolté, qui s’achèvera avec la calme et bienvenue New York.

» Photos de LCD Soundsystem

Le trip-hop des anglais de Massive Attack entre flow et transe revêt des allures de grandes messes à la nuit tombée. Leur set est en perpétuel tension entre électricité et électro. Teardrops devient une berceuse lugubre et quasi psyché, Angel est explosif, Inertia Creeps, tribal et ésotérique. Toute la force et l’intensité de leur musique se déploie sur le domaine de Saint Cloud pour une prestation qui restera une des meilleures de ce cru 2010.

Massive Attack

2010-08-28-massive-attack
2010-08-28-massive-attack
2010-08-28-massive-attack
2010-08-28-massive-attack
2010-08-28-massive-attack
2010-08-28-massive-attack
2010-08-28-massive-attack
2010-08-28-massive-attack
2010-08-28-massive-attack
2010-08-28-massive-attack
2010-08-28-massive-attack

2 Many DJ’s… Difficile d’apprécier la prestation pleine de mash-up pour club si on n’est pas au minimum à 2,5g. Malgré tout, l’efficacité est au rendez-vous. Sinon on peut se faire un blind test.

Photographe
Fou de musique au goûts éclectiques (électro, pop, rock, jazz...) fondateur de Soul Kitchen, réalisateur des SK* Sessions et photographe
Date : 28 aout 2010

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Vous avez aimé ? Partagez !
17 réponses sur « Rock En Seine, 2e journée avec Massive Attack »

Pas du tout d’accord avec toi pour un truc : Chew Lips :)
Et pour moi LCD Soundsystem et surtout Massive Attack : grosse claque comme je n’ai pas eu depuis longtemps…

Il y a longtemps que je n’avais pas passé une journée comme celle d’hier à Rock en Seine. Mais LE moment a été Massive Attack incontestablement.
Belles photos. Hâte de voir les autres.

Jónsi personnellement j’ai beaucoup aimé. Le fait d’avoir fait le concert en acoustique (matériels bloqués au Portugal) a renforcé la magie de la musique islandaise. Tornado m’a tordu le cœur.

perso le jour d’avant j’ai trouvé ca d’un chiant MA … pis alors quel son de merde.

Apres il se peut que pour RES c’etait mieux. Si je n’avais pas eu la flemme, je serais bien allé à l’aftershow au Bus Palladium (j’avais une invit)

Super journée hier….
Merci pour les photos moi qui ait tout vu « de loin »
J’ai adoré Massive !!!!

eh oh, les 2 Many DJ’s sont tout de même des maitres dans le domaine du Mash-Up mix, après la setlist on aime ou aime pas.. moi j’adhère !

Tu aimes Massive Attack ou pas ? Parce que ça change légèrement un avis sur un groupe :)
Avec la 3e journée passée, je confirme que pour moi c’était LE concert du festival

Pour moi, LE concert de cette journée (et du festival) était effectivement Jello Biafra. Marrant, d’ailleurs, les deux groupes les plus politisés qui jouaient en même temps… Pour les Queens, le set n’a même pas duré l’heure et quart prévue, ils ont quitté la scène à 21 heures au lieu de 21h15.

C’est plutôt pour Massive Arnack qu’il faut 2.5g…
J’ai jamais vu autant de gens déçus par une tête d’affiche à un festival.

Mise à part ça, merci pour les photos des concerts. :)

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

We Hate You Please Die

Live Forever We Hate You Please Die !

C’est incontestablement la révélation de l’édition 2019 de Rock En Seine. A Saint-Cloud, il y avait la barbe d’Eels, la basse de Simon Gallup (The Cure) et les chaussettes rouges de Raphaël Balzary, étonnant chanteur de We Hate You Please Die. Vindicatif comme Lux Interior et tranchant comme un Stooges, ce Rouennais emmène son groupe […]
Johnny Marr @ Rock En Seine, 23-08-2019

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».
Boy Azooga @ Rock En Seine 2019

[RES 2019] Boy Azooga, pop bazooka

Héritier de la folie douce des Gorky’s Zygotic Mynci et de l’éclectisme des Super Furry Animals, le Gallois Dave Newington alias Boy Azooga a eu tout bon sur son premier disque publié l’an passé chez le très chic label Heavenly Recordings (Mark Lanegan, UNLOVED, Amber Arcades). Il sera présent à Rock En Seine cette année […]

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]