[EXCLU] Séverine Daucourt – mature mature

Attention, objet sonore poétique militant non identifié. Transparaître (encore) est un "livre-qui-s'écoute", avec un QR Code. La liberté et l'engagement de Séverine Daucourt sont total pour celle qui souffre de troubles poétiques envahissants.

Severinedaucourtband7frankloriou
Severine Daucourt, Armelle Pioline, Michel Peteau © Frank Loriou
D’abord il y a cette voix qui vous caresse et vous gifle. Séverine Daucourt casse les codes, détruit les cases, bouleverse nos certitudes, remue nos émotions les plus enfouies. La poésie pour éveiller et déclencher, les mots pour aider, une forme de thérapie verbale. « Il s’agit de voir les choses telles qu’elles sont, sans filtres à la source, voir l’absence en face, tentatrice, voir la perte, le perdu. » On avait découvert Séverine Daucourt lors de la carte blanche de Bertrand Belin et La Féline à l’Opéra Underground de Lyon avec Transparaître (encore) qui nous avait traversé, pénétré, transpercé. Une soirée qui avait laissé des traces profondes et des questionnements. Avec Transparaître (encore), manifeste littéraire et musical, Séverine Daucourt se questionne, nous questionne. Elle renverse les paradigmes en témoignant du « drame féminin » avec sincérité, simplicité, droiture.
Severinedaucourt Photomatonfrankloriou
Severine Daucourt © Frank Loriou
A l’origine de ce « baladolivre », un poème publié en 2019 aux éditions LansKine à l’écriture sonore et viscérale dont la lecture chamboule. Voici donc le 15 février 2023 sa version musicale réalisée et arrangée par Armelle Pioline (Holden, SuperBravo) et Michel Peteau (Cheval Fou, SuperBravo). Objet hybride pop, spoken word, rock, pronunciamiento indomptable, intrépide et généreux, on est fascinés par cette symphonie des mots et du corps qui réveille les consciences, par le travail sur la musicalité des mots, sur leur scansion enivrante. La complexité des relations est au centre de ce projet intense, parfois violent, frontal sans être trivial. Un texte féministe sans tabous et sans jugement, un engagement fort dans une forme de transparence avec un travail minutieux de la langue. Le premier extrait mature mature s’ouvre par un avertissement, « cette vidéo contient des images inhabituelles, notamment des gros plans sur des visages de femmes de plus de 50 ans sans maquillages ni retouche. Âmes sensibles s’abstenir. » Si le son est velvetien, point de femme fatale dans cette litanie effrayante pour celle qui fait la grève du mirage, se sauve la peau, déclare son âge en fête.
Severinedaucourtband3frankloriou
Severine Daucourt, Armelle Pioline, Michel Peteau © Frank Loriou
Il faut donc écouter attentivement Transparaître (encore) et « regarder celles qui osent le naturel, la lenteur du temps, la vie des profondeurs, l’inattention assumée dénuée de rivalité, elles bravent le pire. Elles n’attendent plus, s’en réjouissent et douces comme une plume, mes modèles, signent la mort de cette enclume de convoitise. »

Transparaître (encore) sera disponible le 15 février 2023 aux Éditions LansKine / Collection Les Livres à 5 pattes .
Les éditions LansKine : www.editions-lanskine.fr
Le site de Séverine Daucourt : www.severine-daucourt-fridriksson.com
A lire son dernier livre, Les Eperdu(e)s – Petit précis de psychiatrie poétique aux éditions LansKine.

Séverine Daucourt – mature mature

On se désinfecte à coup d’intelligence et on croit que ça va cicatriser.

« Laura, 35 ans, psychologue scolaire, Sarah, 49 ans, CPE à paris, Shana, 45 ans, coiffeuse à Reims, Isabelle, 43 ans, institutrice à Orléans, Béatrice, 40 ans, prof d’arts plastiques à Toulouse, Deby, 40 ans, opticienne. D’autres utilisateurs ont été intéressés par des vidéos sur les thèmes : anal mature, belle mature, beurette mature, cul mature, gang-bang mature, lesbienne mature, mature amateur, mature chatte poilue, mature française, mature gros seins, mature levrette, mature nue, mature salope, partouze mature, trio mature, vieille mature. »

Jusqu’à 35 ans, on est « une rousse, une asiatique, une BBW (big beautiful woman), une beurette, une black, une blonde, un gros cul, des gros seins, une japonaise, une jeune de 18 ans, une latina, une lesbienne, une maman ou MILF (mother i’d like to fuck), une belle-mère, des petits seins, des pieds, une russe, une soumise », apparemment sans profession.

Après 35 ans, on devient sorcière ou femme active. Il faut donc être adulte au plus tôt, travailler illico, sinon risquer d’être condamnée à rester OJE (objet de jeunesse éternelle).

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Timdup-lesimmortelles2

Vidéo : Tim Dup – Les immortelles

Tim Dup fait petit à petit sa place dans la chanson en français. Avec Les immortelles, déjà son quatrième album depuis 2017, il touche par sa simplicité.
Lauraclauzel-minuit

Vidéo : Laura Clauzel – Minuit

On a besoin d’amour, quelle que soit l’heure. Mais à Minuit, les corps s’éveillent et Laura Clauzel nous propose de nous « perdre encore un peu dans des volutes d’amour, ivres de vie et d’envie. »

Plus dans Son du jour

Timdup-lesimmortelles2

Vidéo : Tim Dup – Les immortelles

Tim Dup fait petit à petit sa place dans la chanson en français. Avec Les immortelles, déjà son quatrième album depuis 2017, il touche par sa simplicité.
Lauraclauzel-minuit

Vidéo : Laura Clauzel – Minuit

On a besoin d’amour, quelle que soit l’heure. Mais à Minuit, les corps s’éveillent et Laura Clauzel nous propose de nous « perdre encore un peu dans des volutes d’amour, ivres de vie et d’envie. »
Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

[EXCLU] Vidéo : Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

LA ville du Havre comme vous ne l’avez jamais vue. Stéphanie Acquette la métamorphose en ville de science fiction où deux héroïnes extra terrestres s’affrontent à coups de pistolets laser dans une quête quasi spirituelle.
Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Vidéo : Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Évidemment, si vous avez vu Phase IV de Saul Bass, vous ne regardez plus les fourmis de la même façon. Avec la musique d’Orval Carlos Sibelius, c’est encore plus déroutant avec la fin inédite du film pour cette ode à l’inévitable apocalypse.