Catégories
Concerts (live reports)

Godspeed You ! Black Emperor @ Grande Halle de la Villette, 14/01/2011

La pluie qui tombe sur la Halle de la Villette vient parfaire l’atmosphère étrangement menaçante qui règne ce soir-là Porte de Pantin. La salle s’emplit progressivement d’une foule habillée principalement en noir, venue en nombre pour assister à la grande messe que certains attendent depuis presque huit ans et que plus personne n’espérait. Salle comble donc pour un des premiers grands événements musicaux de ce début d’année, le retour sur scène d’un des ensembles pionniers du genre qui viendra à être connu sous l’étiquette de post-rock.

Godspeed You ! Black Emperor

Le long requiem de près de deux heures-et-demi du collectif montréalais débute par un morceau bourdonnant de guitares mêlées, comme pour faire table rase et mieux poser les mélodies à suivre, et au cours duquel les huit musiciens entrent progressivement sur scène, ajoutant leur contribution à cette symphonie bruitiste—Hope Drone. Sur l’écran au fond de la scène, le mot « hope » écrit en blanc sur un fond noir saute et grésille, fournissant l’arrière-plan (ironique ?) de cette entame atmosphérique.

Puis, sur un violon chevrotant des sons aigües résonnent les premières notes glaçantes de Gathering Storm, rapidement accompagnées de cymbales tintant comme les cloches de cent églises. La batterie reprend et martèle les longues envolées lyriques des trois guitares qui explosent en une déflagration sonore, touchant en plein cœur un public hypnotisé par les images de lignes de chemin de fer, de friches industrielles, de pages de rapport secret défense ou de raffineries aux cheminées crachant flammes et fumée qui défilent en continu.

Tout à coup, la voix d’un vieillard racontant ses souvenirs d’enfance résonne tristement, avant de se fondre dans les accords en mineur des guitares et dans la vibration d’un violon esseulé. Monheim, ou la bande-son d’une fin du monde en douceur qui arracherait des larmes au plus insensible des spectateurs.

Après la violence envoûtante des arabesques sonores d’Albanian, la voix plaintive qui s’élève annonce l’atmosphère suffocante de Chart#3 et World Police and Friendly Fire, qui achèvent de transir d’angoisse un public déjà sonné par la violence émotionnelle des premiers morceaux. L’accélération finale de la batterie et des percussions, soulignant une montée de guitares stridentes, semble menacer d’explosion la verrière de la grande halle.

La fin du concert ne sera qu’une lente descente dans la noirceur caractéristique de ces grands maîtres du tourment musical, exécutant avec une précision macabre leurs symphonies du désespoir, notamment une version épique de Rocket Falls on Rocket Falls, propulsant en l’air une myriade de sons assourdissants et saturés avant de parachever méthodiquement cette thérapie d’électrochocs musicaux avec les harmonies rassurantes et sous-marines de BBF3.

Les musiciens se lèvent, saluent discrètement et timidement une foule marquée nerveusement. Les lumières se rallument, comme à la fin d’un long et beau cauchemar (les cauchemars n’ont pas de rappel). La catharsis a fonctionné à merveille. On s’en retourne purgé de ses angoisses, prêts à affronter la fin d’un hiver trop long et le début d’une nouvelle année. Merci et bon vent, empereur noir.

Date : 14 janvier 2010

Vous avez aimé ? Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Vite, Godspeed !

Le dixième album de Godspeed You! Black Emperor, G_d’s Pee at State’s End ! est une nouvelle fois la bande son de notre époque réalisée par Jace Lasek (The Besnard Lakes), à écouter en lisant L’Âge du capitalisme de surveillance de Shoshana Zuboff.
Avec le soleil sortant de sa bouche3

C’est le fun avec ALSSDSB au Marché Gare

Ceux qui les ont vu au Sonic en décembre 2015 s’en rappellent encore, les déjantés québécois d’Avec le soleil sortant de sa bouche, ALSSDSB pour les intimes sont de retour au Marché Gare à Lyon le mardi 28 février.
Ought - Sun Coming Down

Ought double la mise

Il faut mettre le décibel quand il est encore chaud. Un an après la publication de son premier album, Ought revient avec de nouvelles chansons dans sa besace. Le premier extrait, Beautiful Blue Sky, laisse présager une météo éclatante pour ces Canadiens.
Ought - More Than Any Other Day

Ought

Ought – More Than Any Other Day Bon, on tient le cinglé de l’année en la personne de Tim Beeler. Le chanteur des Ought emballe à lui seul le disque.
Alden Penner - Precession

Alden Penner, l’attrape-cœurs

Le formidable Alden Penner (Unicorns, Clues) est de retour avec un EP, Precession, 4 titres en apesanteur tout en haut du sapin. Alden Penner – Precession
Tindersticks - Le Fil

Les Tindersticks sur le fil

Tindersticks – Le Fil Les Tindersticks faisaient escale au Fil à St-Etienne la semaine dernière. Je me souviens de mon premier concert avec la bande à Stuart Staples en avril 1994 au club du Transbordeur à Lyon, bien avant son déménagement de Nottingham vers les profondeurs du Limousin.
Siskiyou - Keep Away The Dead

Sur la montagne Siskiyou

Siskiyou – Keep Away The Dead Siskiyou, c’est une montagne à cheval sur la Californie et l’Oregon, mais c’est aussi Colin Huebert et Erik Arnesen, une partie de Great Lake Swimmers. Formés à Vancouver (et oui, encore un groupe canadien formidable !), ils sont en tournée en France pour présenter Keep Away the Dead sorti…

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…