Et voilà, le mois d'Aout arrive, c'est la période de l'année qu'attendent avec impatience les sacs de hipster et les t-shirt les plus cools pour sortir de leur placard. On notera cette année une recrudescence des chemises à carreaux. Et si les lunettes de soleil se font timides c'est l'occasion de sortir ses bottes en caoutchouc... Ah c'est pas un blog de mode ici ? Pardon je reprends. De l'avis général, cette édition de Rock en Seine jouissait d'une programmation en carton. Mais c'était peut-être l'avis de ceux qui en sont restés aux portes, ou de malchanceux fauchés. Quoi qu'il en soit, il semblerait que l'édition 2011, qui s'est offert une scène de plus, atteigne un pic d'affluence. Trajectoire d'une festivalière lambda.

Cage The Elephant

Cage The Elephant @ TransMusicales, Rennes | 04.12.2008
Cage The Elephant @ TransMusicales 2008

Le groupe du Kentucky, emmené par un ado survolté qui fout le bordel d’entré de jeu (et finira très rapidement au milieu du public) envoie une énergie naïve et juvénile communicative, distillée dans un pop / punk rock aux guitares cradingues dans un esprit largement 90’s. On y reconnait tour à tour les Red hot chili peppers, les Pixies… Le potentiel du groupe est nettement plus punk qu’en studio alors si on entend partout que le chevelu fait penser à Kurt Cobain, c’est à mon sens plus vers un Jay Reatard, plus punk, qu’il faut regarder. Ce chanteur est indéniablement l’atout majeur du groupe : il crache, il éructe il se roule par terre. Il a l’insolence de la jeunesse.

Blonde RedHead

C’est froid, c’est doux, c’est mélancolique, c’est planant, c’est Blonde RedHead. C’est bien.

The Streets

The Streets monte sur scène pour un set disco, funky, Dub step, Drum N Bass dans la plus pure tradition. Mike Skinner semble animé d’une colère tout au long d’un live qui ne cessera de monter en puissance pour finir en pogo géant. L’anglais ne manquera pas de rendre hommage à Amy Winehouse. The Streets, pour son dernier concert français, offre un des live les plus burné de cette édition.

Interpol

Interpol souffre de deux choses : un album réussi dont ils ne sont plus à la hauteur et un leader arborant un charisme de moule, également connu comme syndrome du bigorneau. Le groupe anglais égraine son premier album avec une envie relative. Un peu de Smith, un peu d’Echo & The Bunnymen, un peu de U2 pour le coté rock à stade… Bref un condensé pop rock de 80’s. Ils connaissent un peu trop la leçon pour être honnête. Les ficelles sont un peu trop grosses pour être oubliées.

Arctic Monkeys

Les Arctic Monkeys sont là où on les attend, une tête d’affiche efficace au set carré. Sans surprise. De la brit pop dans les règles de l’art. On a presque la sensation d’assister à un cour magistral, l’énergie gagne les premiers rangs, les autres écoutent. « Les Arctic monkeys faut les voir quoi, tu vois ? ».

Sexy Sushi

Le set electro clash minimal et naïf de Sexy Sushi arbore des allures de freak show dont l’intérêt réside peut être plus dans la performance que dans la musique. Il s’agit presque d’une grande messe expiatoire au caractère semi ésotérique dont le but serait d’extraire toute once de sérieux et d’âge adulte des participants… Le tout saupoudré d’une dose de stupre.

Sexy Sushi – Tu dégages

Death From Above 1979

Métal gotho stoner à effectif réduit sur la scène de la cascade pour le duo Death From Above 1979. Les morceaux sont autant de murs du son impénétrables qui donnent envie d’être défoncés à coup de boule. Death From Above 1979 est une déflagration sonore jouissive qui décolle le neurone. Amateur de folk s’abstenir.

Etienne De Crecy

C’est Etienne De Crecy, avec son live Beats’nCubes qui est chargé d’activer nos pieds bien endoloris dans un dernier soubresaut électro mâtiné de techno à l’ancienne, de house et de sonorités à la fois rétro-futuristes et 8-bit. Si vos pieds restent collés au sol c’est que, aux choix, vous n’étiez pas à Rock en Seine, ou que vous êtes sourd.

Date : 27 aout 2011

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
1 réponse sur « Rock En Seine 2011 – Jour 2 »

J’ai fait un article sur les bottes de RES !!!

3 jours intenses, plein de découvertes pour moi…

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

We Hate You Please Die

Live Forever We Hate You Please Die !

C’est incontestablement la révélation de l’édition 2019 de Rock En Seine. A Saint-Cloud, il y avait la barbe d’Eels, la basse de Simon Gallup (The Cure) et les chaussettes rouges de Raphaël Balzary, étonnant chanteur de We Hate You Please Die. Vindicatif comme Lux Interior et tranchant comme un Stooges, ce Rouennais emmène son groupe […]
Johnny Marr @ Rock En Seine, 23-08-2019

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».
Boy Azooga @ Rock En Seine 2019

[RES 2019] Boy Azooga, pop bazooka

Héritier de la folie douce des Gorky’s Zygotic Mynci et de l’éclectisme des Super Furry Animals, le Gallois Dave Newington alias Boy Azooga a eu tout bon sur son premier disque publié l’an passé chez le très chic label Heavenly Recordings (Mark Lanegan, UNLOVED, Amber Arcades). Il sera présent à Rock En Seine cette année […]

Plus dans Concerts (live reports)

Bandabardò & Cisco a Ripatransone

Festa a Ripa !

Bardot chantait nue au soleil, Bandabardò invite Cisco sur son dernier album, Non fa paura à rester nu et manifester. Date : vendredi 12 août
Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.