The Bewitched Hands - Festival de Sédières 2011
The Bewitched Hands - Festival de Sédières 2011

Tout était réuni pour une belle soirée au château de Sédières en Corrèze, un lieu hors du temps, des artistes français de qualité et un public mêlant connaisseurs et touristes de passage, parfois les deux.

Zak Laughed

Zak Laughed @ festival de Sédières 2011
Zak Laughed - Festival de Sédières 2011

Il est indéniable que Zak Laughed a grandi et pas qu’en taille. Sa musique a pris de l’ampleur même en duo ici avec le couteau suisse Ceddy Gonot (Coming Soon, Red, Miss Mary Mack) à la basse, guitare, orgue Farfisa, batterie et chœurs pour l’ouverture de cette soirée french touch. Les deux larrons nous offrent un set resserré dans un exercice périlleux et culotté avec des titres réarrangés juste pour l’occasion. Fini de rire donc pour Zak qui nous balance un folk garage dans une grange, on pense à Jonathan Richman ou à Lou Barlow, c’est Love in a – dirty – carpet avec les titres âpres de son second disque (chez Kütu Folk Records). D’une voix assurée, il s’amuse gravement avec les personnages de son petit théâtre personnel, enfin libre avec Voiceless declaration, un Sculpture of Birds sur le fil, une Dear Girl vibrante, l’émouvante 18th teen song à l’orgue, un Wolf lunaire, un Funny John pas si drôle, un Lucky random déchirant ou un Traveling Cat inédit à la guitare. Zak remercie enfin l’assistance dont il a longtemps fait partie et ce magnifique festival au milieu des bois et des étangs corréziens.

Zak Laughed - Festival de Sédières 2011
Zak Laughed - Festival de Sédières 2011

The Bewitched Hands on the Top of our Heads

The Bewitched Hands - Festival de Sédières 2011
The Bewitched Hands - Festival de Sédières 2011

Les balances à l’arrache du sextet rémois The Bewitched hands font craindre le pire, voix gouailleuses et anglais à la François Baroin. Pendant que le sosie de Landru roule des yeux exorbités, le bassiste redneck hurle dans son micro et la guitare du blondinet lunetté façon Agnan sans petit Nicolas rugit. Ils commencent par Happy with you comme sur leur second album et c’est déjà une explosion de couleurs chamarrées, une onde communicative de bien être. C’est beaucoup plus électrique et rock sur scène, sans doute moins éclectique et travaillé que sur le disque, il y a beaucoup de reverb’ dans les voix et les titres finissent un peu par se ressembler. Mais le groupe est champion pour transformer de leurs ‘mains’ la scène en sabbat musical avec des hymnes fédérateurs à faire remuer les bras et secouer les guiboles. Ils égrènent des tubes en pagaille, Hard to cry (litanie de l’année ? I’m crying forever), Work, Birds & drums avant de passer en mode Cloco électrocuté en balançant un Cold que ne renierait pas Didier Wampas dans son futur effort solo. On se quitte sur Sahara dream et son entêtant refrain kaléidoscope « don’t you want to says goodbye » qui transforme la grange en maison du bonheur.

The Bewitched Hands on the Top of our Heads - Festival de Sédières 2011
The Bewitched Hands - Festival de Sédières 2011

Syd Matters

Syd Matters - Festival de Sédières 2011
Syd Matters - Festival de Sédières 2011

Avec Syd Matters, on passe la vitesse supérieure avec un talent hors norme, une absence totale de pose et une musique absolument amniotique. Le temps se suspend pendant l’interprétation de véritables symphonies de poche à la richesse incroyable. Syd Matters sidère et excelle dans la fabrication d’une pate sonore foisonnante aux couches amples. Le groupe jouera une bonne partie de l’opulent dernier opus Brotherocean où la voix calme, aérienne, stratosphérique de Jonathan Morali apaise et fait des miracles. Mais seul, il n’atteindrait pas le nirvana musical sans ses quatre comparses, frères musiciens en total harmonie qui étoffent chaque titre de chœurs subtils, de claviers chatoyants, de boucles envoûtantes, de flûte ‘debussyienne’ pour au final créer un rock folk progressif cathartique, onirique, impressionniste qui donne à voir autant qu’à écouter. On se sent dans une bulle, des atmosphères sont créées pour chaque titre mais sans artifices de lumière ou autres fanfreluches. L’ensemble est à pleurer de beauté simple, Hi Life donne envie de mordre la vie, River Sister de plonger pour rejoindre l’autre rive, Rest de craquer pour une sieste crapuleuse, I Might Float de faire la planche au milieu des nénuphars de la mare du domaine de Sédières. Un pur moment de douceur, d’apaisement, et de sérénité avec un groupe qui n’infantilise pas son public.

The Dø

The Dø a jeté ses cahiers (Oxford) au feu avec la maitresse au milieu. On les avait quitté en duo énervant et gentiment consensuel avec leur premier album phénomène gloubiboulgaesque ‘A Mouthful’, on les découvre six sur scène avec deux impressionnantes batteries de casseroles de cuisine pour mieux concocter des plats pop sucrés / salés. Dan jongle toujours avec ses claviers et sa basse pendant qu’une Olivia ballerine électrique vocalise à la façon de Bianca Castafiore avec parfois un mégaphone enguirlandé et lumineux. Certains parlent d’expérimentation, de déstructuration de chansons, de recherches sonores sophistiquées mais cela se transforme vite en grosse machinerie théâtralisée sans âme. Il y a sans doute beaucoup de talent, d’idées originales mais le tout gagnerait à être plus simple, moins tapageur, moins tape-à-l’œil comme avec l’intro seule à la guitare d’Olivia sur On my shoulders qui rend enfin grâce à la justesse de sa voix.

Date : 26 juillet 2011
Partagez!
d'articles et photos
A lire dans “Concerts (live reports)
Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…

Skip The Use @ Main Square Festival, 06-07-2019

Cool as Skip The Use

Samedi 6 juillet 2019 : le Tour de France débute à Bruxelles et l’Hollandais Mike Teunissen gagne la première étape et étonne tout le monde en endossant le Maillot Jaune. Samedi 6 juillet 2019 : le Main Square entame son deuxième jour. Les Skip The Use s’échappent du peloton et endossent le Maillot Jaune du…

Arnaud Rebotini @ Main Square Festival, 06-07-2019

Arras Calling ! Arnaud Rebotini can’t fail !

Avant de monter sur la scène du Main Square pour clôturer la deuxième journée de l’édition 2019, Arnaud Rebotini après un passage à l’Astropolis avec le Don Van Club pour un concert autour de la B.O. de 120 Battements par Minute et avant de jouer aux Eurockéennes de Belfort, Rebotini est passé par le Main…

[MALN 2019] La quête sacrée des Temples

Avant d’entamer une tournée américaine conséquente et une date au Trabendo en septembre, les Temples étaient à Amiens pour commencer à défendre leur troisième album, Hot Motion et poursuivre leur quête de la meilleure chanson psychédélique.

Jean-Louis Aubert

Aubert toujours vert !

Jean-Louis Aubert, solaire, seul mais pas solitaire, et surtout solidaire du monde, et de la vie. Une parenthèse enchantée d’un soir d’été, à Sète, un balcon sur la mer.

[MALN 2019] Balthazar nous a mis la fièvre !

« Il sort de nulle part, une frappe de bâtard, on a Benjamin Pavard ! » pouvait on entendre dans les rues d’Amiens en juillet 2019. Onze mois plus tard, résonnaient dans les rues d’Amiens plus ou moins les mêmes paroles : « Ils sortent de nulle part, une classe de bâtard, on a Balthazar ! »

[MALN 2019] Merveilleux Andrew Bird

Revenu avec My finest Work Yet l’un des albums de l’année, Andrew Bird a fait des merveilles pour le premier soir de Minuit Avant La Nuit.

[MALN 2019] Fondants Foxwarren !

Deux ans après sa venue à Amiens pour défendre et surtout jouer l’album The Party, Andy Shauf était de retour hier soir à La Lune des Pirates. Et avec Shauf, le changement c’est maintenant.

Cool as Wilco

Après un break de deux ans, Wilco remet la gomme avec une mini tournée française qui n’est qu’une étape vers la sortie dans les mois prochains mois d’un onzième album et d’un concert parisien au Trianon.

Angèle @ Zénith Amiens - 05 juin 2019

Balance ton concert

Avant d’être la tête d’affiche du Main Square et du Paléo Festival (pour ne citer qu’eux), Angèle posait ses enceintes dans un Zénith d’Amiens qui affichait complet (comme les autres) pour faire danser et chavirer les cœurs de plusieurs générations.

Le Souldier Tour de Jain fait étape à La Halle Tony Garnier

« C’est la plus grande salle que j’ai jamais faite ! » s’est exclamée Jain devant le public de la Halle Tony Garnier. L’artiste, pourtant déjà détentrice d’une double victoire de la musique, à laquelle s’est ajoutée une nomination aux prestigieux Grammy Award, tout cela dans le cadre d’une tournée mondiale n’a pourtant rien d’une débutante. Elle…

Add to Jeanne Added

Quasiment quatre ans après son passage à La Lune des Pirates, Jeanne Added revient à Amiens. Entre 2015 et 2019, elle est restée la même.

Balthazar © Fabrice Buffart

Fièvre à l’Epicerie avec Balthazar !

Belle fête d’anniversaire pour Michiel, batteur du groupe belge Balthazar qui avait invité plusieurs centaines d’auditeurs pour célébrer fiévreusement l’événement à l’Épicerie Moderne de Feyzin.

Bryan’s Magic Tears : It’s Kind of Magic

Les Bryan’s Magic Tears étaient de passage à Amiens pour deux missions éminemment dangereuses. Ouvrir pour Le Villejuif Underground le vendredi soir et faire un goûter-concert le lendemain après-midi. Missions impossibles pour le gang de Benjamin Dupont, le Ethan Hunt de l’affaire ? Du tout. Attention, cet article s’auto-détruira dans 20 secondes.

Shaka Ponk © Elsa SCHULHOF

Shaka’Lyon : Beautiful Freak

Il y avait quelque chose dans l’air, comme une réminiscence d’un air de Eels et du fabuleux Beautiful Freak.

P’tit Gibus & Grand Dando

Point final d’une tournée européenne (triomphale), le concert des Lemonheads au Gibus Club a tenu toutes ses promesses.

The Wombats @ le Trabendo, Paris, 05/02/2019

The Wombats au Trabendo

En ce début du mois de février le Trabendo accueillait Circa Waves et The Wombats pour un show rock des plus déjantés !

Ibeyi

Ibeyi gonna run the world

Lisa exubérante et fragile, Naomi discrète et forte. Deux caractères, deux facettes indissociables d’un même visage, forment depuis 2014, le duo Ibeyi. Elles présentaient pour la deuxième fois à Lyon les titres de leur album Ashes sorti en septembre 2017.

Calogero © Elsa Schulhof

Calogero en Liberté (Chérie)

C’est une silhouette reconnaissable entre mille. Une ombre fragile qui s’avance avec en bandoulière une basse de gaucher sur la scène de la Halle Tony Garnier. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *