Tout était réuni pour une belle soirée au château de Sédières en Corrèze, un lieu hors du temps, des artistes français de qualité et un public mêlant connaisseurs et touristes de passage, parfois les deux.

Zak Laughed

Zak Laughed - Festival de Sédières 2011
Zak Laughed - Festival de Sédières 2011

Il est indéniable que Zak Laughed a grandi et pas qu’en taille. Sa musique a pris de l’ampleur même en duo ici avec le couteau suisse Ceddy Gonot (Coming Soon, Red, Miss Mary Mack) à la basse, guitare, orgue Farfisa, batterie et chœurs pour l’ouverture de cette soirée french touch. Les deux larrons nous offrent un set resserré dans un exercice périlleux et culotté avec des titres réarrangés juste pour l’occasion. Fini de rire donc pour Zak qui nous balance un folk garage dans une grange, on pense à Jonathan Richman ou à Lou Barlow, c’est Love in a – dirty – carpet avec les titres âpres de son second disque (chez Kütu Folk Records). D’une voix assurée, il s’amuse gravement avec les personnages de son petit théâtre personnel, enfin libre avec Voiceless declaration, un Sculpture of Birds sur le fil, une Dear Girl vibrante, l’émouvante 18th teen song à l’orgue, un Wolf lunaire, un Funny John pas si drôle, un Lucky random déchirant ou un Traveling Cat inédit à la guitare. Zak remercie enfin l’assistance dont il a longtemps fait partie et ce magnifique festival au milieu des bois et des étangs corréziens.

Zak Laughed - Festival de Sédières 2011
Zak Laughed - Festival de Sédières 2011

The Bewitched Hands on the Top of our Heads

The Bewitched Hands - Festival de Sédières 2011
The Bewitched Hands - Festival de Sédières 2011

Les balances à l’arrache du sextet rémois The Bewitched hands font craindre le pire, voix gouailleuses et anglais à la François Baroin. Pendant que le sosie de Landru roule des yeux exorbités, le bassiste redneck hurle dans son micro et la guitare du blondinet lunetté façon Agnan sans petit Nicolas rugit. Ils commencent par Happy with you comme sur leur second album et c’est déjà une explosion de couleurs chamarrées, une onde communicative de bien être. C’est beaucoup plus électrique et rock sur scène, sans doute moins éclectique et travaillé que sur le disque, il y a beaucoup de reverb’ dans les voix et les titres finissent un peu par se ressembler. Mais le groupe est champion pour transformer de leurs ‘mains’ la scène en sabbat musical avec des hymnes fédérateurs à faire remuer les bras et secouer les guiboles. Ils égrènent des tubes en pagaille, Hard to cry (litanie de l’année ? I’m crying forever), Work, Birds & drums avant de passer en mode Cloco électrocuté en balançant un Cold que ne renierait pas Didier Wampas dans son futur effort solo. On se quitte sur Sahara dream et son entêtant refrain kaléidoscope « don’t you want to says goodbye » qui transforme la grange en maison du bonheur.

The Bewitched Hands on the Top of our Heads - Festival de Sédières 2011
The Bewitched Hands - Festival de Sédières 2011

Syd Matters

Syd Matters - Festival de Sédières 2011
Syd Matters - Festival de Sédières 2011

Avec Syd Matters, on passe la vitesse supérieure avec un talent hors norme, une absence totale de pose et une musique absolument amniotique. Le temps se suspend pendant l’interprétation de véritables symphonies de poche à la richesse incroyable. Syd Matters sidère et excelle dans la fabrication d’une pate sonore foisonnante aux couches amples. Le groupe jouera une bonne partie de l’opulent dernier opus Brotherocean où la voix calme, aérienne, stratosphérique de Jonathan Morali apaise et fait des miracles. Mais seul, il n’atteindrait pas le nirvana musical sans ses quatre comparses, frères musiciens en total harmonie qui étoffent chaque titre de chœurs subtils, de claviers chatoyants, de boucles envoûtantes, de flûte ‘debussyienne’ pour au final créer un rock folk progressif cathartique, onirique, impressionniste qui donne à voir autant qu’à écouter. On se sent dans une bulle, des atmosphères sont créées pour chaque titre mais sans artifices de lumière ou autres fanfreluches. L’ensemble est à pleurer de beauté simple, Hi Life donne envie de mordre la vie, River Sister de plonger pour rejoindre l’autre rive, Rest de craquer pour une sieste crapuleuse, I Might Float de faire la planche au milieu des nénuphars de la mare du domaine de Sédières. Un pur moment de douceur, d’apaisement, et de sérénité avec un groupe qui n’infantilise pas son public.

The Dø

The Dø a jeté ses cahiers (Oxford) au feu avec la maitresse au milieu. On les avait quitté en duo énervant et gentiment consensuel avec leur premier album phénomène gloubiboulgaesque ‘A Mouthful’, on les découvre six sur scène avec deux impressionnantes batteries de casseroles de cuisine pour mieux concocter des plats pop sucrés / salés. Dan jongle toujours avec ses claviers et sa basse pendant qu’une Olivia ballerine électrique vocalise à la façon de Bianca Castafiore avec parfois un mégaphone enguirlandé et lumineux. Certains parlent d’expérimentation, de déstructuration de chansons, de recherches sonores sophistiquées mais cela se transforme vite en grosse machinerie théâtralisée sans âme. Il y a sans doute beaucoup de talent, d’idées originales mais le tout gagnerait à être plus simple, moins tapageur, moins tape-à-l’œil comme avec l’intro seule à la guitare d’Olivia sur On my shoulders qui rend enfin grâce à la justesse de sa voix.

Date : 26 juillet 2011

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

H-Burns

Thanks for the show

Merci Arte pour ce concert capté le 7 juillet 2021 au festival Days Off. L’art de la reprise est difficile, celui de l’hommage encore plus. Renaud Brustlein bien entouré revisite Léonard Cohen avec amour et déférence en chantant les « Master Songs » du maître canadien.
Prudence - Never With U

Vidéo : Prudence – Never With U

Dear Prudence, won’t you come out to play ? Dear Prudence, greet the brand new day, the sun is up, the sky is blue, it’s beautiful and so are you chantait en 1968 un petit groupe anglais sur un album immaculé écrit en colo en plein air. En 2020, surgit des confins du confinement ce […]
The Bewitched Hands

Happy with Bewitched Hands !

C’était en 2012. Pile poil entre le SRAS et le COVID-19. The Bewitched Hands prenaient l’air sur le parvis de la Cathédrale de Reims et l’on a envie immédiatement de réécouter leur Birds & Drums.
Shorebilly

Pas d’chichis avec Shorebilly !

Dans la famille Syd Matters, je réclame le fan d’électro ! Après avoir officié comme homme de l’ombre pour Florent Marchet et H-Burns, Rémi Alexandre se met sous les feux des projecteurs et présente son travail.

Plus dans Concerts (live reports)

Bandabardò & Cisco a Ripatransone

Festa a Ripa !

Bardot chantait nue au soleil, Bandabardò invite Cisco sur son dernier album, Non fa paura à rester nu et manifester. Date : vendredi 12 août
Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.