James Blake, un cas de conscience ?

James Blake, un cas de conscience ? Il aura été une des sensations de 2011 pour beaucoup, James Blake avait repris Feist, collaboré avec Bon Iver, était nommé pour le Mercury Prize comme Antony Hegarty en 2005 mais ne l'a pas eu, le clip de sa reprise du standard de Joni Mitchell avec Rebecca Hall fait se pâmer la planète musicale.

James Blake

Autant le dire tout de suite, James Blake m’ennuie prodigieusement. Il est pourtant l’auteur de gentilles chansons (je n’aime pas dire du mal des gens mais effectivement, elles sont gentilles…), adoubé par Pitchfork ou Magic qui le qualifie de messie, soit. Quand j’écoute ce A case of you aseptisé à la David Hamilton filmé par Seb Edwards, je vois une énième pub pour parfum chic avec la star qui va bien, les plans introspectifs soulignant (gnan ?) les aléas de la vie, le tout sublimé par cette voix pleine d’affèterie pour moi, comble d’aisance et d’élégance pour d’autres. Alors peut être que tout vient de cette reprise maniérée ou de ce que l’on construit tout autour de ce jeune artiste qui n’a pas l’air de vouloir faire mal à une mouche, ce titre figure d’ailleurs dans la série familiale et lourdaude Parenthood. Alors voilà, à la vision de ce clip, mon thermomètre à émotion reste à zéro, c’est le trou noir, l’occasion de réécouter la version pindarique d’un Prince au sommet de son art en 1983.

James Blake – A Case of You

Prince – A Case of You

https://www.youtube.com/watch?v=gMMPw-t6I9I

Discographie

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

TINALS 2019

Ça c’est TINALS !

Qu’importe les ‘ronchondoillons’, le TINALS demeure le festival indé incontournable du début de l’été. Malgré le succès et les tentations que cela aurait pu entraîner, ce festival a conservé sa philosophie exprimée dans sa profession de foi : « une programmation dictée uniquement par les coups de cœur dans un cadre verdoyant. De la musique avant […]
IOTDXI

IOTDXI

Le cheval n’est pas mort, il n’a pas encore livré sa dernière course. Après une pause de plusieurs années me semble-t-il R&S Records est venu se rappeler à notre bon souvenir. Ces derniers temps ont vu fleurir des rééditions bienvenues, Derrick May, Aphex Twin, Model 500 et certains vinyles sont encore pressés. Renaud et Sabine […]
chronique : James Blake – James Blake

James Blake – James Blake

3,5/11*. Non je ne me suis pas mise soudainement à noter les albums que je chronique. Mais si je jouais à la maitresse de classe, je pourrais annoter son bulletin comme suit: L’élève Blake est appliqué, studieux, mais n’arrive pas toujours au but. Doit poursuivre ses efforts.

James Blake : Klavierwerke

On pourra crier au génie à l’écoute de la musique de James Blake ou bien au contraire crier à l’imposture. C’est selon… Ce qu’on ne pourra retirer à l’Anglais c’est de bénéficier d’une solide culture musicale. En effet, « Klavierwerke » nous apporte des réminiscences de Debussy, Burial, Kid 606 voire Ravel.

Plus dans News

Rover

Rover a du cœur !

Wicked Game a fait irruption dans nos vies avec Sailor au volant et Lula le vent dans les cheveux entre incendie et sa sorcière de mère. Depuis ce titre hante les fins de soirées alcoolisées et a été repris maintes fois. C’est le tour du bon géant Rover.
Lonny – Le Goût de l’Orge

La caresse de l’ivresse

Non, Le Goût de l’Orge n’est pas une ode aux buveurs de bière. Et pourtant. On se fabrique parfois du chagrin après quelques pintes.
Moondog

In the Moondog’s world

Samedi 14 mai à 20h sur la Grande Scène de l’Opéra de Lyon aura lieu un moment magique unique, un concert se faisant rencontrer Louis T. Hardin alias Moondog avec entre autres, John Greaves, Bertrand Belin, Borja Flames, Melaine Dalibert, David Sztanke, Olivier Mellano, Midgets! ou encore Gavin Bryars.
Bertrand Belin - Tambourvision

Tambour-major !

Voir l’envers de l’homme est sans doute plus facile en skate. Bertrand Belin revient avec un disque intemporel et quasi dansant.