chronique : James Blake – James Blake
3,5/11*. Non je ne me suis pas mise soudainement à noter les albums que je chronique. Mais si je jouais à la maitresse de classe, je pourrais annoter son bulletin comme suit: L’élève Blake est appliqué, studieux, mais n’arrive pas toujours au but. Doit poursuivre ses efforts.

James Blake

A force de trop vouloir en faire, James Blake se perd dans les méandres de la musique contemporaine (qu’il a semble-t-il étudié) pour en ressortir une récitation aseptisée. On a donc le droit pendant tout l’album à un conglomérat un peu indigeste qui pourrait se définir comme suit : Seal s’essayant à une partie de Tétris sous Lexomil contre Sigur Ros. Passée la surprise des premiers instants, les morceaux de l’album, glaciaux,éthérée et sans âmes peuvent avoir tendance à provoquer une légère somnolence.

James Blake – The Wilhelm Scream

3,5/11 ce n’est donc pas un échec complet parce que James Blake, au delà de ne pas être un idiot, a un talent et ce sont les Cut up; qu’il concentre quasi exclusivement sur la seconde moitié de l’album (To Care Like You…) Les ruptures, collages, et les structures alambiquées finissent par provoquer un petit sursaut. A la manière d’un Aphex Twin (entre autre) James Blake découpe et remonte et c’est là qu’il réveille l’auditeur et qu’il arrive à donner un soupçon de groove à des morceaux qui, lorsqu’il le cherche, n’arrive pas à le trouver.

C’est l’album très moyen d’un type qui a de la suite dans les idées et qui aurait probablement fait un E.P correct s’il avait laissé tomber ses cahiers.

Tracklist
1. Unluck
2. The Wilhelm Scream
3. I Never Learnt To Share
4. Lindesfarne I
5. Lindesfarne II
6. Limit To Your Love
7. Give Me My Month
8. To Care (Like You)
9. Why Don’t You Call Me
10. I Mind
11. Measurements

* Le 0,5 c’est pour la reprise de Feist Limit To Your Love.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Partager cet article
2 réponses sur « James Blake – James Blake »

Hey hey… J’avais fortuitement croisé une bannière sur MySpace, au début de la semaine : « découvre la playlist de James Blake »… et je croyais que c’était le tennisman ! Justement, ce qui est marrant, c’est que dans ce titre, « The Wilhelm Scream », de même que dans « Lindesfarne II », on croirait vraiment entendre les rebondissements d’une petite balle jaune sur un court !!!

Quoiqu’il en soit, après écoute de la preview et de quelques productions connexes, nous sommes d’accord : James Blake s’avère bien meilleur dans le domaine des reprises, et au piano (« Give me my Month ») que sur synthétiseur, le résultat étant effectivement minimaliste et redevable d’un 3/11 ! D’ailleurs, j’ai également préféré ses tracks au piano à ses cut up : et pour être franc, de manière générale, je suis beaucoup + fan du mash up que du cut up !! By the way, sans vouloir te contredire, pas si sûr qu’ils soient tous concentrés sur la seconde moitié de l’album : dans « Unluck », à 0:30 sur la preview, y en a pas un p’tit… ? ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

TINALS 2019

Ça c’est TINALS !

Qu’importe les ‘ronchondoillons’, le TINALS demeure le festival indé incontournable du début de l’été. Malgré le succès et les tentations que cela aurait pu entraîner, ce festival a conservé sa philosophie exprimée dans sa profession de foi : « une programmation dictée uniquement par les coups de cœur dans un cadre verdoyant. De la musique avant…

James Blake, un cas de conscience ?

Il aura été une des sensations de 2011 pour beaucoup, James Blake avait repris Feist, collaboré avec Bon Iver, était nommé pour le Mercury Prize comme Antony Hegarty en 2005 mais ne l’a pas eu, le clip de sa reprise du standard de Joni Mitchell avec Rebecca Hall fait se pâmer la planète musicale.
IOTDXI

IOTDXI

Le cheval n’est pas mort, il n’a pas encore livré sa dernière course. Après une pause de plusieurs années me semble-t-il R&S Records est venu se rappeler à notre bon souvenir. Ces derniers temps ont vu fleurir des rééditions bienvenues, Derrick May, Aphex Twin, Model 500 et certains vinyles sont encore pressés. Renaud et Sabine…

James Blake : Klavierwerke

On pourra crier au génie à l’écoute de la musique de James Blake ou bien au contraire crier à l’imposture. C’est selon… Ce qu’on ne pourra retirer à l’Anglais c’est de bénéficier d’une solide culture musicale. En effet, « Klavierwerke » nous apporte des réminiscences de Debussy, Burial, Kid 606 voire Ravel.

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.