Nutcase à La Scène Bastille

Nutcase
Nutcase a charmé, ensorcelé, enflammé la salle de la Scène Bastille ce soir.

Nutcase

Vas y gros malin, définis le cas Nutcase si tu l’oses. Fête satanique, réunion freak, messe noire, exorcisme populaire… Le bal est emmené par Loki Lonestar, chaman en robe blanche, également vocaliste du groupe de hardtech Micropoint, qui commence le set dans la salle. Et on ne sait pas bien alors d’où sort cette voix. Cette voix un peu étrange, tantôt douce et frêle de jeune fille en fleur, tantôt presque grunt, lorsqu’il ne se meut pas en crooner vicié ou en elfe maléfique. Il y a définitivement quelque chose de Mike Patton dans l’esprit et la polyvalence de ses timbres. C’est un bal furieux qui est joué par le public électrisé, largement conquis par Nutcase. Le show se fait sur scène comme dans la salle. Tout à la fois concert et performance. Loki devient l’espace d’un instant Mona Outrancia, candidate à l’élection présidentielle. Au programme : sexe à la télé et émasculation… Votez Mona Outrancia.

Nutcase – The End of Something

Le batteur et le bassiste sont au coude à coude pour créer une rythmique dense, efficace et puissante. Le guitariste est un large atout mélodie qui se déploie dans des solos rock, saturés ou au groove blues. Loki est accompagné d’Audrey et Suzi à la voix. Suzi la claviériste, c’est une petite bonne femme perchée sur des talons, bien sous tout rapport. Et lorsqu’elle empoigne son micro pour nous sortir un grunt bien guttural de derrière les fagots on se demande comment un son pareil peut sortir d’un si petit corps. Audrey, aux machines, offre un chant plus rock et s’arme d’une clarinette pour The End of Something, morceau à la Mr Bungle s’il en est. Parce que c’est de ça dont il s’agit avec Nutcase. Véritable fusion métal, rock, psyché, ska la formule toute en colère et en force ne laisse pas de répit au spectateur qui sera forcé de gesticuler. Ou d’entrer dans la transe.

Un concert Nutcase, le bal de la démence, c’est une expérience totale.

Date : 24 mars 2012

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.

Cela pourrait vous intéresser

Arigatomassa

[EXCLU] Domo Arigato Massaï !

Arigato Massaï invite Marilyn, Josephine, Venus, Audrey, Elisabeth et bien d’autres pour les chœurs de son nouveau titre, P.W.Y.H.D.
Streaker-lumire

Vidéo : Streaker – Lumière

Notre aventure avec Streaker démarre avec un titre ou plutôt un manifeste, Fleur Pute et son clip génial réalisé par Bastien Bron (Das Playground). Courir tout nu et léger, une bien belle idée avant de se faire plaquer par un stadier.
Ghoster-cramei

Crame brûlée !

Vous n’aviez rien à écouter ce soir dans votre voiture en roulant les fenêtres ouvertes aux environs de 22 heures ? Le duo Ghoster mettra le feu à votre soirée avec Crame I qu’il nous offre en exclusivité.

Plus dans Concerts (live reports)

Bandabardò & Cisco a Ripatransone

Festa a Ripa !

Bardot chantait nue au soleil, Bandabardò invite Cisco sur son dernier album, Non fa paura à rester nu et manifester. Date : vendredi 12 août
Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.