Cleo T. au Divan du Monde

Cleo T.
Cela fait maintenant bien longtemps que l'on suit Cleo T.. Dès ses débuts, il y a plusieurs années de cela, et avec la remarquable formation 21 Love Hotel, elle avait su imposer sa voix si particulière, son style, mélange de performance sensuelle et de fausse naïveté enfantine. Aujourd'hui, l'enfant aux pieds nus à grandi et se débat avec violence dans ce monde trop adulte, mais elle a ramené de ses cauchemars d'enfants quatre monstres virtuoses ; à grands coups de grosse caisse et de violoncelle rageur, ses croques-mitaines apprivoisés sourient plus qu'ils ne mordent, mais gare à celui qui s'approcherait de trop près...

Reza

Le premier plateau s’ouvre sur le groupe Reza, qu’on avait tout comme Cleo T. déjà vu sur scène, au Scopitone, il y a une paire d’années. Avant toute chose, il faut s’occuper des évidences : Reza Hatami a une voix magnifique. Proche de Leonard Cohen. Lorsque ce monsieur s’attarde dans les basses, son ton de crooner magnifie la moindre des chevauchées folk de son groupe. Leur son, leur look, tous semblent tout droit sortis d’un tableau de la Nouvelle Orléans. Sur scène, le chanteur prend son temps. Probablement un peu trop. La teinte profonde de sa voix est indispensable, et offre une écoute studio parfaite, mais devant un public, on en vient à regretter qu’il n’assume pas plus son rôle de frontman. Les contacts avec le public sont limités, les regards pratiquement inexistants. Leur dernière chanson, l’excellent « Save My Life » offre le swing qu’on avait attendu pendant trop longtemps, mais il serait peut-être temps que Reza se dévergonde un peu. A force de faire dans le classicisme, il nous égare en route, et lorsqu’on peut créer une musique aussi belle, c’est vraiment dommage. Son nouvel album est sorti, il y a une semaine. Il vaut très probablement le coup, et l’on ne manquera tout de même pas d’y jeter une oreille.

Cleo T.

Les musiciens de Cleo T. rentreront quelques instants avant elle. Alors que les lumières montent doucement, ils prennent place à leurs instruments, en silence, souriants, confiants. Il faut dire que malgré les changements qui ont été effectués sur le line-up, (tous les musiciens, à l’exception notable du fantastique violoncelliste, M. Almighty (sic) ont changés) le set se déroulera non seulement sans accroc, mais avec le grain de folie nécessaire au cabaret-rock déluré de la miss Cleo. En bonne chef d’orchestre, la chanteuse dirige, danse entre ses musiciens, s’amuse, lorsqu’ensemble, ils se mettent à siffler, gazouiller, caqueter, on sourit. Lorsque elle trépigne, et lance d’une voix subitement rauque et proche du cabaret sa reprise d’It’s a Men’s World, on s’étonne. Sous le timbre aiguë se cache une véritable force de poitrine. La jeune femme est partie enregistrer son album sous l’égide de John Parish, producteur et ami de PJ Harvey, et on ressent, tout du moins dans la setlist, une certaine influence. Quitte, probablement, à abandonner une certaine ligne mélodique dans l’intention musicale. Les rythmes sont très syncopés, très tribaux, la grosse caisse est extrêmement présente, et au final, on peut en venir à regretter que certains morceaux comme le magnifique « I love me, I love me not » ou « We All », et sa splendide envolée restent bien seuls dans le déluge incessant de percussions cabaret. Malgré le besoin bien naturel d’avoir un concert qui « vit », on restera convaincu d’une chose : les quelques moments ou le timbre de Cleo nous aura fait fermer les yeux et dériver lentement aux grès de ses plaintes lascives auront été les meilleurs moments du concert. Dont acte.

Au final, on retient du concert la formidable et langoureuse présence de Cleo T. et de son violoncelliste, véritable showman et soliste : l’homme vers qui les regards se tournent lorsqu’ils ne sont pas trop occupés à détailler la jeune femme évoluer dans la moindre de ses suaves déambulations. Avec un timbre de voix pareil, on la suivrait jusqu’au bout du divan du monde.

Date : 2 mai 2012

1 réponse sur « Cleo T. au Divan du Monde »

J’aime beaucoup sa version de it’s a man’s world.
Pour I love me, i love me not j’ai une lubie personnelle qui préfère la voir assise au piano pour ce titre.
A propos du changement de line up la guitare électrique du frangin fut une belle surprise ce soir là. Encore timide mais ça rappelle un son déjà entendu au Divan.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Cy - Same Old Story

[EXCLU] Vidéo : · Cy · Same Old Story

Tempête de douceur. C’est toujours la même histoire, on a besoin souvent de se ressourcer et pour cela jouer les anachorètes. Est-on seul à ressentir la froidure des relations humaines ? à partir en quête d’un ailleurs rassurant ? d’un alter ego conciliant pour atteindre équilibre et plénitude, into the wild.
Lonny – Le Goût de l’Orge

La caresse de l’ivresse

Non, Le Goût de l’Orge n’est pas une ode aux buveurs de bière. Et pourtant. On se fabrique parfois du chagrin après quelques pintes.

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.