The Legendary Tigerman au Nouveau Casino

The Legendary Tigerman
Queen Mafalda - 21/07/2012

The Legendary Tigerman
The Legendary Tigerman

Association étrange dans le spaceship aux chandeliers baroque du Nouveau Casino. Mr Lab ouvre pour le blues man portugais Paulo Furtado aka The Legendary Tigerman.

Mr Lab

Effectif réduit ce soir pour Mr Lab qui décante une electro folk rock, parfois éthérée, parfois saturée. Quelque chose de cabaret avant gardiste New Yorkais dans l’air. À la fin du set, Mr Lab confie avoir hâte d’entendre la prestation de The Legendary Tigerman. Il n’est pas le seul.

The Legendary Tigerman

Pénombre enfumée, il avance sur scène, lunettes de soleil sur une veste, chemise, pantalon impeccablement noirs, surmontés d’une coupe de cheveux impeccablement gominée. Comme intro, The Legendary Tigerman interprète un blues de far west apocalyptique. Le message est simple et clair. Nous ne sommes plus à Paris, nous ne sommes plus en 2012. These Boots are made for walking, assoie l’ambiance et ouvre pour un Life ain’t enough for you, en duo virtuel avec Asia Argento, suivi plus tard par Lisa Kekaula (The Bellrays) pour un The Saddest Thing To Say, aussi court qu’électrique. La voix de Paulo est douce et feutrée. La guitare est assurée et néanmoins hautement jouissive, surtout lorsque The Legendary Tigerman se laisse aller à de longs solos habités et nerveux. Bluesman, le portugais l’ait à n’en pas douter. Il ressuscite un esprit delta blues dans la plus pure tradition. Sans contrefaçon et sans artifice. The Legendary Tigerman maitrise avec fougue et passion. Il dose, avec parcimonie et main de maitre. Une application sans tache ni laborieuse. The Legendary Tigerman fait voyager, laisse s’installer les atmosphères, où jamais n’apparait une seule longueur. Il rythme et fait respirer. Un travail passionné et passionnant. Qui ira du blues au rock, des reprises aux compos. En guitare voix ou derrière son dispositif d’homme orchestre, fait de grosse caisse, de console et de kazou. Homme orchestre disait on.
Une lenteur lascive, des percussions comme autant de coups de boutoirs. Il se dégage définitivement une atmosphère sexuelle de la prestation de The Legendary Tigerman. Et il le dit lui même « Je fais de la musique qui donne envie de faire l’amour ». En substance. En fin de set il fera crisser ses machines, hurler, jouir. Et pour finir, tout en douceur, accompagné d’une jeune inconnue en petite robe noire, à la voix chaude, étranglée par la peur, juste comme il faut, The Legendary Tigerman interprétera True Love Will Fnd You In The End de Daniel Johnston.

A n’en pas douter, la prestation de ce soir au Nouveau Casino était à ne pas rater. Pour les oreilles et pour les yeux, parce qu’en fond de scène, pour accompagner le set de haute volé, des films en 8mm tournés par le musicien, onirico sexuel, qui illustrait à la perfection chaque ambiance construite par l’homme et sa guitare. On ne regrettera que deux choses : un public un peu timoré, dont certains irréductibles dodelinent timidement de la tête, et que le concert fut aussi court. Pour prolonger le plaisir, on mettra sur la platine, un bon vieux Vince Taylor.

Date : 20 juillet 2012
Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Night Flight to Rouen

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Stupéfiant Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods in a good mood !

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».