Yalta Club (Photo : Charlotte Audureau)

Yalta Club (Photo : Charlotte Audureau)

Yalta Club vient de sortir son premier EP, Highly Branded, on est loin du Rotary, on n’a pas croisé Churchill, Roosevelt ou Staline. A eux la parole.

Yalta Club

Pouvez-vous vous présenter succinctement ? D’où venez-vous, votre parcours, vos objectifs à plus ou moins long terme ?

Nous sommes le Yalta Club ! On a commencé à Nantes il y a 8 ans sous le nom Stoned Popes. Depuis 2 ans la formation est définitive, d’où notre envie de marquer le coup avec un nouveau nom… L’objectif c’est de sortir un album début 2013, c’est bien parti vu qu’il est déjà enregistré, et de tourner un maximum en 2013 !!!

La ville de Nantes propose une chouette offre de concert et pas mal de groupes s’épanouissent là-bas ces dernier temps, un petit mot là dessus ?

C’est vrai qu’il y a pas mal de groupes qui font parler d’eux, comme C2C qui explose, et ça nous fait très plaisir! On a beaucoup d’affection pour la ville, même si ça commence à faire quelques années qu’on en est partis. C’est intéressant de voir que tout ne tourne pas autour de Paris et que d’autres villes sont de super viviers pour la scène rock française.

Vous faites une musique chatoyante et colorée, est-ce du au crachin nantais ?

En partie sûrement! Il y a clairement quelque chose de très positif qui se dégage de notre musique, même si les textes peuvent être parfois assez sombres. Ça n’a jamais été quelque chose de calculé, c’est ce qui sort naturellement quand on s’enferme en studio ensemble. On prend beaucoup de plaisir à jouer ensemble et ça ressort naturellement dans les compos.

Si on vous proposait une première partie au Stéréolux, vous choisiriez, The Bewitched Hands, I’m From Barcelona, Frànçois & The Atlas Mountains ou les choeurs de l’armée rouge ?

Tough one! Là comme ça, I’m From Barcelona, histoire de faire un morceau commun avec un refrain à 80 voix, et qu’ils ont un côté collectif très fort dans lequel on se reconnaît! Mais vraiment pas évident, artag>The Bewitched Hands et Frànçois & The Atlas Mountains sont des groupes qu’on aime beaucoup aussi…

Sur quelles influences le groupe se retrouve ?

On écoute tous des choses très variées, mais on tombe tous d’accords sur des groupes comme Cake, Fashion Nugget est un de nos albums cultes – Calexico aussi, avec l’album Hot rail notamment. Ce sont 2 groupes qui ont su intégrer la trompette à leur musique d’une manière très rock, et ce sont des influences majeures pour nous. Après, les Kinks, les Beatles, bien sûr, Sergent Pepper, Revolver, le double blanc, et plus récemment, on adore des groupes comme Local Natives, Edward Sharpe et Vampire Weekend !

Pourquoi Yalta Club ? un souvenir de cours d’histoire de Terminale ou un hommage à un Club de Sofia, premier lien à apparaître lors d’une recherche Google ?

Yalta, c’est un endroit qu’on se figure à notre image. Il est joyeux et lumineux au premier abord (la plage de Yalta) mais il porte quelque chose de plus qu’une simple plage : une histoire un peu lourde, l’usure du temps, le poids d’une idéologie perdue. Un contraste qu’on retrouve dans notre musique, avec des paroles parfois assez sombres portées par une musique joyeuse, légère. Pour le club de Sofia, on s’en est rendus compte après avoir choisi le nom !

Vous venez de sortir un premier EP, l’album est en route, pouvez-vous en dire quelques mots ? tout en anglais ? de qui vous rêvez aux manettes ? Comment retrouver sur disque la spontanéité et le côté foutraque que vous avez sur scène et dans les sessions acoustiques ?

L’album est déjà en boîte! Il a été enregistré avec Mark Plati (David Bowie, The Cure, Alain Bashung) aux commandes et Julien Trimoreau (Mina Tindle, Camille, Toy Fight), une équipe de rêve. Le défi a été de bien placer le curseur pour rester fidèle au côté spontané et énergique qu’on a en live, mais en essayant de canaliser tout ça pour avoir un album cohérent et construit. Il y aura une majorité de chansons en Anglais et un ou deux titres en Français, on est justement en train de bosser sur la tracklist…

Vous reprenez Bowie, pourquoi ce choix ? pourquoi ce titre ? pourquoi une reprise sur un EP ?

Parce que c’est une chanson magnifique. On a essayé pas mal de reprises, mais on arrivait pas à trouver une chanson qu’on s’approprie vraiment. Pour Starman, on a un profond respect pour l’originale qui est génialement écrite, mais dès qu’on a commencé à la jouer on a senti qu’il se passait quelque chose et qu’on avait matière à en faire une version très personnelle. Son intégration sur l’EP s’est donc faite aussi tout naturellement…

Votre single, Highly Branded s’amuse de la société de consommation, êtes-vous un groupe à message ? connaissez-vous le court métrage oscar 2010, Logorama ?

On n’est pas un groupe à message dans le sens où on n’a pas vocation à être moralisateurs et à donner des leçons à travers nos textes. On se nourrit de tout ce se passe autour de nous pour écrire les paroles, et ça inclut des sujets de société, comme les excès de la société de consommation dans Higly Branded, mais aussi des sujets plus légers. Il n’est pas incompatible de faire de la pop en abordant des sujets « sérieux »… Pour Logorama, c’est un court métrage que l’on adore et qui est une très bonne illustration des paroles de la chanson. En tout cas le parallèle est sympa, une manière fraîche, ludique et colorée d’aborder un sujet sérieux : celui de l’omniprésence des marques.

Quelle est votre pratique du net ? Suivez-vous des blog musicaux par exemple ? regardez-vous les clips des autres groupes, des sessions acoustiques ?

On traîne pas mal sur Facebook qui nous permet de rester en contact direct avec tous les gens qu’on croise aux concerts. On mate énormément de clips et de sessions acoustiques, et on est aussi des gros utilisateurs de spotify ! Mais on aime quand même acheter des CD ou des vinyls, c’est notre petit côté old school…

?Quels sont les 5 titres sur votre platine en ce moment (vinyl ? CD ? MP3 ?) ?

Vinyl, CD, mp3, ça dépend de l’endroit!
Complètement arbitrairement, voici les titres :

Local Natives – Camera Talk

Un morceau avec des harmonies de voix magnifiques, à la fois très exigeant musicalement et très accessible. La classe.

Mina Tindle – To Carry Many Small Things | SK* Session

Une artiste française qu’on aime beaucoup, et qui a fait de collaborations avec JP Nataf qu’on adore aussi.

The Black Keys – Tighten Up

Tout l’album Brothers.

WHY? – Strawberries

On aime beaucoup leur côté foutraque et complètement décomplexé au niveau du mélange des styles.

Cake – it’s coming down

Sur l’album Fashion nugget, un album qu’on ne se lassera jamais d’écouter.

Un artiste ou un groupe à mettre en avant ?

Mrs Good, un groupe à voir en live absolument !!! Ce sont des potes et en concert c’est la claque!

Mrs Good – Bloody Tears

Yalta Club sera en concert le 28/11 à Rennes (Le Liberté), 4/12 à Salon de Provence (Portail Coucou), le 7/12 à Le Fayet (Le repaire des ours), le 8/12 à Auxerre (Le Silex) et le 14/12 à Brest (La Carène) avec Dionysos.