Maddalena : Tempête sous un crâne

Maddalena Si je n'avais pas la sale manie, ces derniers temps, de me faire rouler dessus par des automobilistes apparemment peu soucieux de la survie des critiques musicaux en terrain hostile, je vous aurai parlé un petit peu plus tôt de la bande de jeunes arrivistes à l'univers déjanté qui monopolisent trop souvent pour être honnêtes ma bibliothèque sonore.

Depuis quelques mois, à coups de crânes d’animaux et de peintures de guerre, les tous frais tous beaux Maddalena développent une pop stylée et un univers qui évoque facilement les équilibristes sur corde raide : esthétique de la rupture nerveuse de cadre en open space. Toujours élégants dans leurs arrangements, et contrebalançant leurs lignes musicales racées par un chant à fleur de baïonnette, les cinq membres de ce nouveau groupe ont dévoilés une campagne de com’ affûtée comme une lame de rasoir, et ça n’a pas manqué : ce mois-ci, ils entament une collaboration avec le label indie anglais Yellowdog, et prévoient plusieurs dates en Europe pour la fin d’année. Pas mal pour cinq mecs ralliés sous un crâne d’impala.

Maddalena – Naked Salome & Glover Bandini

Il faut vite mettre de côté les quelques approximations de mixage inhérentes aux peu de moyens qu’ont les groupes débutants d’aujourd’hui. Pour un collectif qui sort totalement de nulle part, leur première production relève avec aisance le défi de l’écoute professionnelle. C’est attirant, entêtant, et surtout original : Écartant d’emblée le piège des éternels power trio qui se trompent (sauf talent absolu) souvent de route, Maddalena n’hésite pas à aller puiser dans différents genres (étrange et alléchante bossa nova sur le titre Club Cigar ! ) et utiliser des pianos, violons et trompettes, comme sur le beatlesien « Naked Salome & Glover Bandini » et son atmosphère de foire aristocrate. Souvent les chansons deviennent visuelles, filmiques, aux visions décadentes de club des années soixante (voir le superbe Paris Dressed In Lights, et son orgue joueur, extravagant et assumé).

La voix, même si le registre n’est définitivement pas le même, rappelle un Ellery Roberts (chanteur de WU LYF) qui aurait enfin pris sa cortizone, elle peut reposer, accompagner, et partir le moment voulu, dans des envolées rauques et fadées. Quant aux ostinati, (c’est une phrase de musique solo, vous pourrez épater la galerie la prochaine fois), ils sont toujours bien placés, et il y a une mention spéciale à accorder au solo de guitare de la fin de Paris Dressed In Lights, absolument enivrant (j’ai d’ailleurs écopé d’un retrait de trois points en l’écoutant en bagnole.)

En clair et pour ne pas le dire deux fois, il y a du potentiel dans ce crâne, de l’inventivité, un certain talent pour les atmosphères, et il n’en a jamais fallu beaucoup plus pour me convaincre. Il faudra surveiller, prier un peu pour que le groupe ne soit pas rattrapé, (ou étouffé) par leur concept, et ne pas oublier que comme ils le démontrent avec leur premier EP, la musique doit passer avant toute chose, chez eux comme chez tout le monde. Après tout, un nom de groupe qui rappelle un film à la BO de Morricone, ça se mérite. Je vous laisse chiner leurs autres chansons, comme le très bon Hyena, sorti il y a un mois, il ne faudrait quand même pas que je vous gâche le plaisir de la recherche.

Maddalena – Paris Dressed In Lights

Leur bandcamp, allez donc vous ressourcer les oreilles au lieu de traîner sur NRJ Hits.

Cela pourrait vous intéresser

Whitneyk

Whitney roustons

Whitney K est un joyeux bastringue entre Lou Reed et Jeffrey Lewis que l’on avait découvert et apprécié avec un premier album titubant et personnel, Two Years. Le K canadien revient avec un EP cinq titres sobrement intitulé, Hard To Be A God. Et s’il avait raison ?
Wilco

No reservations for Yankee Hotel Foxtrot !

Il y a des chansons qui nous parlent instantanément. Reservations en est une, elle figure sur le classique de Wilco, Yankee Hotel Foxtrot paru en avril 2002 et réédité en version Deluxe et Super Deluxe le 16 septembre.
Emiliezo-thefield

Vidéo : Emilie Zoé – The Field

Avec son troisième album, Hello Future Me, Emilie Zoé s’adresse à son moi dans le futur. On peut le faire par mail que l’on recevra à une date que l’on fixe à l’avance mais la sublime suissesse préfère tout voir dans ses chansons, franchir les frontières temporelles avec douceur et détermination.
The wedding present

King David !

The Wedding Present avait profité de la crise sanitaire pour sortir, Locked Down & Stripped Back une session solaire dont David Gedge a le secret, 35 ans après Pete Best. Son duo avec Louise Wener (Sleeper) sur We Should Be Together nous avait émoustillé et renvoyé vers un passé où la vie était plus légere.

Plus dans Son du jour

Juliajacklin-lovetrynottoletgo

Vidéo : Julia Jacklin – Love, Try Not To Let Go

Oubliez la grenouille de Roger Glover, place à Julia Jacklin qui exhorte, « love, love is all that I want now » sur Love, Try Not To Let Go qui figure sur son nouvel album, PRE PLEASURE à paraître le 26 août 2022.
Willsheff-estrangementzone

Vidéo : Will Sheff – Estrangement Zone

Après avoir fermé la boutique Okkervil River avec la compilation en douze volumes A Dream In The Dark en 2019, Will Sheff, l’homme qui voulut être roi sort son premier album solo, Nothing Special et s’éloigne des addictions et des sonorités du passé pour trouver davantage de lumière.