Bien plus passionnant que la non campagne pour les élections européennes, la quatrième édition du festival EuropaVox vient de fermer ses portes ce 31 mai à Clermont-Ferrand.


Cette année, l’évènement musical de ce printemps devait concurrencer la demi finale volcanique du championnat de France de Rugby entre l’équipe locale, l’ASM qui court depuis 9 finales après le fameux bouclier de Brennus et Toulouse. Cette échéance sportive régionale capitale  a finalement donné des couleurs bleu et or aux allées ensoleillées du festival concentré sur trois lieux, avec l’incontournable Coopérative de Mai et non loin, deux somptueux chapiteaux Magic Mirrors en bois.

EuropaVox proposait cette année encore une programmation bigarrée mêlant l’ultra grand public et commercial (Olivia Ruiz, Sliimy ou Charlie Winston) à des artistes plus exigeants (Soap & Skin, Get Well Soon, le collectif Kutü ou Loney Dear).
La République Tchèque était à l’honneur en tant que présidente en exercice de l’Union Européenne avec 4 groupes allant du Rock à l’Electro avec Airfare ou Cartonnage.

Car EuropaVox est avant tout un melting pot musical qui voit se mélanger des groupes de 16 nationalités différentes. Cette vocation européenne va se renforcer dès l’année prochaine puisque le festival mené de main de maître par François Missonnier est le premier lauréat musique actuelle dEuroglobe, bourse attribuée par l’Union Européenne pour promouvoir la diversité musicale européenne, pour faire circuler davantage d’artistes, toucher plus de public, tout en valorisant l’Auvergne, nouvelle terre promise de la scène musicale hexagonale.

Ainsi, EuropaVox prendra ses quartiers à Stockholm dès le mois de novembre prochain, puis invitera l’Espagne à Clermont-Ferrand en mai 2010 et enfin s’exportera à Bruxelles en novembre 2010.

C’est bien ce qui fait le charme et l’ambiance de ce festival où l’on entend parler une pluralité de langues quand on déambule,  sa pinte à la main, d’un chapiteau à un autre  dans les allées verdoyantes, la musique étant le nouvel Esperanto.

C’est donc la femme chocolat métamorphosée par la grâce du million de copies vendu de son précédent opus en Miss Météores qui a ouvert le bal le jeudi 27 mai,  sans surprises. Tantôt Castafiore se pavanant devant une psyché géante de conte de fée, tantôt petit rossignol suspendu à sa balancelle dans les cintres d’une Coopérative de Mai archi comble et acquise, Olivia Ruiz assume sans complexes son rang de Dionysos au féminin. Celle qu’il ne faut pas appeler « Madam' » virevolte, bondit, harangue, cajole, câline mais ne panique pas. Elle communie et communique avec son public en partageant ses crêpes aux champignons, en crachant sur le diable ou encore en faisant reprendre en chœur son hymne chocolatier anti régime d’avant l’été. C’est carré et efficace, avec des musiciens qui assurent, notamment le tromboniste sous caféine mais cela manque un peu d’émotion.

Olivia Ruiz - Crédit : Alain Grodard
Olivia Ruiz - Crédit : Alain Grodard

Le lendemain, EuropaVox proposait une soirée gratuite avec le terrifiant Sliimy qui est à Mika ce que l’Auvergnat Cola est au Coca Cola, un succès (damné ?), un ersatz pas désagréable au goût à la première gorgée mais qui devient vite écœurant si l’on en abuse. Il fallait plutôt ce soir là s’intoxiquer avec les Tchèques de Toxique qui ont mis le feu au Magic Mirror avec leur soul funk  pop-corn sortie du micro onde accompagnée de Becherovka ou de Slivovice bien frappées. Plus tôt dans la soirée, la fanfare allemande 17 Hippies (mais souvent avec plus de 30 participants) avait célébré le cosmopolitisme berlinois dans un invraisemblable patchwork musical mêlant musique yiddish façon Rabbi Jacob, bastringue de baloche, ou conjutos mexicains. C’était joyeusement bordélique et jubilatoire, un remède anti crise qui a illuminé les yeux et les sourires de l’auditoire.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Europavox 2018

Europavox en éruption !

Europavox existe depuis 2006 et évolue encore ! Cette année la grande scène s’installe sur la pelouse Place du 1er mai pendant que la scène Factory occupera le parvis de la Coopérative de Mai sans oublier son Club !
LUH 2016

LUH est approuvé

En 2011, les médias dans leur grande majorité nous annoncé une révolution avec l’arrivée des mancuniens de WU LYF. La montagne accoucha d’une souris et Liam Gallagher coucha ces jeunes « NuitDebout » de Manchester.
Dionysos - Vampire de l'amour

Vidéo : Dionysos – Vampire de l’amour

Qui ne rêve pas d’embrasser tous les jours ? pourtant derrière cette petite ritournelle légère pointe la gravité métaphorique, la lutte victorieuse de Mathias Malzieu contre une maladie rare.
Europavox 2012

L’Auvergne c’est l’Europe

Pendant que l’Europe économique tangue sérieusement, l’Europe musicale débarque à Clermont-Ferrand au 7ème festival Europavox les 25, 26 et 27 mai 2012.

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.