Aller écouter Cocoon un vendredi soir ? Mouais, drôle d’idée ai-je d’abord pensé, craignant de sortir un peu chafouine et alanguie du concert.
J’avais tort.

Si la folk du français Green Shape en première partie ne m’a pas emballé, l’arrivée de Cocoon m’a vite sorti de mon roupillon. « Hello I take you on a trip » dit leur chanson Chupee, un pari réussi pour le duo de Clermont-Ferrand puisque cette soirée ressemblait plus à un bœuf improvisé dans les sixties qu’à un concert. D’ailleurs, des groupies énamourées s’étaient assises par terre dévorant des yeux le beau chanteur et guitariste, Mark Daumail ; quant à Morgane Imbeaud, sorte de fée clochette en robe panda à paillettes, elle était pieds nus derrière son clavier, ce qui donnait un côté très détendu aux réjouissances.
Les deux acolytes qui s’entendent comme larrons en foire nous ont fait partager leurs délires et leur musique. Car la première partie de leur performance avait pour mot d’ordre : « bring your own instrument ».

Ainsi, ukulélés, guitares, mais aussi djembés et maracas avaient été apportés par le public disposé en rond autour du groupe. « Y a pas beaucoup de mecs qui se dévouent, petites bites… » a lancé Marc moqueur. C’est vrai que la plupart des courageux montés sur scène étaient des courageuses, ravies d’approcher le chanteur aux lèvres duquel elles étaient pendues. La master class n’a pas franchement été un succès : les fans n’ayant pas l’oreille aussi musicale que ceux qu’ils étaient venus honorer, les deux voix de Vultures ont été légèrement massacrées et le public s’est avéré autrement plus efficace au sifflement façon gendarme de Saint-Tropez.
Mais qu’importe, l’ambiance était à la fête tant la bonne humeur de Marc et Morgane (qui pourront, en cas de chômage, postuler comme moniteurs de colonies de vacances) est communicative. Chaque fois qu’une de leurs jolies chansons tristounettes se terminait, la fine équipe enchaînait les blagues et le public passait des larmes au rire.
Après avoir joué les chefs de chorale, Morgane s’est essayé à la guitare, ce qui n’est pas encore vraiment son truc et le groupe a présenté les chansons d’un deuxième album prometteur. Le prochain opus sera consacré à la mer et l’on y parle aussi bien des otaries que des bébés phoques. Mais les Cocoon n’ont pourtant pas abandonné les plaisirs terrestres. Une chanson sur les gens qu’on peut retrouver dans son lit après une soirée bien arrosée témoigne que ces deux-là sont restés de bons vivants…

Partager cet article
1 réponse sur « Cocooning à la Maroquinerie »

vivement ce nouvel album, et tous les reports que je lis parle d’un concert génial, j’ai loupé quelque chose on dirait …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Vidéo : Cocoon – Spark

Cocoon revient aux sources avec Spark, premier extrait dépouillé de Wood fire à paraître le 27 septembre.
Cocoon © Julien Branco

5 questions à … Cocoon

SK* a demandé à une vingtaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Cocoon une semaine après une Cigale pleine d’émotions.
best of 2011 Soul Kitchen

Le Best of 2011 par Soul Kitchen

Au revoir 2011 ! Soul Kitchen vous souhaite une très belle année 2012, pleine de découvertes musicales comme nous vous le proposons presque chaque jour dans nos « son du jour » ou à travers nos sessions acoustiques, nos vidéos et photos de concert ainsi que la nouvelle rubrique de 2011, les portraits d’artistes qui, comme vous…

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…