Pendant que Stuart Murdoch s'occupe de son film (et de sa bande originale) God Help The Girl, le créneau occupé par Belle and Sebastian est récupéré le temps d'un disque par les Canadiens d'Alvvays.


Originaires de Toronto, les Alvvays font sensation avec leur premier disque. Projet solo de Molly Rankin, fille de feu John Morris Rankin, Alvvays s’est peu à peu transformé en groupe.
Neuf morceaux, 32 minutes de pop intelligente et un prénom parfait. Les Camera Obscura viennent de perdre par KO.
Kiss kiss Molly’s lips, Kiss kiss Molly’s lips disait la chanson…

Alvvays

Donc au départ nous avons Molly Rankin. Puis son meilleur ami Kerri Maclellan. Et enfin Alec O’Hanley, Brian Murphy et Phil MacIsaac. Voilà les Alvvays.
Produit par Chad VanGaalen, ce premier disque a été mixé par Graham Walsh (Holy Fuck) et par John Agnello (Sonic Youth). Il y a pire pour un début. Si avec ça les types n’arrivent pas à sonner correctement. Remarquez, ils sonnent correctement mais ce qui fait la différence, c’est la voix de Rankin, voix faussement innocente qui pourrait réciter du Sade comme les pages de l’annuaire du département du Gers.

On se retrouve donc avec un disque proposant un mix entre une certaine idée de la pop sixties et la noirceur des années 80. Rien de nouveau sous le soleil. Les Magnetic Fields font déjà le boulot. Et bien de surcroît.
Mais les chansons d’Alvvays sont montées de manière intelligente et la voix de Rankin a le mérite de sauver les plus anodines. La voix de Merritt au féminin. Ça se mérite…
Par exemple, Ones who love you se transforme peu à peu en sucrerie pop addictive grâce aux hululements de la mère Molly.

Fins stratèges, les Canadiens ont mis leur meilleur morceau en première place. Adult Diversion nous fait faire un bon spatio-temporel dans les caves de Glasgow en 1983.
Après ? On reste dans son canapé et on écoute tranquillement le reste de cet EP faussement déguisé en LP.

Alvvays – Adult Diversion

Alvvays - Alvvays

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Kinghannah-daveysays

Vidéo : King Hannah – Davey Says

On avait déjà beaucoup aimé le premier extrait du nouvel album de King Hannah, Big Swimmer qui donne son titre à celui-ci avec Sharon Van Etten. Voici un deuxième titre, Davey Says qui fleure bon les 90′.
Terestesa-brace

[EXCLU] Vidéo : Terestesa – Brace

Comment ne pas succomber à un titre en italien qui fait saliver avec un Risotto per cena ? Avec Brace extrait de leur premier album Bella Faccia, Terestesa le quartet franco-italien néo toulousain nous met une belle fessée musicale.
Fontainesd-c-

Juste Fontaines !

Fontaines D.C., nous boirons de ton eau. Pendant que d’autres mettent des plombes pour sortir un disque, voilà que déboule le quatrième album des irlandais depuis Dogrel en 2019. Romance est produit par James Ford (Arctic Monkeys, Depeche Mode, Gorillaz) et sort le 23 août chez XL Recordings.

Plus dans Découvertes

G-h-francis Nb

Enjoy G.H.Francis

Pas facile pour G.H.Francis de vivre son jour de courage. The Only Queer In The Van est une confession libératrice sous la forme d’une pop song à la Depeche Mode.
Ana-imdone

Ana n’attend pas !

Ana a tout juste 18 ans et sort un premier titre de rupture langoureux. On n’est pas sérieux quand on a 18 ans ? Pas sûr.
Johncanningyates

Quiet John Canning Yates

6 mois après la mort d’Elliott Smith sortait en 2004 l’unique album d’Ella Guru, le bien nommé The first album et cette cathédrale d’harmonies n’a pas pris une ride. Vingt ans plus tard John Canning Yates revient tranquillement en solitaire avec The Quiet Portraits chez Violette Records.
Shezlng2

Longue vie à Shezlöng !

Syncrétisme sensationnel. Shezlöng « chante et joue des musiques traditionnelles d’Anatolie réarrangées en funk psychédélique. » Bien sûr on connaît Altin Gün ou plus loin dans le temps, Selda Bağcan ou Nese Karabocek avec son Yali Yali remixé par Todd Terje. Voilà que déboule du massif central, l’Anadolu français, Shezlöng qui vous fera chalouper tout l’hiver.