Pendant que Stuart Murdoch s'occupe de son film (et de sa bande originale) God Help The Girl, le créneau occupé par Belle and Sebastian est récupéré le temps d'un disque par les Canadiens d'Alvvays.


Originaires de Toronto, les Alvvays font sensation avec leur premier disque. Projet solo de Molly Rankin, fille de feu John Morris Rankin, Alvvays s’est peu à peu transformé en groupe.
Neuf morceaux, 32 minutes de pop intelligente et un prénom parfait. Les Camera Obscura viennent de perdre par KO.
Kiss kiss Molly’s lips, Kiss kiss Molly’s lips disait la chanson…

Alvvays

Donc au départ nous avons Molly Rankin. Puis son meilleur ami Kerri Maclellan. Et enfin Alec O’Hanley, Brian Murphy et Phil MacIsaac. Voilà les Alvvays.
Produit par Chad VanGaalen, ce premier disque a été mixé par Graham Walsh (Holy Fuck) et par John Agnello (Sonic Youth). Il y a pire pour un début. Si avec ça les types n’arrivent pas à sonner correctement. Remarquez, ils sonnent correctement mais ce qui fait la différence, c’est la voix de Rankin, voix faussement innocente qui pourrait réciter du Sade comme les pages de l’annuaire du département du Gers.

On se retrouve donc avec un disque proposant un mix entre une certaine idée de la pop sixties et la noirceur des années 80. Rien de nouveau sous le soleil. Les Magnetic Fields font déjà le boulot. Et bien de surcroît.
Mais les chansons d’Alvvays sont montées de manière intelligente et la voix de Rankin a le mérite de sauver les plus anodines. La voix de Merritt au féminin. Ça se mérite…
Par exemple, Ones who love you se transforme peu à peu en sucrerie pop addictive grâce aux hululements de la mère Molly.

Fins stratèges, les Canadiens ont mis leur meilleur morceau en première place. Adult Diversion nous fait faire un bon spatio-temporel dans les caves de Glasgow en 1983.
Après ? On reste dans son canapé et on écoute tranquillement le reste de cet EP faussement déguisé en LP.

Alvvays – Adult Diversion

Alvvays - Alvvays

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Daughter-beonyourway

Vidéo : Daughter – Be On Your Way

« Je pense que c’est plus optimiste que nos précédents disques ». Be On Your Way s’ouvre sur des guitares scintillantes et des lueurs blafardes. Une sortie du tunnel ? Quand point la batterie, la lumière se fait et on avance sur le chemin.
Heyheymymy-restlessmind

Vidéo : Hey Hey My My – Restless Mind

« Quand je regarde la poitrine d’une femme, je vois double » affirmait Jules Renard. Hey Hey My My nous reveille en pleine nuit avec ce Restless Mind agité avant la sortie de leur nouvel album, High Life chez Vietnam le 3 février.

Plus dans Découvertes

Just Mustard

Just married to Just Mustard

Ecouter Just Mustard c’est ressentir le délicieux et parfois violent picotement de la moutarde sur votre langue. La voix diaphane de Katie Ball et les plaintes tailladantes des guitares de ce quintette irlandais augurent de concerts fiévreux.
Bryon Parker

Mile High Bryon Parker !

Denver c’est la terre du milieu et celle de David Eugene Edwards ou de … Earth, Wind & Fire. Mais en écoutant Bryon Parker on est plus proche d’un early Ben Lee ou du Jeff Martin d’Idaho avec ces trois titres d’un EP, 3 Consecutive Championships disponible chez VanGerrett Records (Kramies)
tillmann

L’envol de Tilmann

Tilmann sort de sa Chrysalis avec un EP composé de six titres désormais à quatre.
Zen Gatha - minutes de calme intérieur

Zen Gatha !

Gatha nous gâte avec son nouveau titre, Minutes de Calme Intérieur ou MDCI en exclusivité. Elle passe à l’orange pour mieux mettre un carton rouge à notre société productiviste et décérébrante.