Les sœurs Staveley-Taylor passent à la vitesse supérieure avec leur deuxième disque. If I Was a été produit par Bon Iver et ses sbires loin de leur Hertfordshire natal. En effet, le folk élégant des Staves a voyagé et a été dorloté dans le Wisconsin de Justin Vernon. Trois ans après Dead & Born & Grown et ses beaux singles (Mexico), voilà If I Was. Bingo. Et comme elles sont aimables, les Staves nous font patienter avec un EP, Blood I Bleed.

Vous pouvez nous expliquer la signification de Blood I Bleed? C’est le titre de votre EP et d’une de ses chansons. Cela semble assez important pour vous…

The Staves : C’est extrait d’une de nos chansons… On évoque la douleur et la colère dans le passé.
La chanson est, en partie, basée sur la façon dont la colère peut vous « bouffer » si vous ne la laissez pas partir.

Comment avez-vous rencontré les Bon Iver ?

The Staves : Ils nous ont demandé de les accompagner sur une tournée en Amérique et comme nous nous sommes tous tellement bien entendus ils nous ont demandé de les rejoindre lors de leur tournée européenne.

The Staves
The Staves

Comment avez-vous travaillé avec lui ?

The Staves : Justin Vernon nous a invitées à venir passer du temps dans son studio dans le Wisconsin aux États-Unis.
Dès que nous sommes arrivées là-bas toutes nos chansons sont « arrivées ». C’était évident pour nous que nous devions faire un album ensemble.

The Staves – Blood I Bled

Quelles différences remarquez-vous entre le nouvel album et Dead & Born & Grown ?

The Staves :
Notre premier album a été enregistré presque entièrement en live et nous voulions un son très organique et naturel, similaire à ce que vous entendriez si vous veniez nous voir jouer en concert.
Sur ce disque, nous avons pensé différemment. Nous voulions que ça sonne plus fort. Il y a des cordes, des cuivres, des claviers et plus de guitare électrique. Faire If I Was était une expérience complètement différente et nous nous sommes senties libres d’explorer nos nouvelles chansons. Ce qui, au final, était très excitant pour nous!

Qui écrit dans les Staves ?

The Staves : Nous toutes !

Vos parents n’ont pas été trop inquiets quand ils ont appris que leurs filles allaient parcourir le monde une guitare et un ukulélé à la main ?

The Staves : Non, ils savent que nous sommes là les unes pour les autres et que nous nous soutenons. Ils sont heureux et ils aiment ce que nous faisons.

Qui a eu l’idée de monter ce groupe ?

The Staves : C’est une décision que nous n’avons jamais prise. C’est venu tout seul. Au début vous chantez pour vos amis pour le plaisir, puis on vous appelle pour jouer dans des salles plus éloignées de la maison. Et à un moment, nous étions trop occupées à faire de la musique pour avoir un autre boulot.
Donc nous avons tout simplement continué à donner des concerts et à écrire des chansons. Et puis nous avons réalisé que nous étions des musiciennes à temps complet.

The Staves – If I Was

Attendez-vous avec impatience en 2015 ?

The Staves : Nous sommes vraiment impatientes de sortir notre nouvel album et à de commencer la tournée. Nous avons tout donné dans ces nouveaux morceaux et c’est difficile d’attendre ces moments de partage.

TOP 10

1) Le meilleur disque de 2014 ?

The Staves : So Long, See You Tomorrow des Bombay Bicycle Club.

2) Le disque de 2015 que vous attendez le plus ?

The Staves : Celui de Laura Marling!

3) Le disque de 2014 que tout le monde a écoute sauf vous ?

The Staves : Le disque d’Ed Sheeran.

4) La meilleure salle au monde pour voir un concert ?

The Staves : Le Shepherds Bush Empire à Londres!

5) La meilleure salle au monde pour jouer un concert ?

The Staves : Le Red Rocks Amphitheatre aux États-Unis.

6) Le meilleur refrain au monde ?

The Staves : ?

7) Votre disque honteux ?

The Staves : Nous n’avons pas honte de la musique que nous écoutons mais disons que l’on doit peut être y trouver certains disques de Michael Bublé dans notre collection de disques.

8) Le refrain ultime ?

The Staves : ?

9) Si les Staves étaient une bande son originale

The Staves : Jurassic Park.

The Staves - If I Was
The Staves – If I Was

10) Si vous pouviez créer un festival. Quel nom ? Quelles têtes d’affiche ?

The Staves : Il s’appellerait le Watford Good et il se déroulerait dans notre ville natale. On inviterait Feist, les Fleet Foxes, les Fleetwood Mac et Paul Simon. Puis Volcano Choir, Royal Blood, Sylvan Esso, Phox, Tune Yards et Bahamas.

Question BONUS) Les frères Gallagher ou les sœurs Olsen ?

The Sraves : Les frères Gallagher. Noel Gallagher est marrant et j’espère qu’Oasis se reformera un jour.

If I Was des Staves sortira le 23 mars 2015.

The Staves - Blood I Bled

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Johncanningyates-untilyoufindme

Vidéo : John Canning Yates – Until You Find Me

Fondus enchaînés. La vie défile, ondule, serpente. John Canning Yates crée un paysage sentimental en esquissant le portrait aimant d’un couple qui s’est aimé et qui était passionné de photographie.
Louisdurdek-unnamedroad

[EXCLU] Vidéo : Louis Durdek – Unnamed Road

Louis Durdek nous promène sur son chemin de traverse. « On t’accompagnera si tu trouves ta route » écrivait Eugène Guillevic, avec ce titre, on suit Louis Durdek jusqu’au bivouac et davantage.
Mimiobonsawin-blossomingliveinconcert

Vidéo : Mimi O’Bonsawin – Blossoming (Live In Concert)

Mimi O’Bonsawin est une autrice-compositrice-interprète métisse originaire du Grand Sudbury en Ontario. Elle est née d’une mère franco-ontarienne et d’un père abénaquis, un des peuples autochtones du Canada. Elle vient de sortir un album live avant quelques dates en France.

Plus dans Interviews

Cmathieuteissier1

Rêve éveillé avec Lescop

Lescop sort du bois avec un nouvel album, Rêve parti qui fera danser Les garçons et vous retirera la raison avec la femme papillon. Entretien avant son concert à La Rayonne à Villeurbanne le samedi 9 mars.
Julienshelter-matthieudortomb4

5 questions à Julien Shelter

Avec Island, Julien Shelter nous propose un album cocon, un disque refuge pour se ressourcer avec des titres délicats évoquant l’amour, la nature ou l’enfance.
Chroniquenicolas-commentchicmediaschristophe-3

Fortunate semper magis tempus

Nicolas Comment vient de signer Chronique du temps qui passe, un superbe livre qui mêle des textes intimes et des photos d’artistes au gré des rencontres incroyables qu’il a pu faire. Il était récemment à Lyon pour une rencontre dédicace et une présentation de son travail à la galerie Poltred, l’occasion pour SK* d’évoquer avec […]

5 questions à … AbEL K1

Après avoir écrit pour d’autres et principalement pour Blondino dont il est l’indissociable compagnon de ses échappées, AbEL K1 sortira en mai son premier album. Un album porté par sa poésie toujours si personnelle et tendue, un lyrisme rock et direct, et une voix singulière. Prélude (à la folie) en est le premier aperçu, ainsi […]