Huw Gwynfryn Evans est lucide. Son patronyme étant peu vendeur, ce beau gallois a décidé de prendre le pseudo de H. Hawkline.

H. Hawkline
H. Hawkline


H. Hawkline est capable de s’entourer des bonnes personnes. Évoluant dans la galaxie des Super Furry Animals, il a choisi Cate Le Bon pour produire son premier disque.
Et nous, nous sommes pantois devant ce disque de « strange pop » (selon les propres mots de son auteur). On rencontre, au hasard, XTC, Macca et la folie de Gruff Rhys. Le type écrit des chansons avec une certaine aisance et une classe certaine.
Impressionnant.

H. Hawkline – Spooky Dog

Post In The Pink Of Condition, auditeur triste.
En effet, les douze morceaux de ce vrai premier disque (on ne compte pas les EP’s et les singles) sont un véritable voyage dans les bouclettes de ce Gallois farfelu. Il n’a pas l’air comme ça le H. Hawkline
Il faut se jeter dans son disque pour entrer dans son univers. Surtout que le clip de Spooky Dog est un faux ami et peut rebuter à la première écoute.
Enregistré aux studios Seahorse Sound (Los Angeles) avec Cate Le Bon, ce disque est habité par les héros de ce jeune type. On pensera donc très fort à David Byrne et à Paul McCartney.

H. Hawkline – Moons In My Mirror

Mais on sera surtout décoiffé par le tourbillon qu’est In The Pink Of Condition. Aucun temps mort, aucune pause: 38 minutes d’apnée dans le monde tordu de ce gallois expatrié au soleil. On tient le concurrent de Tobias Jesso Jr et l’avenir de Baxter Dury.

H. Hawkline - In The Pink Of Condition

Tracklist : H. Hawkline - In The Pink Of Condition
  1. Sticky Slithers
  2. Isobelle
  3. Everybody’s On
  4. Moons In My Mirror
  5. Rainy Summer
  6. Concrete Colour
  7. Ringfinger
  8. In Love
  9. Dirty Dreams
  10. Moddion
  11. Spooky Dog
  12. Back In Town
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

H.-Hawkline-I-Romanticize

H. Hawkline – I Romanticize

On avait quitté notre gallois préféré avec le très barré In The Pink of Condition en 2015. On le retrouve cette année avec le très barré sur le label de Jeff Barrett avec l’excellent I Romanticize.

Plus dans Découvertes

Ela Minus

Maximus Ela Minus

Ela Minus est maousse costaud. Pas seulement parce qu’elle vient de Bogotá et a joué dès ses 12 ans et pendant 10 ans de la batterie pour Ratón Pérez, un groupe punk hardcore décolleur de tympan. Elle signe chez Domino un premier album addictif, Acts Of Rebellion, fruit de son expérience à la Berklee College…
OBI © Frank Loriou

La force d’OBI

Obi-Wan Kenobi affirme « l’œil ne voit que la surface des choses, ne t’y fie pas ». Alors il faut écouter OBI et suivre son odyssée jusqu’au collège Maurice-Scève délabré de la Croix Rousse à Lyon, métaphore ironique de nos sociétés sans valeurs.
Slight Of © Gracie Pendleton

Slight Of par petits bouts

On a découvert Slight Of avec Winter’s Maze et son clip poético -humaniste qui va à la rencontre des autres de son quartier, Brooklyn, ces Other people qu’on ne voit pas d’habitude. Il vient de sortir un album qui sent bon les 90′, sans Trump et virus.

Vote for Kiwi Jr. !

A cheval entre les Strokes et Pavement, les Canadiens de Kiwi Jr. font coup double avec leur nouveau single. En plus de nous faire remuer la tête comme au bon vieux temps, ces natifs de Toronto viennent de signer chez Sub Pop.
Mottron @Heart and Guts

L’intrusion de Mottron

Mottron n’est pas carré, il ne rentre pas dans les cases de la pop policée à la française. Il s’apprête à sortir son premier album, Giants le 30 octobre chez Pias Le Label.
Lomelda-Hannah © Tonje-Thilesen

Her name is Hannah !

Lomelda fait des merveilles de chansons. On avait beaucoup aimé M for Empathy l’an dernier, Hannah Read revient déjà avec Hannah, une collection de chansons bouleversantes.

Solaire Solaris Great Confusion

Accompagné par Elise Humbert au violoncelle, Yves Béraud à l’accordéon, Aurel Troesch aux guitares, Jérôme Spieldenner à la batterie, Foes Von Ameisedorf à la basse et Jacques Speyser aux chœurs, Stephan Nieser aka Solaris Great Confusion signe le disque le plus élégant de cette rentrée 2020.