Catégories
Concerts (live reports)

La nuit électro @ Showcase : We Have Band, Naive New Beaters, Pony Pony Run Run

Compte rendu : La nuit électro @ Showcase, Grand Palais - 25/09/2009 - Naïve New Beaters
Si on devait choisir un évènement de la rentrée, ce serait bien la première Nuit Electro au Grand Palais. Et SFR, l’organisateur, a pensé à tout, en réquisitionnant par la même occasion la boîte la plus huppée de Paris se trouvant à deux pas : le Showcase. Le line up était plus qu’alléchant : We Have Band, Pony Pony Run Run et les Naive New Beaters.

We Have Band

We Have Band est un trio nous venant tout droit de Londres. Je les vois très bien nous faire une session du côté de Brick Lane, East London. Maintenant au Showcase, c’est une autre histoire. Leur dress code était au blanc, avec une variation pour la choriste en tenue argentée scintillante. Dede WP, la choriste, est l’archétype de la Londonienne : blonde à longue frange. Elle avait un tambourin et une baguette à la main dont elle se servait pour lancer ses sons à la console. Le guitariste, Thomas WP, sautait sur place. Le chanteur, Darren Bancroft, quant à lui faisait office de one-man-band avec un synthé et quelques toms de batterie. Le tout donne un son électro pop légèrement tinté années 80. Leurs influences ? le vin rouge géorgien (dixit MySpace).

Naive New Beaters

Puis, alors que nous attendions les Pony Pony Run Run, la scène se prépare avec des rideaux argentés et un beau panneau lumineux marqué NNBS. On attendait donc une entrée fracassante des Naive New Beaters. On a eu une entrée très pyrotechnique : EuroBelix est entré suivi de Matin Luther BB King, armés de bougies scintillantes accrochées à leurs épaules. Le ton est donné, on ne s’étonne pas de voir David Boring arriver avec un chapeau à étoile rouge, une ceinture en coquillage et surtout un gros pull avec trois lapins. A partir de là, tout était possible. Ils ont retourné la salle à coup de choré digne d’une salle d’aérobic des années 90, de danse des doigts et de rimes débiles telles que « Public tu nous chauffes le cœur parce qu’on est les Naive New Beater« . Les solos de Martin Luther BB King nous donnaient l’impression qu’il se prenait pour Slash devant l’église, avec ses cheveux dans les yeux. Heureusement, on aura compris qu’ils ne se prennent pas au sérieux. A côté des bêtises qu’ils ont pu débiter ou faire, le son était bon, les gens ont dansé, se sont lâché, les mains étaient en l’air. Sur le single ‘Live Good’, c’est le Showcase tout entier qui a répondu présent. Les premiers rangs ont reçu pour leur peine des confettis sur le coin de la figure – parce que les NNBS en concert c’est ça : un peu de Love, beaucoup de délire, et tout le monde ramène un petit bout des Naive chez soi. Moi je dirais comme le gars le criait si justement derrière moi : « Envoie du rêve en 3 dimensions » car tu sais si bien le faire.

Pony Pony Run Run

Et là c’est le drame : imaginez passer après un groupe qui a explosé l’audience. La barre était très haut placée, le public piaffait d’impatience. Au fur et à mesure que la soirée avançait, l’alcoolémie aidant, les gens venus se défouler de leur semaine de dur labeur devenaient de plus en plus exigeants. Or voilà, Pony Pony Run Run, c’est un autre style, c’est de l’électro-power-pop. C’est une musique qui s’écoute ; on ferme les yeux, on se laisse porter, le rythme fait le reste et on se retrouve à danser alors qu’on pensait avoir deux pieds gauches. C’est l’effet Pony. Mais là, l’ambiance n’était pas à la magie. L’intro a paru très molle par rapport aux sur-dynamiques NNBS. Gaëtan, le chanteur nous a fait remarquer à plusieurs reprise à quel point nous étions un public silencieux, et nous on attendait que ça explose. Beaucoup réclamaient ‘Hey You’ ; d’ailleurs les rangs se sont clairsemés une fois le single joué. Les seuls qui dansaient vraiment étaient les demoiselles, quand elles n’étaient pas en train de fixer béatement le chanteur ! Je persiste à penser que s’ils avaient inversé l’ordre du line up, tout le monde aurait trippé leur concert.

Partager cet article
6 réponses sur « La nuit électro @ Showcase : We Have Band, Naive New Beaters, Pony Pony Run Run »

Aïe…. dur pour les PPRR ! Mais pour avoir vu les Naive en concert, il est évident que les faire passer en 2ème était pas logique du tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

MaMA2020

MaMA MiA Festival 2020 !

Incontournable MaMA chaque automne. Indispensable MaMA en cette année si spéciale où Paris se doit d’être à nouveau une fête pour la musique, les musiciens et le public les 14, 15 et 16 octobre 2020 avec 130 concerts en 3 jours dans 10 salles de Pigalle.
Naïve New Beaters

Le beat habile des Naïve New Beaters

Les Naive New Beaters, ça fait déjà un moment qu’on les connait, et qu’ils nous amusent avec leur pop déjantée à souhait, à prendre au millième degré. Cet été, ils sont revenus en force avec leur nouvel album, À la folie dont on est déjà dingues, justement. Ça parle d’amour, ça donne furieusement envie de…
Two Door Cinema Club @ Rock En Seine 2016

Sous le soleil de Saint-Cloud : Rock en Seine 2016, le récap’

Cette treizième édition du fameux festival Rock en Seine se sera déroulée sous une chaleur caniculaire, loin des glissades dans la boue et des bottes de pluie qu’on a pu connaître certaines années. Comme d’habitude la programmation très éclectique a permis de drainer un public qui l’était tout autant.

Gare au Pont !

L’édition 2016 du festival Lives au Pont aura lieu les 7 et 8 juillet sur le site majestueux du Pont du Gard.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…