Soirée Custom : Telegraphs, Are We Brothers et The Boxer Rebellion

Les Inrocks organisent régulièrement les soirées Custom, pour nous présenter les dernières tendances. Pour la rentrée, le Nouveau Casino accueillait Telegraphs, Are We Brothers et The Boxer Rebellion.

Telegraphs

Telegraphs a ouvert le bal à 20h15. C’est suffisamment tôt pour que la salle soit vide. Ils auront loupé un groupe plus rock qu’indie qui en envoie au niveau des basses. Des Anglais qui sonnent très canadien au final. Darcy a un côté très emo sur scène. Hattie, la bassiste, choriste et chanteuse, aux jambes magnifiques bien entendu, donne un côté très métal mélodique. Gary, le guitariste rythmique, était à fond ! Ils se donnent sur scène, ils y mettent tout leur cœur. Un style très Queens of the Stone Age avec la touche féminine qui ne gâche rien. Leurs influences : Biffy Clyro, Brand New, Foo Fighters… Vous voyez le genre ? non? Alors allez voir leur MySpace.

2009_09_24_Telegraphs
2009_09_24_Telegraphs
2009_09_24_Telegraphs
2009_09_24_Telegraphs
2009_09_24_Telegraphs
2009_09_24_Telegraphs
2009_09_24_Telegraphs

Are We Brothers ?

Le deuxième groupe, Are We Brothers devait être le clou de la soirée. Le début annonce la couleur avec une ligne de basse très présente. Les Danois confirment la donne en quelques breaks de batterie, ceci est un groupe de Ska-Punk – aux consonances très pop. Le côté Punk est assuré par la tenue du batteur : il batteur porte des bretelles, à l’ancienne, mais les perd en cours de route, trop occupé à tenir le rythme soutenu. Le chanteur a un chapeau très Jason Mraz. Le guitariste, Benjamin, le chouchou de ces dames, a une touffe et de grosses lunettes de soleil blanches, mais joue surtout sur une belle Hagestrom – très stylée Gibson. Le bassiste, qui a tenté la French Touch, en béret et marcel, joue sur une magnifique Danaletro. Après une touche douceur « You Can Count on Me », Are We Brothers se lance dans une reprise de All That She Wants. Le public est prêt à reprendre en chœur, mais ne semble pas oser, c’est Ace of Base après tout. Néanmoins, la version Ska vaut le détour, et avec Hattie, la bassiste des Telegraphs, on trippe.
Are We Brothers continue à faire bouger la salle, leur style est pêchu. Leur single « Come Around » chauffe peu à peu la salle à coup de rythme entraînant. Les filles commencent à bouger le bassin. Ils finissent sur un bon solo de guitare des familles, puis les musiciens se déchaînent peu à peu, tout le monde part en live et le chanteur finit à bout de souffle.
Moi je suis déjà conquise. Le clip de Come Around à balancer dès le réveil:

2009_09_24_Are-We-Brothers
2009_09_24_Are-We-Brothers
2009_09_24_Are-We-Brothers
2009_09_24_Are-We-Brothers
2009_09_24_Are-We-Brothers
2009_09_24_Are-We-Brothers
2009_09_24_Are-We-Brothers
2009_09_24_Are-We-Brothers
2009_09_24_Are-We-Brothers

Are We Brothers ? – Come Around

The Boxer Rebellion

Le dernier groupe, The Boxer Rebellion, rapporte son lot de fans. Quelques punks aux cheveux décolorés viennent remplir les rangs du Nouveau Casino. Le style est plus mélodique que Telegraphs. Dans la lignée de Staind, avec un petit côté Snow Patrol. C’est sûr, c’est efficace. Tout est là pour nous faire ressentir quelque chose mais on l’a trop entendu, et les chansons se ressemblent. Le chanteur fait très fils à papa du XVIe dans son polo 3 boutons et a tendance à partir trop dans les aigus. Le seul point positif pour ma part : le bassiste jouait au doigts – suffisamment rare pour le noter – et sur une magnifique Gibson ! Néanmoins, c’était trop surfait à mon goût. Dommage.

2009_09_24_The-Boxer-Rebellion
2009_09_24_The-Boxer-Rebellion
2009_09_24_The-Boxer-Rebellion
2009_09_24_The-Boxer-Rebellion
2009_09_24_The-Boxer-Rebellion
2009_09_24_The-Boxer-Rebellion
Date : 24 septembre 2009
Photographe
Clic. Clac. Merci Kodak ! Photographe dans les fosses et même un peu au dessus. Sur Lyon et sa région

4 réponses sur « Soirée Custom : Telegraphs, Are We Brothers et The Boxer Rebellion »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Photos concert : The Dukes, Séverin, Funeral Party @ Nouveau Casino (Soirée Custom), Paris | 8 décembre 2010

The Dukes, Séverin, Funeral Party @ Nouveau Casino (Soirée Custom)

Cette soirée Custom au Nouveau Casino, à la programmation particulièrement non homogène, réunis les excellents The Duke, du rock sévèrement burné et de qualité, puis alors que nous n’étions pas remis de ce premier set, Séverin, dans un registre aux antipodes (chanson française « Katerine like ») et retour au rock, américain cette fois, avec les très […]

Soirée Custom : The Hickey Underworld, 3OH !3 et Solange La Frange

Les soirées Custom des Inrocks nous permettent de découvrir les nouveaux groupes du moment. La dernière soirée avait été pleine de bonnes surprises : effectivement je n’avais pas accroché aux Boxer Rebellion, mais j’étais repartie avec l’album de Telegraphs et une chanson pour me lever du bon pied des Are We Brothers ? Pour le mois d’octobre, […]

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.