Le premier soir du festival est une Pias Night géante avec pas moins de quatre groupes du label au menu, et non des moindres : Drenge, Temples et Noel Gallagher’s High Flying Birds, tous britanniques, le rôle de local de l’étape étant assuré par des Radio Elvis « très contents d’être là ».

Après une prestation idéale pour ouvrir les hostilités en fin d’après-midi, Radio Elvis laissent la place au duo – flanqué d’un bassiste de tournée – torturé Drenge, très efficace, surtout lorsqu’il s’agit de livrer son nouveau single We Can Do What We Want. Dans une veine plus psychédélique, les Temples, récemment désignés « meilleur groupe du Royaume-Uni » par Noel Gallagher lui-même, assurent un concert de bonne facture au moment de l’apéritif. De quoi mettre les spectateurs dans de bonnes conditions avant l’arrivée sur scène du patron.

Fraîchement revenus des États-Unis pour entamer la tournée des festivals européens, Noel Gallagher et ses High Flying Birds sont une tête d’affiche de prestige, une exclusivité pour les organisateurs, ravis d’avoir signé l’ex-Oasis pour sa seule date estivale dans l’hexagone.

Noel superstar

Moins puissant qu’au début du Chasing Yesterday Tour à Belfast, le NGHFB se contente de faire le job devant une place de la République débordante, à majorité déjà ralliée à la cause de Noel, superstar dans et hors de ses contrées d’origine. Une ferveur motivante pour un homme habitué des stades et au sommet de son art.

Contraint par le temps, le natif de Burnage doit boucler le tout en une heure. Everybody’s on the Run et Lock All the Doors est une brillante ouverture, exécutée avec sérieux par le quintette, appliqué à mettre l’intensité nécessaire dans ces premières minutes. Soutenu par la section cuivre, In the Heat of the Moment sonne toujours aussi bien, contrairement à la version un peu légère de Riverman, plus appréciable sur disque que sur les planches.

Parfois délaissée, Whatever (à l’acoustique) est aussi bien accueillie que le « bonsoir » furtif du front-man, aussi approximatif avec la langue de Molière qu’avec celle de Cervantès (Cf. le « muchas gracias » qui conclue The Mexican). Parenthèse linguistique refermée. Noel ne change rien de ses habitudes, maîtrisant à merveille ses courts temps de paroles et ses fulgurances (You Know We Can’t Go Back) pour proposer un spectacle millimétré. Refrain entêtant, trompettes en avant, Dream on résonne comme un hymne à la tombée de la nuit avant que le show ne prenne une autre tournure.

Time for one more

Assidu jusque-là sans vraiment forcer, le groupe donne à l’immense place des allures de stade, emballée par le rétro Digsy’s Dinner et If I Had a Gun, titre majeur du premier album. Ce soir, pas de rappel, ou seulement celui du passé, amorcé par The Masterplan que les aficionados semblent apprécier, au même titre que l’excellent AKA… What a Life! et son beat de batterie robotique.

Si Noel Gallagher a « le temps pour une autre chanson (I’ve got time for one more) », le public serait quant à lui bien resté après le final Don’t Look Back in Anger, annoncée comme une « chanson écrite ici, à Paris » et reprise par des milliers d’âmes.

Une heure, pas plus. Pour son unique passage en France cet été, le hit-maker a fait ce qu’on attend de lui : servir des tubes à la pelle pour faire passer une bonne soirée aux spectateurs, venus nombreux. Même loin du niveau qu’ils affichaient au début de leur tournée, ses High Flying Birds et lui semblent avoir consolidé leur statut auprès du public francilien, conquis. Une bonne nouvelle.

2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
2015_06_23_oui_fm
Photographe
J'aime le noir et blanc qui bave et le rock garage bien gras.
Date : 23 juin 2015
Partager cet article
1 réponse sur « Live report : Oüi FM Festival, Paris | 23.06.2015 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…