Assister à un concert d’Eleanor Shine, c’est assister à un concert où se mêlent le violon, le fantôme de Mark Linkous, les ombres des types de Mogwai et des boucles électroniques. Oui, tout cela. Un véritable cas d’école !

Avançant à pas de loup, Eleanor Shine tisse sa toile et pourrait être la révélation de 2016. Eleanor Shine, ‘a light’ en somme.

Eleanor Shine

Pourquoi avoir choisi de publier Territoire en tant que premier single ?

Eleanor Shine : Je voulais offrir un morceau « découverte » d’Eleanor Shine, mais je ne voulais pas dévoiler un titre du futur album. J’ai donc composé Territoire. Une amie qui est photographe et vidéaste, Floryane Sodano a flashé dessus et a réalisé spontanément un clip qui révèle parfaitement l’esprit de ce morceau.

Eleanor Shine – Territoire

Comment tu définirais ta musique ? Elle a un coté très singulier. Le violon tient une place centrale mais il y a un tout autour qui peut faire penser à des groupes comme Mogwai, Sigur Ros.

Eleanor Shine : Difficile pour moi de mettre des mots sur ma musique et à fortiori de lui assigner un genre. je suis donc toujours curieuse -et parfois surprise!- des retours des auditeurs. Ça me fait plutôt plaisir que ça te fasse penser à Mogwai et Sigur Ros car ce sont deux groupes que j’aime beaucoup. Le rock, dans son acceptation large, a une place très importante dans ce que j’écoute… et le classique forcément. C’est ma formation de base et j’en écoute toujours beaucoup. Après, ma musique est évidemment influencée par d’autres musiques, mais du point de vue de son essence, Eleanor Shine est tout ce qui me nourrit, mes rencontres et expériences, mes émotions et humeurs quand je prends mon violon.

Le violon a une place centrale !

Eleanor Shine : Oui, c’est le leader du groupe ! Et une longue histoire d’amour, qui se construit, déconstruit, reconstruit. Le violon dans son approche classique permet déjà beaucoup de choses. Quand on lui ajoute des pédales d’effets et qu’on peut le démultiplier… Il y a la voix aussi, que j’ai redécouverte avec bonheur il n’y a pas si longtemps. Et au final, il n’y a pas un morceau sans.

Et comment écris-tu tes chansons ? Tu pars du violon et tu rajoutes des couches ?

Eleanor Shine : Oui, quasi tous les morceaux partent du violon. Et du boucleur…une révélation. A un moment où j’avais plus que jamais besoin de la musique, j’ai passé des heures juste à jouer, à poser des ambiances, à voyager. Mais aussi à découvrir et dompter mon looper, à orchestrer riffs, mélodies, thèmes et effets. Puis, peu à peu est venue l’idée que je pourrai faire quelque chose de tout ce temps passé à faire des boucles. Je me suis attelée à construire des morceaux à partir de ces moments d’expression spontanée, avec l’exigence de structures progressives. C’est à ce moment là que la voix s’est affirmée. Et je pense qu’elle a beaucoup contribué à « sortir » de la boucle. Ce projet s’inscrit dans un long processus, et finalement l’essence d’Eleanor Shine a précédé l’idée de sa création.

Et tu avais des modèles pour ce projet solo? C’est une construction empirique? En projet solo?

Eleanor Shine : Peut-être que voir beaucoup de projets solo se développer autour de moi et ailleurs m’a poussé à assumer et rendre public le mien. Même si, évoluant dans un milieu dit « alternatif », je me sentais un peu à part. Mais de toute façon, il couvait depuis bien longtemps. Au regard de mon parcours, et avec le recul, il est une évidence. J’ai sauté le pas à un moment où la plupart de mes projets musicales collectifs se sont arrêtés. C’était le moment.

Ce projet s’inscrit dans un long processus, et finalement l’essence d’Eleanor Shine a précédé l’idée de sa création.

Sur scène, tu proposes quelque chose de très très abouti. Tu as retardé ton apparition sur les planches ?

Eleanor Shine : Merci ! J’ai pas mal d’années de pratique musicale et une certaine expérience de la scène. Dès mon plus jeune âge, pour les examens et auditions du Conservatoire, je me retrouvais seule face à un jury dans un grand auditorium. Puis, j’ai fait un paquet de concerts avec les différents groupes dans lesquels j’ai joué. J’ai présenté Eleanor Shine quand je me suis sentie vraiment prête. Prête à monter seule sur scène, à dévoiler ma musique, mon intérieur, avec en plus la difficulté technique de manipulation des machines qui m’entourent.

Et tu as un rapport à l’image assez particulier. On ne te voit pas (sur le site du label ou dans ton clip). Pourquoi ?

Eleanor Shine : C’est l’effet masque de loup ! Ce cliché fait par Adeline Duquennoy (Galerie Rezeda), est tiré d’un teaser qui accompagnera la sortie de l’album. Parce que j’aime cette photo, pour le mystère, par timidité, parce que c’est pas trop mon truc de poser et que l’idée que j’ai du loup et de ce qu’il représente colle avec le projet Eleanor Shine. Et puis je préfère montrer le travail d’artistes qui résonne avec ma sensibilité et ma musique plutôt que de mettre mon image en avant. Après je n’en fais pas un combat, ni un principe, et quand on vient voir Eleanor Shine en concert, on me voit. Et on voit un quart de mon visage sur le pola de SK*!

Et comment as-tu rencontré les gens du label La Maison et Vadim Vernay ?

Eleanor Shine : Le microcosme musical amiénois. Vadim Vernay a entendu un morceau que je venais d’enregistrer. Il est venu me voir jouer et m’a proposé de faire partie du label La Maison. Évidemment j’étais ravie. Au-delà de permettre la sortie d’un disque dans des conditions professionnelles, cela procure une émulation,des retours et un soutien qui sont plus que bienvenus quand on a un groupe tout seul! Il y a le label, et aussi les amis qui font le son, les lumières, les vidéos, les visuels. C’est une véritable équipe.

Il y a combien de chansons sur ton album ?

Eleanor Shine : Ahah..! Nous avons annoncé un EP mais cela pourrait être plus… patience !

Il y a des chansons inabouties ?

Eleanor Shine : Il y a un morceau qui a été enregistré mais qui ne sera pas sur le disque. Il ne sonne pas de manière satisfaisante. Mais je le jouerai encore en live.

Et si tu avais un mot pour le définir ce disque ?

Eleanor Shine : Un « trois en un » : Quelque part ailleurs. C’est le titre d’un morceau.

Quelle est l’histoire de Sourires ? C’est une chanson qui « apaise ».

Eleanor Shine : Oui c’est une musique ensoleillée. Et la seule qui ne vienne pas de moi! C’est Charles Hayem (John Makay) qui l’a composée. J’ai écrit les paroles et les arrangements. C’est une chanson d’amour, d’amitié, de réconfort. « Ami, Amour, mon cœur te voit, sourires pour toi. »

Et l’histoire de The Sun and you ?

Eleanor Shine : Une histoire de mondes, de rêve, de réappropriation : »I dream we draw our world ».

TOP 10

1) Le meilleur album de 2015 ?

Eleanor Shine : Il date de 2014 mais c’est l’un des disques que j’ai le plus écouté en 2015. Odessey & Oracle, un trio lyonnais pop baroque psyché !

Odessey & Oracle and The Casiotone Orchestra – Album teaser

2) Ton dernier disque acheté alors ?

Eleanor Shine : Pour un cadeau, Les Agamemnonz.

https://www.youtube.com/watch?v=1FHKvXfy_Tk

3) Le disque qui va forcément te décevoir ?

Eleanor Shine : Je ne l’écouterai pas pour ne pas être déçue.

4) Le disque que tu attends le plus ?

Eleanor Shine : Le prochain PJ Harvey.

5) Le meilleur endroit pour voir un concert ?

Eleanor Shine : Une salle ni trop grande ni trop petite, près de chez moi. Avec un accueil chaleureux.

5) Le meilleur endroit pour faire un concert ?

Eleanor Shine : N’importe où, avec un accueil chaleureux et un public venu pour écouter de la musique.

6) Ta B.O préférée ?

Eleanor Shine : Twin peaks, ma série préférée. Plus récemment j’ai beaucoup aimé la BO de The Leftovers.

7) Ton disque préféré de PJ Harvey ?

Eleanor Shine : Le dernier, Let England Shake.

8) Le producteur de tes rêves ?

Eleanor Shine : Je n’en ai pas.

9) Le métier de l’industrie musicale que tu ne comprends pas ?

Eleanor Shine : Je comprends tout je crois.

10) Si tu pouvais créer un festival ? Quel nom ? Quelles têtes d’affiche ?

Eleanor Shine : Je préfère être dans le public ou sur scène que dans l’organisation !
Par contre, choisir les groupes…The Moulettes, Direction Survet, Odessey & Oracle, pneu, Koonda Holaa, Seal of Quality, Frayss Gall, Taulard…

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Eleanor Shine - Territoire

Cinq questions à… Eleanor Shine

SK* a demandé à une quarantaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Eleanor Shine,
Eleanor Shine - Territoire

La maison hantée d’Eleanor Shine

Il y a quelques mois nous vous parlions de Vadim Vernay, l’agence musicale française qui gère l’héritage spirituel de Mark Linkous. Vadim Vernay sort des disques (It will be dark) et possède un label (La Maison). Sur ce dernier, on vient de découvrir la belle Eleanor Shine.

Plus dans Interviews

5 questions à … MASSTØ

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des MASSTØ, trio amiénois qui fait du blues et de la soul comme personne et qu’il faudra impérativement découvrir au Crossroads Festival…

5 questions à … Annabel Lee

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Annabel Lee, Lolita pure et vierge dans le dernier poème de Poe et trio belge survitaminé qui n’a pas eu de pot…
Les-Vulves-Assassines

[MaMA 2020] 5 questions aux … Vulves Assassines

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des Vulves Assassines qui vont faire mouiller le MaMA Festival le Jeudi 15 octobre. Elles seront au départ du tour de France…
Sôra © Thomas Braut

5 questions à … Sôra

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Sôra et de son électro-soul déchaînée. Avec une voix puissamment onctueuse, elle devient tempétueuse sur scène à éprouver au Crossroads Festival…
LOMBRE © Kevin Spadafora (2)

5 questions à … Lombre

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Lombre qui sera en pleine lumière avec son puissant et programmatique deuxième EP, La lumière du noir qui signe la naissance…
Supamoon

5 questions à … Supamoon

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Supamoon avec la voix enjôleuse de Claudia et son trip-hop mâtiné de r’n’b. On regarde ces perpignanais dans les yeux, la…
Orange Dream

5 questions à … Orange Dream

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Orange Dream qui roulera des mécaniques pop au Crossroads Festival du 8 au 11 septembre pour sa 5ème édition. Le duo Lillois…