etienne-jaumet-night-music

Fort heureusement il y a encore de nos jours de « vrais » artistes qui ne vendent pas leur âme et surtout leur talent à quelque maison de disque plus intéressé par le profit que par la création. Etienne Jaumet fait partie de ces artistes et son album sorti chez Versatile est un des disques essentiels de 2009.

Etienne Jaumet : Night Music

La musique de « Night Music » fait penser à une longue divagation intimiste aux accents pinkfloydiens dans une ville d’Allemagne par exemple. On décèle en effet chez Etienne Jaumet des réminiscences krautrockiennes à la Klaus Schulze ou Manuel Göttsching. Le long morceau qui ouvre l’album « Far falling asleep » reprend les choses là où Lindstrøm s’était un peu pris les pieds dans le tapis avec son album « Where you go I go too » trop connoté baléarique pour touriste…

« Night Music » a été produit par Carl Craig et cela paraît logique tant il n’a jamais caché sa fascination et son érudition pour tout un pan de la culture électronique (le krautrock en tête…). Il y a donc beaucoup de répétitions, de nappes techno, de sons chuintants et insidieux sur cet album mais pas seulement, on y retrouve également du saxophone interprété par M. Jaumet himself, de la vielle à roue, de la harpe jouée par Emmanuelle Parrenin et ces instruments traditionnels donnent une liberté telle qu’au long des cinq morceaux qui composent le disque on se sent happé, captivé et on a réellement le sentiment de voyager immobile.

Certes, la musique d’Etienne Jaumet est exigeante et pourrait paraître élitiste aux yeux de certains mais la sincérité dont il fait preuve et la créativité déployée devrait lui attirer la reconnaissance qu’il mérite.

Tracklist : 1. For Falling Asleep, 2. Mental Vortex, 3. Entropy, 4. Trough the Strata, 5. At the crack of Dawn.

Pour les fans de Carl Craig, à noter qu’il sort en édition limitée des remasterisations de vinyles de sa période 69 et c’est par là que ça se passe : www.planet-e.net.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

I:Cube – Lucifer En Discotheque

I:Cube – Lucifer En Discotheque

Finalement on pourrait noircir des centaines de pages sur la house, la techno, digresser pendant des heures sur la portée de tel ou tel disque mais le mot final reviendra toujours au danseurs et aux dj’s.
Château Flight : Chichi Devils

Château Flight : Chichi Devils

Toujours là où on ne les attend pas Gilbert Cohen et Nicolas Chaix font reparler d’eux avec la sortie de « Chichi Devils » un E.P. avec un seul titre, comme si les deux musiciens trouvaient superflu d’en ajouter un second.

I:Cube : Merovingienne

I:Cube – Merovingienne Il y a des labels comme ça, bien loin de toute hype, qui à force de patience et de persévérance ont creusé le sillon d’une musique racée et de qualité sans jamais prendre la grosse tête. Lorsqu’on sait la propension des français à se croire au centre du monde de la musique…

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.