etienne-jaumet-night-music Fort heureusement il y a encore de nos jours de « vrais » artistes qui ne vendent pas leur âme et surtout leur talent à quelque maison de disque plus intéressé par le profit que par la création. Etienne Jaumet fait partie de ces artistes et son album sorti chez Versatile est un des disques essentiels de 2009.

Etienne Jaumet : Night Music

La musique de « Night Music » fait penser à une longue divagation intimiste aux accents pinkfloydiens dans une ville d’Allemagne par exemple. On décèle en effet chez Etienne Jaumet des réminiscences krautrockiennes à la Klaus Schulze ou Manuel Göttsching. Le long morceau qui ouvre l’album « Far falling asleep » reprend les choses là où Lindstrøm s’était un peu pris les pieds dans le tapis avec son album « Where you go I go too » trop connoté baléarique pour touriste…

« Night Music » a été produit par Carl Craig et cela paraît logique tant il n’a jamais caché sa fascination et son érudition pour tout un pan de la culture électronique (le krautrock en tête…). Il y a donc beaucoup de répétitions, de nappes techno, de sons chuintants et insidieux sur cet album mais pas seulement, on y retrouve également du saxophone interprété par M. Jaumet himself, de la vielle à roue, de la harpe jouée par Emmanuelle Parrenin et ces instruments traditionnels donnent une liberté telle qu’au long des cinq morceaux qui composent le disque on se sent happé, captivé et on a réellement le sentiment de voyager immobile.

Certes, la musique d’Etienne Jaumet est exigeante et pourrait paraître élitiste aux yeux de certains mais la sincérité dont il fait preuve et la créativité déployée devrait lui attirer la reconnaissance qu’il mérite.

Tracklist : 1. For Falling Asleep, 2. Mental Vortex, 3. Entropy, 4. Trough the Strata, 5. At the crack of Dawn.

Pour les fans de Carl Craig, à noter qu’il sort en édition limitée des remasterisations de vinyles de sa période 69 et c’est par là que ça se passe : www.planet-e.net.

Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.