Jean-Louis Murat – Le Cours ordinaire des choses

Chronique CD Jean-Louis Murat - Le prolifique, l'énigmatique, le bucolique Jean-Louis Murat a encore frappé : depuis le 21 septembre 2009 vous pouvez pécho Le Cours ordinaire des choses chez tous vos bons dealers de musique. De la bonne came certifiée Bio from Nashville. Vous pouvez la choisir version vinyle, version CD mais nous on a opté pour le CD édition limitée avec DVD Bonus, avec le film "Falling in Love Again" de Laetitia Masson.

Murat fait partie des artistes que toute la critique déclare unanimement comme hyper-légitime et hyper-crédible, comme « l’un des derniers poètes français en marge du système ». Bref, il fait du bien à notre ego national, qui veut voir en tout artiste un poète maudit, surtout depuis qu’on a perdu quelques grands noms comme Serge Gainsbourg, ou plus récemment le regretté Alain Bashung. Ce costume va à Murat comme un gant : il a mangé son pain noir, il écrit sans cesse, comme pour tromper l’ennui propre aux post-romantiques, il choisit la campagne auvergnate plutôt que la capitale… en marge, donc.

Très français, et pourtant il affirme une allégeance à l’Amérique « qu’on aime » comme dirait quelqu’un, en allant enregistrer à Nashville, avec des musiciens du cru et un son inimitablement country. Country Américaine, campagne française, on ne peut s’empêcher de voir se rapprocher le sud des US avec son accent caractéristique et le sud de la France avec la délicieuse diction de Murat et ses « o » ouverts dont on ne se lasse pas.

Discographie

« Comme un incendie » est le premier single, le titre qui ouvre l’album et d’où est tiré le titre de l’album : « le cours ordinaire des choses me va comme un incendie ». Une entrée en matière rock’n’roll et programmatique où le poète parle de lui à la 1ère personne et sans cryptage (enfin presque, on est chez Murat, quand même). Et dans tout l’album l’ombre de ce poète plane, se révèle à demi, en filigrane et avec sensualité. On le voit dans « M. Maudit ». M comme Murat, poète maudit, peut-être, ou dans « Chanter est ma façon d’aimer ». Le tout est une fresque qui dresse un portrait en demie-teinte du Poète Chantant, comme sur la pochette où les photos floues de Murat sont superposées avec des images végétales.

Du début à la fin, le Poète Chantant (et Aimant, d’ailleurs, je vous laisse le soin de décrypter les métaphores amoureuses) se grime de parures médiévales et courtoises emplies de chevaliers errants, d’amphores, d’ébats dans la nature, avec parfois un chapeau de cowboy en guise de heaume.

Le mélange entre un imaginaire du vieux continent, porté par la très ancestrale langue française, et la musique américaine, jeune et libre, est affirmé avec conviction pendant tout l’album ; mais notre Poète Chantant avoue aussi les paradoxes qui en découlent : « Comme un cowboy à l’âme fresh / Voilà ma pauvre chanson / L’occasion fait le larron / Au reposoir francisé / Reste que dalle à chanter / Comme un cowboy à l’âme fresh » peut-on lire dans « Comme un cowboy à l’âme fresh », morceau très country.

« Le Cours ordinaire des choses » est donc un aller-retour entre et le sud des US et l’Auvergne, entre Nashville et Orcival, entre Music Row et le Mont d’Or. Cet album s’inscrit dans un temps long, moderne et en même temps un brin retro, intemporel en somme.

Laetitia Masson

« Falling in Love Again »

Le film de Laetitia Masson est à la fois son propre récit de son voyage à Nashville avec JLM et la construction d’un personnage fictif. Solange, évoquée dans « Chanter est ma façon d’aimer », est une groupie qui rêve l’Amérique de son idole. C’est Elsa Zylberstein qui incarne ce personnage muet, dont la vie et les pensées sont décrits de manière fragmentaire par une voix-off.
L’alternance entre la fiction et le documentaire est intéressante, mais la partie « fiction » n’est pas toujours convaincante. La voix-off a un timbre nasillard et la qualité de l’enregistrement même n’est pas excellente. Du coup, si cette voix est tout à fait crédible quand elle parle à la première personne de son voyage à Nashville, elle ne l’est tout à coup plus lorsqu’elle se fait narratrice de la vie imaginée de la groupie. La talentueuse Zylberstein, réduite au silence, est condamnée à errer dans des couloirs le regard perdu, et n’arrive pas plus à nous faire croire à Solange.

En revanche, les images du studio à Nashville sont très bonnes. La caméra se fait à peine remarquer, et Murat ne s’en soucie jamais, ou du moins feint de ne jamais s’en soucier. On le voit beaucoup de dos, on voit ses épaules, sa chemise à carreaux, sa tignasse, sa barbe, son visage à demi caché par un micro. On le voit jouer de la guitare dans son pull camionneur. On voit sa silhouette en filigrane, à nouveau, se refléter sur les vitres du studio qui semble être une église reconvertie. On voit comment travaillent les musiciens. On entend le métronome. On voit un ingé son écouter Murat et s’extasier sur son « Uuunn, deeeuux » préliminaire tellement « cool », en vouloir un échantillon.

Un film qu’on regarde avec profit et plaisir car il nous fait réellement voyager.

Vous avez aimé ? Partagez !
2 réponses sur « Jean-Louis Murat – Le Cours ordinaire des choses »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Jean Louis Murat - Mustango

[1999 – 2019] Go, Mustango, Go

Trois ans après Dolorès, Jean-Louis Murat surprit tout le monde avec Mustango. Il avait emmené son spleen aux Etats-Unis et en avait profité pour enregistrer ses morceaux en Arizona avec deux Calexico et à New-York avec Marc Ribot et Jennifer Charles d’Elysian Fields.
JL Murat - Innamorato

Jean-Louis Murat – Innamorato

Le dernier disque de Murat porte bien son nom. Les 8 prises live et les 4 inédits nous font retomber, comme pratiquement à chaque fois, amoureux des guitares et de la voix de Jean-Louis Murat.
Murat Imbaud - Hold Up

Bonnie & Clyde !

Hold Up, tout est dans le titre ! Murat et Morgane raflent la mise avec ce titre qui risque de braquer l’été !

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.