Declan McKenna et ses 16 ans vont envoyer Jake Bugg et ses morceaux à la maison de retraite.
L’anglais McKenna a gagné le concours du meilleur jeune talent lors du festival de Glastonbury 2015 et s’apprête à publier un EP gorgé de chansons typiquement… anglaises. De festival, il en est encore question en 2016 puisque ce jeune premier jouera dans quelques mois au This Is Not A Love Song aux côtés de Dinosaur Jr et Foals.

Tu as joué avec les Foals à L’OLympia. L’année dernière c’était La Boule Noire. On va te retrouver en 2018 devant 80 000 personnes au Stade de France ?

Declan McKenna : Cela va être difficile mais qui sait… Je suppose en plus que ce doit être un chouette endroit pour jouer.

Comment as-tu rencontré les gens de Because Music, ton label ?

Declan McKenna : Ils m’ont envoyé quelques emails au départ. Mais pour être honnête, cette histoire est tout sauf intéressante.

Peux-tu m’expliquer le choix de la photographie qui est utilisée pour la couverture de Stains ?

Declan McKenna : En avril, je suis venu à Paris pour jouer dans un festival. Un couple d’amis m’a accompagné. Mon ami a pris cette photo lorsque nous étions à l’hôtel. Elle a un coté très DIY. Je l’aime beaucoup. Comme Stains est publié exclusivement en France… Je me suis dit qu’elle faisait parfaitement l’affaire.

Comment écris-tu tes chansons ?

Declan McKenna : Généralement, c’est la mélodie qui arrive en premier. J’ai toujours trouvé qu’il fallait une bonne mélodie. Après tout dépend de la chanson.

Si tu devais choisir un seul mot pour décrire Stains, lequel choisirais-tu ?

Declan McKenna : Tourbillonnant.

Declan McKenna – Brazil

Brazil et Paracatemol sont des hits en puissance. Tu aimes les hits ? Quels sont les hits préférés de Declan McKenna ?

Declan McKenna : Je ne sais pas si j’aime les hits. J’aime les bonnes chansons qui sont mes hits. Parmi mes chansons, j’adore The kids don’t wanna come home. Je ne l’ai pas encore publiée. Mais en live, elle embarque le public en moins de deux !

Qu’écoutaient tes parents comme musique quand tu étais petit ?

Declan McKenna : Plein de trucs. Ça va de la pop très années 80 à Simon and Garfunkel en passant par les The Beatles et Wishbone Ash. Bref, plein de choses différentes.

Comment as-tu appris à jouer de la musique ?

Declan McKenna : J’ai appris la guitare à l’école. De là, j’ai continué. J’ai toujours voulu jouer de la guitare. J’étais un grand fan de pop punk quand j’étais gosse. Je pense que c’est ça qui m’a donné envie de devenir guitariste.

Quelle est l’histoire de Paracetamol ? Comment as-tu rencontré Tom Vek ?

Declan McKenna : Paracetamol évoque les médias et l’oppression. Paracetamol évoque surtout le transgendérisme. C’est quelque chose de très important que les gros médias n’évoquent jamais.

Quels sont tes projets pour 2016 ? Une grande tournée française ?

Declan McKenna : J’aimerais bien. Je vais revenir en France dans quelques temps. Et je vais publier des nouvelles chansons. 2016 va être une année fantastique !

TOP 9

1) Le meilleur album de 2015 ?

Declan McKenna : Carrie and Lowell de Sufjan Stevens.

2) Ta bande originale de film préférée ?

Declan McKenna : Les bandes originales pour conduire sont les meilleures.

3) Le meilleur endroit pour voir un concert ?

Declan McKenna : The Roundhouse à Camden (Londres).

4) Le meilleur endroit pour faire un concert ?

strong>Declan McKenna : Dehors ! Peu importe l’endroit tant qu’il y a du soleil.. C’est toujours les meilleurs concerts.

5) Le producteur de tes rêves ?

Declan McKenna : Probablement Kevin Parker (Tame Impala). Cela doit être assez cool de travailler avec lui.

6) Blur ou Oasis ?

Declan McKenna : Blur.

7) Ton plaisir coupable en musique ?

Declan McKenna : The Scissor Sisters.

8) Arsenal ou Totthenham ?

Declan McKenna : Tottenham.

9) London ou Paris ?

Declan McKenna : Paris.

Stains de Declan McKenna sera publié le 4 mars 2016 via Because Music.
Declan McKenna sera en concert le 3 mars 2016 à La Boule Noire (Paris) et le 3 juin 2016 au This Is Not A Love Song (Nîmes)

Declan McKenna - Stains

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Parquet Courts @ TINALS 2016

Love is all around

Se souvenir des belles choses. C’était il n’y a pas si longtemps, c’était le début de l’été, le farniente pointait son nez.
TINALS 2016

Love is in the air

Le festival This Is Not A Love Song est désormais l’un des festivals indispensables dans l’offre estivale, il se déroulera les 3, 4 et 5 juin dans l’antre Paloma à Nîmes que vous rallierez par tous les moyens, malgré les grèves et les inondations ! SK* a posé quelques questions à Fred Jumel, l’une des…

LUH est approuvé

En 2011, les médias dans leur grande majorité nous annoncé une révolution avec l’arrivée des mancuniens de WU LYF. La montagne accoucha d’une souris et Liam Gallagher coucha ces jeunes « NuitDebout » de Manchester.

La logique Palehound

Après avoir publié l’EP Bent Nail en 2013, Ellen Kempner et ses Palehound ont sorti Dry Food en juillet 2015. Uniquement aux États-Unis… Ce qui est tout à fait logique pour des gens de Boston. Les chroniques ont été dithyrambiques et les tournées magnifiques. L’Europe est restée complétement hermétique à ce groupe. Ce qui est…

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…