Alice in Chains, Black gives way blue

Alice in Chains, Black gives way blue
Louis - 19/10/2009

Alice in Chains, Black gives way blue - Chronique CD
Alice in Chains sort un disque en 2009. Bien. Mais un problème de taille surgit de suite et tient en quelques mots: la mort de Layne Staley. Inévitable.

Alice in Chains était une dyarchie : d’un coté Cantrell, guitariste assez inspiré mêlant héritage glam et hard rock, de l’autre Staley, chanteur toxique et charismatique. Continuer l’aventure en se passant de cette voix singulière a t-elle un sens?
Ce dernier n’a eu de cesse de plomber la carrière du groupe au cours des années 90 en forçant son compagnon à rester chez lui : Staley alternait entre cure de désintox’ et cure de désintox’. Malgré cela, le groupe a réussi à décrocher la timballe dans les charts U.S. à chaque sortie au cours des années 90.

Autre problème de taille pour Cantrell, qui avait accouché dans la douleur d’albums solos relativement médiocres ces dernières années: les deux dernières livraisons du groupe étaient et sont toujours tout simplement prodigieuses. Et notamment le fameux M.T.V. Unplugged. Staley était sorti de sa forêt de seringues pour une soirée au coin du feu monumentale. Chant du cygne, cette prestation avait montré toute la force des compositions du groupe, débarrassées pour une fois de la pluie habituelle de décibels. Sans compter sur le nouveau chanteur, qui ne fait guère l’affaire. Mais c’est un autre débat.

Bref, une sacrée prise de tête ce disque. Et ce disque, qu’en est il?

Pas con, Cantrell reprend la formule qui a fait le succès de son groupe dès le départ. Riffs poisseux et envoutants portés par la section rythmique malsaine (Kinney et ses cymbales sonnent comme au bon vieux temps), le compte pourrait y être. Cantrell et ses sbires paraissent drôlement essoufflés en si peu de temps. Refrain évident et pathétique sur Check my Brain, mélodie rapiécée et pénible sur le premier titre : évidemment il manque quelque chose. Il ne faut pas aller chercher bien loin. Qui a dit Staley ? Evidemment. Si ce dernier rentrait assez peu dans le processus d’écriture des musiques du groupe, Cantrell lui taillait un costume à chaque chanson. Chanson que seul Staley pouvait chanter.
Si le problème se pose tout au long des 11 chansons de l’album, Cantrell arrive à contourner le problème pendant quelques minutes.
Your Decision et ses premières notes nous replongent dans l’univers cradingue de Jar Of Flies. Premier intermède accoustique, Cantrell arrive à faire vibrer ses orphelins comme jamais. Et ce n’est qu’un début. Mais l’album rechute dans l’auto-parodie, la caricature ou la blague de mauvais goût (au choix) quand le groupe veut jouer les gros bras. Chaque morceau un peu bruyant singe AIC première mouture. A looking in view est une pâle imitation des morceaux dès débuts du groupe : ces riffs dégoulinants et cette batterie tout droit venue de l’au delà. Pour le moment, c’est Staley qui a cassé sa pipe. Et la machine tourne à vide.

Par contre le capitaine Cantrell assure et rassure quand il débranche les micros. Le dernier morceau du groupe lors de la prestation pour la grande lessiveuse M.T.V. était Killer is me, uniquement chanté par Cantrell. Prémonitoire. Cantrell fouille le fantôme de Staley avec ses riffs imposants et paraît ridicule. Par contre, une fois qu’il reprend les choses sous l’angle de ce titre vieux de 13 ans, il assure le chevelu. When the sun rose again est assez touchant et bien ficelé.

Mais il temps d’arriver au seul morceau qui justifie l’achat de cet album: Black Gives Way To Blue. Elton John au piano (!!!), Cantrell écrit peut être sa plus belle chanson depuis l’album éponyme. Directement visé, Staley. Et ce dernier, malgré son absence, n’a jamais été aussi présent sur cet album. Et c’est évidemment le meilleur morceau de Black gives way blue. CQFD.

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.