Catégories
News

Arrivée à Austin : Power to The Blind Suns

CAUTION ! SXSW WARM UP ! CAUTION !

Les The Blind Suns sont enfin arrivés à Austin.
Visiblement la capitale texane mérite bien sa réputation de ville la plus cool du monde.
Nos Angevins préférés font des rencontres et se chauffent au sens propre comme au sens figuré pour leurs futures prestations. Le jeans Skinny et la chemise en Lycra sont visiblement à proscrire lors d’un séjour au Texas.

1er épisode2e épisode4e épisode

Dimanche 13 mars

On quitte Houston en début d’après-midi, la température a augmenté, le thermomètre affiche la valeur symbolique de 100° (Fahrenheit hein ! Soit environ 35 de chez nous), on n’était pas préparés, avec nos slims noirs et chemises à manche longues c’est l’enfer.

 

Arrivés à Austin, on se gare sur Holly Street, une des rues gratuites les plus proches du centre ; car même si le SXSW Music n’a pas encore commencé c’est déjà la cohue et une bonne partie des rues du centre est bloquée.

Après avoir traversé à pied la Rainey Street, un quartier excentré du centre mais très dynamique avec pleins de bars et clubs (dont Javelina Bar et The Blackheart dans lesquels on jouera), on entre dans le Austin Convention Center, quartier général du SXSW pour récupérer nos bracelets artistes, here we goooooo, c’est le début de la semaine folle !

Petit arrêt dans un food-truck pour quelques tacos de plus, puis on fait le tour des différents lieux où on jouera, en particulier notre showcase officiel sur la 6th street, le club est vraiment chouette, on a hâte. Retour chez Samantha, notre bookeuse à Austin, qui a le courage de nous supporter toute la semaine.

On profite de son jardin et on rencontre Pete son voisin, qui organise un mini-festival chez eux, le dernier jour du SXSW, on y jouera un petit set avec au programme : musique, barbecue et bar, on ne savait pas … les bonnes nouvelles s’enchainent !

The Blind Suns – Golden Years

On rencontre aussi des musiciens qui arrivent tout juste d’Angleterre, qui dorment chez Pete, ils répètent dans la maison, on jette une oreille, ça a l’air d’être du bon gros son.

Lundi 14 mars

C’est le jour J, début des hostilités à Austin, on commence par retourner au magasin de musique où nous avions loué les guitares pour les échanger, on en teste plusieurs, et on trouve finalement deux guitares qui tiennent un peu mieux l’accord même en maltraitant le tremolo. What a relief !!!

Pendant notre concert à Houston, Obama était à Austin pour un meeting à l’occasion du SXSW, il paraît qu’il a mangé dans un petit restau juste à côté de chez Sam, spécialisé dans les petits déjeuner américains (comprendre pour l’équivalence : repas de fête français). On teste, c’est top !!!

A noter que la nourriture est un poil plus chère qu’en France, surtout que le prix affiché ne comprend pas les 8% de taxes et le traditionnel pourboire à laisser à chaque commande (15% du prix c’est le montant classique à laisser nous a-t-on dit).

Début d’après-midi on va dans le fameux magasin Austin Vintage Guitars, où l’on trouve les plus belles grattes vintage possible. Dorlota craque dur une Danelectro Vintage pailletée, qui sonne super bien, elle va jouer dessus ce soir !

Stéphane notre technicien son arrive à l’aéroport à 19h15, le show est à 21h00, le timing est serré mais heureusement son avion n’a pas de retard, on le récupère à temps.

La plupart des concerts que nous faisons pendant le SXSW sont non-officiels, ça signifie pas d’accès aux parking du centre pour ceux-ci, on doit donc se garer sur Holly street à nouveau, puis porter nos amplis avec un diable et les guitares sur le dos, jusqu’au Javelina, club de notre premier concert. On a l’air de déménageurs bretons mais là bas ça ne choque personne, tous les groupes font ça.

On arrive à Javelina, on prend une lone star et on attend la fin du set de The Continuum, un groupe plutôt bon, mais on accroche pas plus que ça.

Ils finissent leur set c’est à nous – Ah oui détail important : pas de balances ou soundcheck pendant le SXSW, c’est un line-check, ce qui signifie une quizaine de minutes pour brancher le matériel, vérifier que tout fonctionne et GO – heureusement que Stéphane est là, dans n’importe quelles conditions, il arrive toujours à faire un super son !

Le club n’est pas plein, on ne s’entend pas très bien sur scène mais on reçoit un super accueil, la bookeuse du lieu est très contente, Samantha aussi, et on reçoit plein de compliments du public présent. On nous félicite pour notre attitude sur scène alors que franchement sur cette première à Austin avec le nouveau matos de location et le line-check on avait un peu les fesses serrées.

Bref un bon échauffement !

Mardi 15 Mars

Aujourd’hui on joue au SurlyFest, un super événement organisé par le groupe local Surly Gates qui commence à avoir une petite notoriété à Austin, ils ont l’habitude de jouer régulièrement au Stay Gold, ils ont donc évidemment choisi ce club pour le concert.

Pour la petite histoire Samantha leur avait donné notre premier album en Cd, depuis ils l’écoutent tous les jours, et ce n’est apparemment pas une blague.
On passe à 18h00, du coup on profite du début d’après-midi pour faire un peu de shopping sur South Congress Avenue, on aimerait bien ramener des Bottes et Stetsons mais les prix sont exhorbitants, Dorota a aussi rendez-vous avec Diamond, la copine de Jonathan Terrell (cf. partie 2), qui est coiffeuse et va lui faire une petite coupe gratuite. Elle arrive au salon et tombe sur la cliente précédente, c’est Margo Price, une artiste signée sur Third Man Records, le label de Jack White, qui va à un shooting pour Rolling Stones… Normal !!! On est aux US.

Margo Price – Hurtin'(On The Bottle)

On arrive au Stay Gold, The Advocados jouent, ce groupe est génial, de la bonne surf music comme on adore.

C’est à nous, encore un line-check mais le technicien du lieu « Luke » est super cool et bon, avec Stéphane ils gèrent toute l’installation très rapidement, on est beaucoup plus confort, tout est super, notre set se passe bien, même si on aurait aimé jouer un peu plus longtemps. On rencontre plein de monde, on vend des vinyles, on nous a dit que le prix standard était de 20$, on trouve ça un peu cher car on les vend plutôt 15 euros en France, mais ça ne choque personne, un mec nous file carrément 50$ pour un vinyle, la différence c’est le pourboire nous dit-il…

On voit un tas de trucs cool après ça : Jonas Wilson, Prom Queen et les Surly Gates qui finissent leur set par un morceau complètement démentiel, une espère de montée en puissance interminable, chapeau !

Surly Gates – On The Beach

Quelques verres et hamburgers, et on se rentre, on découvre notre boite mail un peu laissée à l’abandon : on a pas mal de demandes d’interviews et de messages, on essaie de répondre à tout avant de dormir, on a déjà hâte de remonter sur scène !

1er épisode2e épisode4e épisode

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Blind Suns : retour d’expérience texan

Les The Blind Suns sont de retour en France après avoir foulé le sol américain et joué au festival SXSW. Avant que ces boulimiques de travail repartent sur la route, on a attrapé au vol Romain Lejeune pour évoquer avec lui son séjour au Texas.
The Blind Suns : Live at SXSW

The Blind Suns : Live at SXSW

Les The Blind Suns sont arrivés à Austin. Ces stakhanovistes vont enquiller une multitude de concerts en quelques jours pour tenter de faire la différence. A Austin, c’est marche ou crève. La concurrence y est dure et il faut savoir faire la différence. Mission remplie visiblement ! Austin, as weird as beautiful, comme dit le…
The Blind Suns

The Blind Suns : American Waves

Les Blind Suns réalisent leur rêve américain. Après avoir réédité Baltic Waves, le groupe angevin a pris l’avion pour défendre sa dream pop au pays des cow boys. SK* vous propose donc de suivre les pérégrinations de ce trio via leur journal de bord.

Plus dans News

Spain

Love in Spain

Josh croit encore en l’amour, il en faut. Love in vain, in pain, in Spain. Ce nouveau titre est dédié à la mémoire de ses grands parents George et Trudy David.
Lachinos - America Lachina

Les Lachinos se lâchent !

On pourrait croire que les Lachinos rendent hommage à notre grognon national, notre Jean Pierre, notre ami Bacri avec ces deux titres enlevés, Fêtes de Mes Morts et Cáncer del Colon lui qui avait le sens de la fête et que le crabe nous a ravi.
Nino

Oh Nino !

Nino nous manque car on partage son blues des rues désertes et ses questions existentielles.
Piers ©Julien Mignot

S’en sortir

La beauté a un nom est c’est Piers Faccini. Fall or to be reborn nous questionne t-il. On cherche tous un peu cette porte de sortie pour éviter la routine, les emmerdes, les échecs.
Crimi - Julien Lesuisse Marion Bornaz

La chaleur Crimi !

On aurait dû voir Julien Lesuisse avec son nouveau projet Crimi à Jazz à Vienne ou aux Trans Musicales de Rennes. On attend donc en mars sur le label Airfono un premier album Luci e guai avec ses acolytes Cyril Moulas (guitare), Brice Berrerd (basse) et Bruno Duval (batterie).
Didier Super - Rire Une Dernière Fois Avant La Fin Du Monde

Didier vous souhaite une bonne année

On devait passer un Super moment avec Didier au théâtre Comédie Odéon à Lyon car il est bien plus marrant que tous ces comiques de merde et puis la peste cholérique s’est abattue sur la France sans chars et ligne Maginot.
Gaz Newton

Ca Gaz en ville !

Gaz Newton sort son nouvel album LoveHeroin le 12 mars en digital et vinyl chez My Dear Recordings et nous offre une balade en ville.