The Blind Suns : Live at SXSW

The Blind Suns : Live at SXSW
Louis - 23/03/2016

Les The Blind Suns sont arrivés à Austin. Ces stakhanovistes vont enquiller une multitude de concerts en quelques jours pour tenter de faire la différence. A Austin, c’est marche ou crève. La concurrence y est dure et il faut savoir faire la différence.
Mission remplie visiblement !
Austin, as weird as beautiful, comme dit le voyageur…

1er épisode2e épisode3e épisode

[divider]Mercredi 16 mars 2016[/divider]

Déjà notre 4ème show sur le sol texan, aujourd’hui on se prépare pour un premier concert sur la rue centrale d’Austin, la « dirty sixth » comme l’appellent les américains : pendant le SXSW c’est la fiesta générale, où se retrouvent festivaliers, groupes, professionnels mais aussi étudiants alcoolisés…
On joue tôt, 3.30 pm, on arrive dans le bar en question – The Big Bang – une heure en avance, pour voir le groupe d’avant, c’est très moyen, le son est horrible et il y a exactement 3 personnes dont l’ingé son et les 2 serveuses du bar devant eux, on se dit que notre concert va se résumer à une répète de luxe au Texas.

On monte sur scène, le matos est rudimentaire, les amplis sont minuscules, on commence notre concert comme d’habitude. Mais il n’y a personne dans le bar, tant pis, on se marre bien sur scène, puis de chanson en chanson le bar se remplit et on finit avec une trentaine de personnes devant nous, ce qui semble être un record pour ce bar. On sort de scène, on vend à peut près autant de Cds que de personnes dans la salle, et le technicien nous dit qu’on est le meilleur groupe qu’il ait vu pour le moment, comme quoi il ne faut jamais se fier aux apparences, une date bien sympa !

On se balade un petit peu et on arrive devant un club : le Scoot Inn, Romain aperçoit Alex Maas des Black Angels, ils discutent d’Eagles Gift, l’autre groupe de Romain, on lui donne les actus des The Blind Suns. Il ne pourra pas nous voir pendant le SXSW mais il sera là au Lévitation.

The Black Angels – Entrance Song

Fin de soirée dans le centre, on shoote quelques images sur la 6ème rue pour le prochain clip, et on tombe sur Scarecrow, le groupe toulousain qu’on avait croisé à Austin, fun !

On a piétiné toute la journée, on rentre assez tôt, on a comme une intuition que demain sera une longue journée.

[divider]Jeudi 17 mars 2016[/divider]

Le rythme s’accélère un peu, 2 concerts today dont le premier à midi à nouveau au Stay Gold à l’initiative du webzine Sound Dessert, qui a acquis en à peine 3 ans une super notoriété sur Austin.

On arrive au dernier moment car nos réglages de balance sont prêts, il est tôt, mais il y a déjà un peu de monde, on fait un chouette set, on rencontre Ash Gray, le voisin de Sam qui nous héberge. C’est un chanteur guitariste de Country et de Rock originaire d’Austin mais qui vit actuellement à Sheffield en Angleterre, il est accompagné de Cortney Dixon, chanteuse guitariste de Newcastle.

Ash Gray – My Favorite Gun

Ils ont adoré le concert et on discute un peu en terrasse après notre set, Ash aimerait bien venir en France, on lui parle de Wild Valley, des échanges entre Austin et Angers, mais on remet la discussion à plus tard, on doit se mettre en route pour le prochain concert à l’Hotel Vegas dans le cadre de la journée présentée par le label Reverberation Appreciation Society et le festival Levitation Austin (Austin Psych Fest).

On a trop trainé au Stay Gold, on est en retard, ça bouchonne et aucune place de parking gratuit à l’horizon, on tombe sur des mexicains un peu douteux qui font payer 20$ la place de parking devant leur restaurant, on a pas le choix, on paie et on essaie de négocier une réduction contre un Cd. Rien à faire…

On arrive à l’Hotel Vegas, Methyl Ethyl est en train de jouer, le son est superbe, le chanteur/guitariste est excellent, première petite claque du SXSW. Ensuite on voit The Blind Owls, c’est fun, les mecs sont à fond, sautent dans tous les sens, et jouent super bien, c’est un peu indigeste à la longue, l’Hotel Vegas se vide un peu.

A notre tour de jouer, on s’installe rapidement, le son sur scène est vraiment mauvais, mais il faut y aller, c’est le jeu pendant le SXSW, trop peu de temps pour s’installer, et peu importe les soucis techniques il faut respecter le timing.

On commence devant une salle à moitié vide, le son est toujours très mauvais sur scène mais personne ne fait la moue dans le public, au contraire après 3 morceaux, le club est complètement blindé, à la fin du set le public est à fond. Étrange. Stéphane notre technicien son vient nous voir dès notre sortie de scène avec la banane, le son était apparemment excellent devant la scène, et c’est pour lui un de nos meilleurs concerts.

C’est confirmé par les retours du public, on reçoit une tonne de félicitations, et les discussions fusent dans la salle du genre : « where these guys are from ? I’ve never seen them before » « I don’t know but they are soooo RAAAD ». Il faut savoir qu’une bonne majorité du public de cet événement sont des musiciens locaux, gravitant autour la scène psychédélique d’Austin. On est ravis, c’est vraiment un des concerts qui nous tenait le plus à cœur de réussir, sachant que nous revenons en Mai pour le festival Lévitation.

On traine un peu et on continue de se faire accoster et féliciter. Est-ce la politesse un peu forcée américaine, ou est-ce vrai ? Difficile à savoir.

Mais un peu plus tard c’est carrément John Dwyer de Thee Oh Sees, qui vient féliciter Romain pour son jeu de guitare, on en revient pas.

Quelques minutes après, un organisateur de festival au Kansas, vient prendre nos coordonnées, il est intéressé pour nous booker sur plusieurs festivals chez lui, c’est décidément une belle journée !!!

On en profite pour aller en soirée voir The Kills qui donnent un concert privé près du centre. Avec nos pass artistes on arrive à se glisser jusqu’au tout premier rang. Juste avant leur set c’est Bloc Party qui tente de mettre l’ambiance, malheureusement à part leurs deux tubes, on ne trouve pas ça très convaincant.

The Kills arrivent, énorme set, énorme son, énorme charisme, on est toujours aussi fans. Après le concert on a croisé leur tour-manageuse avec qui on a rapidement discuté et on lui a donné un vinyle The Blind Suns à leur transmettre, en espérant qu’ils y jettent une oreille, qui sait, peut-être qu’ils cherchent une première partie pour leur prochaine tournée française ?!?!

The Kills – Doing It To Death

On rencontre deux blogueuses après le concert, on les invite à nos prochains shows. Retour à la maison.

[divider]Vendredi 18 mars 2016[/divider]

C’est le jour qu’on avait attendu depuis plusieurs mois, le jour de notre showcase officiel et par la même occasion le jour le plus chargé du voyage : trois concerts en une journée.

Premier concert : On commence par The Black Heart à 15h00 en première partie de notre ami Jonathan Terrell que nous avons signé sur notre label. Il vient de s’acheter une veste à frange il est sur son 31. Il ne nous a jamais vu jouer, le cadre est superbe, c’est un petit patio derrière le bar, très bien équipé et décoré. Une cinquantaine de personnes sont là pour nous applaudir, on a encore une fois plein de compliments, et un bookeur de Londres vient nous accoster, le projet l’intéresse, on lui laisse cartes et cds, ça devient une habitude, on essaie de noter tous les contacts sur un carnet pour ne pas s’y perdre.

Deuxième concert : Une accolade à Jonathan et on file au Stay Gold, une nouvelle fois, pour un concert à 18h15 organisé par le label Nine Miles Records, on passe en dernier sur la partie non officielle de la soirée, les concerts officiels du SXSW commencent là bas à 19h00 (ce qui veut dire entrée payante et programmation par le SXSW official). Du coup il y a déjà du monde pour la soirée d’après et le public restant de la journée.
C’est donc plutôt bien rempli, encore une fois notre set passe bien, et on rencontre l’agent du premier groupe de la soirée officielle déjà arrivé, il est assez bluffé, il est basé à Minneapolis et travaille principalement avec des groupes anglais et américains, mais semble très branché par The Blind Suns, on échange à nouveau nos coordonnées, il nous propose de nous trouver quelques dates sur une prochaine tournée US aux alentours de Minneapolis.

Notre voisin et nouvel ami Ash Gray est revenu nous voir, il a ramené un ami à lui, Craig Kierce, singer songwriter de Brooklyn. Craig est adorable, il nous propose de nous trouver des concerts sur New York, de nous héberger et de nous prêter son matériel.

Troisième concert – SXSW Official
Encore une fois on traine trop et on se fait surprendre par le temps, il est 20h30, une averse sortie de nulle part nous tombe dessus, on est en retard et c’est notre showcase officiel. De plus il faut apporter tout notre backline car rien n’est fourni sur cette date.

On se gare sur Holly street, on met une bâche sur les amplis et c’est parti pour 15 minutes de course sous la flotte, avec l’ensemble du matériel, et deux concerts dans les pattes.

On est fatigués, trempés, stressés par le temps. On arrive juste à temps au BD Riley’s sur la 6th street pour nos balances, le technicien d’accueil n’est pas bon, Stéphane prend les commandes, on monte sur scène et on envoie l’énergie qu’il nous reste. Il y a apparemment un problème de retours, ils ne fonctionnent pas. En France, comme beaucoup d’autres groupes, on aurait passé un mauvais concert et on se serait focalisé là dessus, mais ce soir, on se sent pousser des ailes, on joue au SXSW official, c’est notre 9ème date au TEXAS baby !!! Du coup on en profite à fond, on prend énormément de plaisir et on envoie une super set.

Notre dernier morceau ce soir, c’est American Psycho, un comble/paradoxe pour la fin proche de cette superbe première tournée US. Après le rituel de hugs et échanges de cartes, on pousse tranquillement nos amplis jusqu’à la voiture au milieu de la foule saoule de la 6th Street sous l’air rafraichi par l’averse passée.

[divider]Samedi 19 mars 2016[/divider]

Aujourd’hui on profite !!! On joue au Pete Fest, festival organisé dans le jardin commun de Samantha notre bookeuse et Pete Gray, frère de notre nouvel ami Ash Gray.

On aide aux préparatifs, et le festival commence à midi, Courtney Dixon, la jeune anglaise nous dévoile une superbe voix à la Cindy Lauper et un style vestimentaire très british excentrique, mais à Austin, nobody cares, chacun porte ce qu’il veut et c’est vraiment appréciable de sentir cet état d’esprit libéré et tolérant.

Après plusieurs autres groupes, c’est Craig Kierce avec qui nous avons aussi sympathisé qui monte sur scène, ses chansons sont superbes, touchantes et puissantes, avec une voix à la Jack Black, aussi douce que sauvage. On aimerait beaucoup le signer sur Wild Valley et le faire venir en France, il fait déjà beaucoup de tournées européennes, à voir !

Ensuite c’est notre ami Ash Gray qui monte sur scène dans différentes formules, du Rock Rolling Stones à la country bien texane. Il a un charisme fou ce type, et une forte ressemblance avec Jack White, c’est troublant, il est gaucher et joue diablement bien de la guitare. On parle aussi de le ramener en France. Un plateau avec lui et Craig serait magnifique.

On passe ensuite, c’est hyper fun, les gens dansent sur Shakin All Over , on est à nouveau la coqueluche de la soirée, notre musique plait définitivement aux américains, est-ce notre côté exotique frenchy, l’originalité de la formule, les chansons ?

En tout cas, on a le sentiment de ressentir encore plus d’intérêt de la part du public ici qu’en France, un texan nous dit que les paroles de nos compos l’ont beaucoup touché, c’est peut être une partie de la réponse, difficile de passer autant d’émotions quand il y a la barrière de la langue dans les morceaux.

Quelques bières plus tard on se met à rêver de déménager ici, mais finalement non, on se sent quand même bien en France, et on commence doucement à ressentir le mal du Pays, ça fait 10 jours déjà.

[divider]Dimanche 20 mars 2016[/divider]

Dernière journée sur Austin, on décide de faire un tour des magasins d’occasion, les fameux « Pawn Shops ». Ash et Craig veulent venir avec nous, Cortney et un autre ami New Yorkais – Rue nous rejoignent. On passe l’après-midi tous ensemble, c’est du délire, entre les frenchies, les 2 new-yorkais, l’anglaise presque écossaise et le texan expatrié en angleterre, c’est une équipe improbable, mais qu’est-ce que c’est bon, la musique brise toutes les frontières d’une façon tellement évidente.

Romain achète une veste, Dorota un chapeau texan, Jerem et Stéphane des bricoles.

Et comme à chaque journée sa surprise, on va manger au Threadgills restaurant où Janis Joplin a fait son premier concert invitée par le gérant sur un open mic. On apprend ensuite que Rue donne un concert dans un vieux bar bien rustique en début de soirée, on y va, Rue joue quelques chansons, il n’y a pas grand monde mais le patron est là, Rue nous présente de son micro, le patron dit nous payer toute la tournée si chacun de nous joue un morceau, défi relevé, et voilà comment finir ce voyage de la plus jolie des manières :

Cortney nous joue une superbe ballade avec sa voix douce et haut perchée, Craig nous fait un morceau sublime avec des cassures de tempo impressionnantes, il sonne en solo comme un groupe complet. C’est au tour d’Ash Gray, malheureusement il est gaucher et la guitare de Rue est en droitier, mais ça ne lui fait pas peur, il prend la gratte, la retourne et joue un vieux morceau de country : magnifique. C’est à nous, on fait Shakin All Over version acoustique, c’est le plus beau moment de notre voyage : on est dans un vieux bar bien typique à l’écart de tout le bruit du SXSW et des centaines de milliers de touristes venus pour l’occasion, en compagnie de nos nouveaux amis zicos pour partager quelques morceaux tous ensemble en jouant les uns pour les autres.

On finit de jouer, le patron nous ramène une tournée de Lone Star et offre le tee shirt du bar à Romain. On est tous là autour de la table à avoir probablement passé un des plus beaux moments de l’année. Merci Austin.

1er épisode2e épisode3e épisode

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Réponses
  1. I saw one of your sets at Stay Gold and it was fantastic. Thanks for visiting SXSW and I hope to see you all again at Levitation Fest here in Austin in a couple of months. Cheers!

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “News

The Franklin Electric © William Arcand

[EXCLU] Amour toujours !

On avait découvert les Montréalais de The Franklin Electric au début de l’été avec Made It Up In Your Head, les revoilà avec Anything for Love en exclusivité sur SK*.

La nouvelle vie de Maria McKee

Maria McKee met fin à douze ans de silence et vient d’annoncer la sortie de La Vita Nuova chez Fire Records.

Watine & Intratextures - Dans la brume

Le pari(s) de Watine

Watine sort déjà un deuxième album en 2019, non, un voyage Dans la brume, une odyssée intime et universelle avec Phôs : A l’oblique.

My Favorite Horses

Who’s gonna ride My Favorite Horses

Tel le Scream qui prend un malin plaisir à changer de peau à chaque disque, les My Favorite Horses quittent les tréfonds de la Louisiane pour revenir en France.

Tindersticks – No Treasure But Hope

Rosir de plaisir avec Tindersticks !

On écoute les Tindersticks depuis qu’ils nous ont accroché l’œil avec une danseuse de flamenco et l’oreille avec un titre, Patchwork. Depuis, chaque disque est un enchantement qui construit une oeuvre au sens classique du terme avec entre autres, Curtains, Simple Pleasure, The Hungry Saw, The Something Rain ou The Waiting room.

Ultime Léonard Cohen

Avant de se plonger dans Thanks for the Dance, l’ultime album de Leonard Cohen réalisé par son fils (aidé notamment par Beck et Damien Rice), il faut immédiatement lire Ultime : Léonard Cohen interviews et conversations des belles éditions Nova en partenariat avec Les Inrocks.

Tous les chemins mènent à 16 Horsepower

Le label Glitterhouse s’apprête à sortir un élégant coffret des 16 Horsepower qui comprendra les versions remasterisées de Secret South, Folklore et de Live March 2001.

Arlt - Soleil enculé

Arlt arrive à temps !

Et si on tenait le titre de l’année ? Alors évidemment, cela ne passera ni sur rance-inter ou ne satisfera les esgourdes de Valérie. Mais pourtant que cela lâcher prise est jouissif comme l’ensemble de Soleil enculé le nouvel album dingo d’Arlt.

Destroyer

Destroyer ne coule pas

Inspiré par Björk, Air et Massive Attack, Dan Bejar aka Destroyer sera de retour au mois de janvier 2020 avec un nouvel album.

Emily Fairlight

Monochrome Emily Fairlight

La Nouvelle-Zélande nous aura envoyé que des bonnes nouvelles cette semaine. Après le retour surprise des Dead Famous People chez Fire Records, c’est à la splendide Emily Fairlight de faire parler d’elle avec le clip de Lips Lasso.

Magenta

Fauve change de ton !

Les haters fourbissent déjà leurs armes, une partie de Fauve revient sous le nom de Magenta et un titre clipé, Assez avec Vincent Rottiers, Sigrid Bouaziz et Augustine Szechenyi-Bensoussan.

Divin Ben Lee

Ben Lee avait enchanté l’année 97 avec son Something To Remember Me By (publié chez Grand Royal, la maison mère des Beastie Boys). Il a, depuis, publié une dizaine de disques et on avait perdu de vue ce proche d’Evan Dando (The Lemonheads). Il est de retour avec un disque de reprises fort convaincant.

Emily Jane White

Emily Jane White : le royaume de feu

Emily Jane White repousse les limites de la beauté et a de quoi faire passer les Slowdive pour un groupe de death metal hongrois avec Immanent Fire, son nouvel album.

La belle âme de Michael Stipe

Michael Stipe est enfin de retour après huit ans de silence. L’ex R.E.M. revient avec un disque solo et un livre de photographies.

Bon lundi avec les Happy Mondays !

En 2000, Liam Gallagher triomphait à Wembley avec Oasis et dédicaçait Cigarettes and Alcohol aux Happy Mondays (qui avaient assuré la première partie avec Doves). En 2000, tous les groupes avaient pris un coup de vieux. Oasis venait de voir disparaître son heure de gloire… Quant aux Mondays, le succès était pour eux qu’un lointain…

Beau comme Laura Clauzel

Laura Clauzel fait de nouveau équipe avec Mathieu Mullier-Griffiths pour le clip d’Echo.

J.E. Sunde

Dans la rue de J.E. Sunde

L’ex The Daredevil Christopher Wright revient nous voir avec le clip de Hickory point in the fall.

Le monde merveilleux de Pictish Trail

Johnny Lynch AKA Pictish Trail a tout bon en cette fin d’année. En plus d’ouvrir pour Steve Mason sur une poignée de dates anglaises, Lynch annonce son retour dans les bacs avec un nouvel album. Et nous gratifie d’un nouveau single, le très bon Slow Memories.