The Virgins, qui étaient passés en mars dernier à l’Elysée Montmartre, reviennent en France défendre les couleurs de leur LP éponyme ; cette fois-ci c’était au Bataclan. La première partie était assurée par The So So Glos, des New-Yorkais aussi, un poil plus punk.


Une musique country se fait entendre et The Virgins arrivent. Il semblerait que la constitution du groupe ait changé : ils sont cinq sur scène. Les trois new-yorkais sont accompagnés par un guitariste lead, Paul Bassallo, et un batteur, Kevin Rice, qui a remplacé Erik Ratensperger. Ils démarrent sur les chapeaux de roue avec l’énergique « She’s expensive« . Tout le monde reconnaît « Hey Hey Girl » dès l’intro : ce n’est que le début du concert et la fosse est déjà en train de sauter. Il faut dire qu’il est difficile de résister à ces riffs accrocheurs comme celui de « Teen Lovers« .

Après quelques chansons, Donald Cumming se renverse une bouteille d’eau dessus, il faut dire qu’il s’agite : il n’a pas les deux pieds qui touchent le sol en même temps – un vrai sportif. Pour « Fernando Pando« , Donald attrape une guitare et chante l’intro sur quelques accords, presque a cappella : c’est là qu’un doute se confirme, il n’a pas de voix. Heureusement que son jeu de scène est digne d’un frontman; cependant, il semblerait qu’il tente de s’empêcher de poser la main sur sa hanche – on a du lui faire des remarques. Les autres musiciens reviennent, mais le public a l’air perturbé par le rythme de la chanson, un changement radical par rapport au début du concert des plus dynamiques.

Pour relancer l’ambiance, ils enchaînent avec leurs deux singles. On entend presque plus le chanteur, ça doit être à force de se balader pied nu sur scène en t-shirt mouillé pendant tout le concert – il a du attraper froid. Ce détail ne semble pas déranger la fosse qui saute de plus belle. Sur « Rich Girls« , Nick Zarin-Ackerman fait groover sa belle basse bleue et Paul Vassollo part en live ; sur « Private affair« , c’est au tour du batteur de faire un de ses solos, pendant que Wade Oates, qui se cache derrière ses longs cheveux et des énormes lunettes de soleil qui lui bouffent le visage depuis le début du concert, fait vibrer sa guitare.

Ils finissent le set sur « One Week of Danger« , Donald veut quitter la scène avant les autres, et se trompe de côté. La salle est toujours comme montée sur ressors, le manque de slam étant sûrement dû à la flagrante majorité de filles. The Virgins choisissent « Love is colder than death » pour le rappel. Puis Donald reprend une version country  de « When will I be loved » des Everly Brothers en duo avec Paul à la guitare acoustique. Le chanteur d’empare ensuite d’une guitare électrique pour se lancer en solo et reprendre « A song for you » – de Willie Nelson ; mais certains dans le public s’impatientent.

Le final, pour lequel The Virgins interprètent « Devil’s Inside » de INXS, aurait pu être grandiose si la référence n’était pas si old school pour un public d’une moyenne d’âge de 15 ans. Les lumières se rallument, des cris de minette se font entendre : elles s’arrachent une serviette qu’un roadie, qui nettoie la scène désertée, a balancée dans la fosse.

Date: 26 octobre 2009

Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Photos Solidays 2009, 27 juin 2009

Solidays 2009 : live report du samedi 27 juin

Tout le monde est venu en ce samedi ensoleillé : pas un cm² libre sur l’hippodrome de Longchamp ! Le corollaire de la foule, c’est qu’il faut jouer des coudes si on veut boire une bière, manger une glace, ou d’ailleurs assister à un concert.

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]