Ultra moderne solitude

Desire - II
La genèse du groupe Desire parait presque trop belle pour être crue mais il faudra bien se contenter de cette version puisque c’est la seule disponible et elle est sans doute véridique.

Desire : II

Echoués dans une boîte de nuit à Montréal, le groupe Glass Candy assiste à une représentation de la chanteuse québécoise Megan Louise interprétant des œuvres de Jean-Pierre Massiera (obscur producteur français culte et kitsch des années 70). Subjugué par sa voix et sa présence, Johnny Jewel lui propose de la suivre à Portland afin de poser son timbre sur des compositions qui n’attendaient plus qu’un chanteur ou une chanteuse en l’occurrence.

C’est ainsi qu’est né le nouvel objet du désir du label Italians Do It Better, pochette cheap en vieux papier, production approximative. C’est bien ce qui fait tout le charme de ce label à l’ère des sorties ultra calibrées et réfléchies par des marketteurs dans leurs bureaux aseptisés. La musique, elle, reste fidèle au label et on est dans la droite lignée des groupes Chromatics et Glass Candy, c’est-à-dire sous forte inspiration d’une certaine idée de la new-wave imprégnée d’électro-funk vintage. La mélancolie est elle aussi très présente sur cette album avec les morceaux « Montre moi ton visage » ou « Colorless Sky » par exemple sous forte influence Blondie et toute la vague arty de la fin des années 80 à New-York.

A noter que, dû sans doute à un problème de droits, le titre « Oxygne » figure bien sur la pochette mais pas sur le disque.

Si la pop vénéneuse de Desire vous séduit, ils seront à Paris au Social Club le 23 octobre en compagnie de Glass Candy et Mike Simonetti le fondateur du label.

https://www.soul-kitchen.fr/wp/wp-content/uploads/2009/10/desire-mirror-mirror.mp3

Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.