Catégories
Concerts (live reports)

Les très très bons BadBadNotGood au Trabendo

Bon, bon, bon, en voilà une bonne nouvelle. Les canadiens déjantés de BadBadNotGood reviennent avec un album qui va sortir le 8 juillet prochain, et qui s’appellera IV, suite logique de III, du fait que ce soit leur quatrième opus (sans compter Sour Soul, leur collab’ hiphop avec Ghostface Killah).

Petit retour sur leur perf’ d’hier au Le Trabendo où ils nous en ont balancé quelques extraits.
L’attente se fait longue dans la chaleur du Trabendo, mais lorsqu’ils arrivent, ils sont tellement incroyables qu’on en oublie nos longues heures de patience. Tout proche de nous sur la scène, ils en prennent possession direct. Batterie, basse et clavier balancent avec une énergie incroyable, à laquelle s’ajoute un petit nouveau, le sax qu’ils nous présentent comme faisant officiellement partie du groupe. Eh ben tant mieux ça promet !

Il faut dire que le petit dernier sied parfaitement avec le reste du groupe : chemise hawaïenne verte fluo, jean retroussé et nus pieds, il souffle dans son instrument sans vergogne et en envoie à tout va. Les autres finissent très vite aussi pieds-nus, parfaitement à l’aise sur scène comme en répèt’, les mecs ne se prennent pas la tête. Ils ne veulent qu’une chose et ils nous le répètent : qu’on kiffe notre moment, notre soirée, et même notre vie en général, « dans la paix, l’amour et dans la musique. »

Le bassiste s’essaie au français, c’est mignon même si on ne comprend pas tout, et, une fois n’est pas coutume, c’est le batteur le plus communicatif du groupe. Il a beau être en nage, il nous demande constamment comment on va, si on est bien, si on profite, et essaie de nous faire participer un maximum, taper des mains sur ses ‘rythms and shots’ entraînants, hurler ou sauter lorsqu’il compte jusqu’à 3, il ne faut pas s’étonner que ça finisse en pogos tout ça !

Techniquement ils sont dingues, comme je m’y attendais. Une montée en puissance entre jazz et rock, rythmée par des solos ou des duos de folie, qui nous laissent à bout de souffle simplement en les regardant jouer. Même le public est concentré, tout le monde s’emplit de la musique qu’ils envoient. C’est à la fois puissant et lourd, et en même temps incroyablement subtil et précis.

Ils nous font plusieurs extraits de IV notamment , Speaking Gently, le titre éponyme IV, le très bon Cashmere ou encore leur featuring avec le montréalais Kaytranata, Lavender. Une ambiance jazz rock un peu plus électronique que leurs opus précédents, qu’on a hâte de s’écouter en boucle dès le 8 juillet.

L’ambiance monte crescendo, et lors du rappel, tout le monde est en transe. Trempés de sueurs les musiciens n’en peuvent plus, ils ont tout donné ! Une petite photo pour leur Facebook en souvenir de cette scène parisienne qu’ils ont visiblement beaucoup aimé, et on les laisse partir avec regrets.

De mon coté, je remonte l’allée du parc de la Villette la tête pleine de percus puissantes, en me mettant dans les oreilles le titre qui reste pour l’instant mon préféré de BBnG :

Badbadnotgood - Can't Leave The Night

BadBadNotGood - IV

Tracklist : BadBadNotGood - IV
  1. And That Too
  2. Speaking Gently
  3. Time Moves Slow
  4. Confessions Pt. II
  5. Lavender
  6. Chompy's Paradise
  7. IV
  8. Hyssop of Love
  9. Structure No. 3
  10. In Your Eyes
  11. Cashmere
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Polo and Pan @ Paris Pitchfork Festival 2017

Paris Pitchfork Festival 2017

Après ces trois jours de Pitchfork dans l’antre indie de la Grande Halle de la Villette, SK* revient sur ses coups de coeur de l’édition 2017.
Garorock 2016 (photo © Raphael Roques)

Le récap’ de la semaine #1

Vous êtes tous très occupés alors pour ne pas rater l’essentiel, voici le récap’ de la semaine musicale de Soul Kitchen. Des clips, des photos de concert et un chouette concours, les bonnes choses habituelles de votre webzine préparé avec amour (vu qu’on n’a pas de thune, on ne peut faire mieux).
TINALS 2015

Huge TINALS 2015 !

Troisième édition pour le festival This is not a love song et l’on s’écrie, Cucurrucucu en parcourant la programmation !

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…