Catégories
Découvertes

Les Dead Horse One sont bien vivants

L’excellent label Requiem Pour Un Twister muscle son jeu en cette fin d’année 2016 et publie le nouvel album des Dead Horse One.

Originaires de Valence et précédemment produits par Mark Gardener (Ride), les Dead Horse One remettent leur titre en jeu avec un album produit par John Loring des Fleeting Joys. Attention, on s’accroche.
Les Dead Horse One font dans le shoegaze pur jus et sont une sorte d’ouragan mélodique. Et ces types sont totalement suicidaires. Ils osent reprendre une chanson de Swell… Et réussissent avec brio. Swell à la sauce shoegaze. On n’y aurait jamais pensé. Rencontre avec le principal intéressé.

Comment s’est faite la rencontre avec Requiem pour un twister ?

Olivier Debard : Ils organisaient des soirées « Psychotic Reaction » à l’International. Beaucoup de groupe « psych » y jouaient à l’époque. Nous avons terminé la soirée chez eux. Très bon souvenir pour tout le monde !

Le morceau qui clôture votre nouvel album est une reprise de Swell. Comment est venu l’idée de reprendre Swell ? Il y a eu des difficultés à la mettre à la sauce « shoegaze » ?

Olivier Debard : Swell est un groupe majeur. David Freel est un des meilleurs compositeurs de sa génération. La chanson Forget About Jesus est tirée de leur troisième album 41. C’est une chanson simple, dépouillée, le texte est singulier, quasi pastoral…Typiquement Américain. En faire une reprise me semblait une bonne idée. Pour le reste nous avons enregistré une quinzaine de guitares. John s’est « amusé » avec.

Dead Horse One – Forget About Jesus

Où a été enregistré votre nouvel album ? Cela a été un enregistrement facile ?

Olivier Debard : Nous l’avons enregistré aux locaux Rock de Valence avec Laurent Val. Pour faire court, un enregistrement, c’est une succession de problèmes auquel tu dois faire face et ça peut durer longtemps..très longtemps.. Un ans dans notre cas! J’en profite pour remercier Benoit Roch du Pole Music Actuel pour son soutien.

Il y a des chansons qui ont été abandonnées en cours de route ?

Olivier Debard : Pas que je me souvienne..

Pourquoi avez-vous choisi John Loring pour la production et Dave McNair pour le mastering ?

Olivier Debard : Si tu aimes les Stones tu ne va pas leur reprocher d’être un rip off de Muddy Waters… C’est exactement la même chose pour Fleeting Joys, le groupe de John, vis à vis de My Bloody Valentine. Pour les fans de shoegaze (ils y en a pas mal) son groupe est une référence. Il suffit d’écouter le titre Lovely Crawl pour s’en convaincre.

Fleeting Joys – Lovely Crawl

Dave a travaillé avec Beck, Dylan, Springsteen..au moment du mastering nous étions littéralement lessivés John et moi, nous sortions de six mois de mixage. John cherchait des solutions pour arriver à masteriser exactement comme il l’entendait. On c’est vite rendu compte que c’est un métier…Il demanda à son ami Dave de masteriser une chanson qui lui servirait de maître étalon. Dave nous a fait tout l’album, comme ça, pour le plaisir..nous avons eu énormément de chance ce jour là.

Quelle est l’histoire de Mantis ?

Olivier Debard : C’est un titre assez expérimental… Nous avons cherché à dissoner sur certaines parties et avons enregistré un break de fin qui te met en mode « communication avec dieu ». Il y avait ce titre « Davidian » du groupe Machine Head avec son ralentissement de tempo..Je me suis dis  » c’est ça.. Faisons du Metalgaze..

Quel est ton meilleur souvenir lié à cet enregistrement ?

Olivier Debard : Le premier mix que John m’a envoyé.

Si tu devais utiliser un mot et un seul pour définir ce disque, lequel choisirais-tu ?

Olivier Debard : Pastel.

Season Of Mist de Dead Horse One sera publié le 25 novembre 2016 via le label Requiem For Un Twister.

Tracklist : Dead Horse One - Season Of Mist
  1. Insight
  2. Season Of Mist
  3. Mesmerize Me
  4. Disconnected
  5. Today
  6. Mantis
  7. Sharon
  8. It's Been A While
  9. Sons Of God
  10. Forget About Jesus

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…
Dead Horse One

Dead Horse One au galop !

SK* a pris comme résolution de vous faire économiser de l’argent cette année. Et le concert gratuit à ne pas louper se jouera le 1er février 2019 au Supersonic (Paris) avec les deux groupes chéris de ces colonnes : San Carol et Dead Horse One.
Dead Horse One

[EXCLU] Dead Horse One – Echo Street

Les Dead Horse One ne chôment pas. Après avoir publié Season of Mist (2017, Requiem Pour Un Twister) et ouvert pour Ride et le Brian Jonestown Massacre, le groupe de Valence remet le couvert et annonce un nouvel album pour 2019. Et comme les Dead Horse One sont des gens élégants, ils nous font attendre…
Dead Horse One

[EXCLU] Dead Horse One – Sharon

Dead Horse One est le groupe qui réussit là où tout le monde échoue. Après avoir fait une magnifique reprise de Swell (et Dieu sait que l’exercice est difficile), les Dead Horse One ouvrent actuellement pour Ride dans toute l’Europe. Et comme ces gens là ne savent pas s’arrêter, les voilà qu’ils publient un nouveau…

Ride again !

On n’attendait plus grand chose de Ride même si on se doutait qu’un groupe d’une telle envergure devait en avoir sous la pédale (de fuzz). On s’est souvenu alors du concert pendant le feu festival For Noise à Lausanne en Suisse en 2015 où l’on avait bien senti que cela ‘shoegazait’ à nouveau.
Dead Horse One

[Exclu] Dead Horse One – Season Of Mist

L’année 2017 sera l’année du Shoegaze ou ne sera pas ! Alors que de l’autre coté de la Manche, Ride est en studio pour publier un album que personne n’attendait, alors que les Slowdive mettent le feu dans toutes les chaumières avec un single détonnant, voilà que Dead Horse One s’apprête à rendre épileptiques tous…

Plus dans Découvertes

Mark Pickerel et ses reprises

Le nom de Mark Pickerel ne vous dit rien ? C’est tout à fait normal. Vous trouvez les trois extraits de Rebel in the Rearview formidables ? C’est normal !

Tout est ok avec iAN Ottaway

Roadie des Black Rebel Motorcycle Club, proche de Mark Lanegan, iAN Ottaway a publié un disque ravageur aussi sombre que punk. Séance de rattrapage.

Beauté dans la nuit

La paternité change un homme assurément. Elle lui fait aussi écrire de beaux textes, simples, généreux, animistes.

Les chiens sont lâchés !

Mica Levi, mais vous êtes juive ?! Ça ne fait rien, on vous garde quand même. Parce que c’est foutrement jouissif à l’heure la France vaccinée par la connerie se demande s’il va y avoir de le neige à Noël ou si lLa Fistinière va rouvrir avec gestes barrières et protection et friction hydro-alcoolique.
Vincent Eckert

Amoureux de Vincent Eckert

Vincent Eckert n’est pas, comme il le chante, sur La mauvaise pente. Avec ces onze nouvelles chansons écrites et enregistrées juste avant le confinement de mars 2020, Eckert prend le chemin de la simplicité pour nous emmener dans son univers. On y croisera ses disques préférés, sa diction douce et des effluves de chanson française.
BRAZZIER © Jérôme Sevrette

BRAZZIER s’enflamme

Il parait que demain autour de 20h vont se dessiner nos lignes futures. Celles de BRAZZIER figurent sur un album mixé et masterisé par Sébastien Lorho (Marquis de Sade, Dominique A, Octave noire) qui vient de sortir chez Binaire Ordinaire.