Les Dead Horse One sont bien vivants

L’excellent label Requiem Pour Un Twister muscle son jeu en cette fin d’année 2016 et publie le nouvel album des Dead Horse One.

Originaires de Valence et précédemment produits par Mark Gardener (Ride), les Dead Horse One remettent leur titre en jeu avec un album produit par John Loring des Fleeting Joys. Attention, on s’accroche.
Les Dead Horse One font dans le shoegaze pur jus et sont une sorte d’ouragan mélodique. Et ces types sont totalement suicidaires. Ils osent reprendre une chanson de Swell… Et réussissent avec brio. Swell à la sauce shoegaze. On n’y aurait jamais pensé. Rencontre avec le principal intéressé.

Comment s’est faite la rencontre avec Requiem pour un twister ?

Olivier Debard : Ils organisaient des soirées « Psychotic Reaction » à l’International. Beaucoup de groupe « psych » y jouaient à l’époque. Nous avons terminé la soirée chez eux. Très bon souvenir pour tout le monde !

Discographie

Le morceau qui clôture votre nouvel album est une reprise de Swell. Comment est venu l’idée de reprendre Swell ? Il y a eu des difficultés à la mettre à la sauce « shoegaze » ?

Olivier Debard : Swell est un groupe majeur. David Freel est un des meilleurs compositeurs de sa génération. La chanson Forget About Jesus est tirée de leur troisième album 41. C’est une chanson simple, dépouillée, le texte est singulier, quasi pastoral…Typiquement Américain. En faire une reprise me semblait une bonne idée. Pour le reste nous avons enregistré une quinzaine de guitares. John s’est « amusé » avec.

Dead Horse One – Forget About Jesus

Où a été enregistré votre nouvel album ? Cela a été un enregistrement facile ?

Olivier Debard : Nous l’avons enregistré aux locaux Rock de Valence avec Laurent Val. Pour faire court, un enregistrement, c’est une succession de problèmes auquel tu dois faire face et ça peut durer longtemps..très longtemps.. Un ans dans notre cas! J’en profite pour remercier Benoit Roch du Pole Music Actuel pour son soutien.

Il y a des chansons qui ont été abandonnées en cours de route ?

Olivier Debard : Pas que je me souvienne..

Pourquoi avez-vous choisi John Loring pour la production et Dave McNair pour le mastering ?

Olivier Debard : Si tu aimes les Stones tu ne va pas leur reprocher d’être un rip off de Muddy Waters… C’est exactement la même chose pour Fleeting Joys, le groupe de John, vis à vis de My Bloody Valentine. Pour les fans de shoegaze (ils y en a pas mal) son groupe est une référence. Il suffit d’écouter le titre Lovely Crawl pour s’en convaincre.

Fleeting Joys – Lovely Crawl

Dave a travaillé avec Beck, Dylan, Springsteen..au moment du mastering nous étions littéralement lessivés John et moi, nous sortions de six mois de mixage. John cherchait des solutions pour arriver à masteriser exactement comme il l’entendait. On c’est vite rendu compte que c’est un métier…Il demanda à son ami Dave de masteriser une chanson qui lui servirait de maître étalon. Dave nous a fait tout l’album, comme ça, pour le plaisir..nous avons eu énormément de chance ce jour là.

Quelle est l’histoire de Mantis ?

Olivier Debard : C’est un titre assez expérimental… Nous avons cherché à dissoner sur certaines parties et avons enregistré un break de fin qui te met en mode « communication avec dieu ». Il y avait ce titre « Davidian » du groupe Machine Head avec son ralentissement de tempo..Je me suis dis  » c’est ça.. Faisons du Metalgaze..

Quel est ton meilleur souvenir lié à cet enregistrement ?

Olivier Debard : Le premier mix que John m’a envoyé.

Si tu devais utiliser un mot et un seul pour définir ce disque, lequel choisirais-tu ?

Olivier Debard : Pastel.

Season Of Mist de Dead Horse One sera publié le 25 novembre 2016 via le label Requiem For Un Twister.

Tracklist : Dead Horse One - Season Of Mist
  1. Insight
  2. Season Of Mist
  3. Mesmerize Me
  4. Disconnected
  5. Today
  6. Mantis
  7. Sharon
  8. It's Been A While
  9. Sons Of God
  10. Forget About Jesus

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead […]
Dead Horse One

Dead Horse One au galop !

SK* a pris comme résolution de vous faire économiser de l’argent cette année. Et le concert gratuit à ne pas louper se jouera le 1er février 2019 au Supersonic (Paris) avec les deux groupes chéris de ces colonnes : San Carol et Dead Horse One.
Dead Horse One

[EXCLU] Dead Horse One – Echo Street

Les Dead Horse One ne chôment pas. Après avoir publié Season of Mist (2017, Requiem Pour Un Twister) et ouvert pour Ride et le Brian Jonestown Massacre, le groupe de Valence remet le couvert et annonce un nouvel album pour 2019. Et comme les Dead Horse One sont des gens élégants, ils nous font attendre […]
Dead Horse One

[EXCLU] Dead Horse One – Sharon

Dead Horse One est le groupe qui réussit là où tout le monde échoue. Après avoir fait une magnifique reprise de Swell (et Dieu sait que l’exercice est difficile), les Dead Horse One ouvrent actuellement pour Ride dans toute l’Europe. Et comme ces gens là ne savent pas s’arrêter, les voilà qu’ils publient un nouveau […]

Plus dans Découvertes

Grand Ressac

Ecouter (le) Grand Ressac

Grand Ressac, c’est déjà un nom. Car il y a tellement de noms de scène stupides. Grand Ressac c’est une évocation, ou peut être un souvenir d’école, à apprendre Rimbaud et son bateau ivre, « je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes / Et les ressacs et les courants : je sais le […]
FUR

Au FUR et à mesure

Produit par Theo Verney et mixé par Caesar Edmunds (Queens of the Stone Age, Foals, St. Vincent), le premier disque des Fur redonne confiance et promet un hiver radieux.
SUN GAZOL

En quête de Sun Gazol

A Tours il n’y a pas que la vie de château. Sun Gazol propose de suivre les aventures en dix titres de Nick Alvani, un flic dépité en quête de renommée.