Vidéo : Electric Guest – Dear To Me

Dear To Me d'Electric Guest annonce la suite de Mondo,leur premier album qui date déjà de 2012.

Dear To Me bénéficie désormais d’un clip avec en guest, les sœurs Haim. La voix de miel d’Asa Taccone virevolte dans les cimes pour un titre extrêmement dansant qui caresse nos émotions dans le sens du poil. Le groupe convie famille et amis pour un hug musical en noir et blanc que ne renierait pas Michael.

Electric Guest – Dear To Me

Discographie

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Electric Guest

Electric Guest en live : quand la Maro disjoncte

C’est en janvier 2012 que le titre totalement accrocheur This Head I Hold démarre son tour du monde viral, sans que le duo pop venu de L.A, Electric Guest ne s’y attende. Leurs noms ? Asa Taccone et Matthew Compton, têtes pensantes du projet, dont le premier album, Mondo plafonnera ensuite en haut des tops […]
Electric Guest - Back For Me

Vidéo : Electric Guest – Back For Me

Le duo californien Electric Guest vient de sortir un deuxième album, Plural et sera en tournée en France à partir du 12 avril dont le Transbordeur à Lyon le 20 avril et le printemps de Bourges le 21 avril.
Electric Guest - This Head I Hold

clip : Electric Guest – This Head I Hold

Electric Guest poursuit son ascension au pas de course et connait avec ce This Head I Hold les affres de l’audition. Une métaphore du mirage que peut être ce métier ?

Plus dans Son du jour

Augustincharnet-pleasedontdie

Vidéo : Augustin Charnet – Please don’t die

Augustin Charnet enfin dans la lumière. Après Kid Wise puis After Marianne et des mélodies pour Disiz et Damso ou Dinos, le voilà en solo avec un extrait de son premier album, Please don’t die .
Mattelliott-januaryssong

Vidéo : Matt Elliott – January’s Song

En Janvier, on voudrait du repos. Oublier les amours défuntes, les décès prématurés, les vœux hypocrites, les réformes iniques. Alors on écoute l’immense Matt Elliott avec désormais un saxophone envoûtant.