C’est en janvier 2012 que le titre totalement accrocheur This Head I Hold démarre son tour du monde viral, sans que le duo pop venu de L.A,
Electric Guest ne s’y attende. Leurs noms ? Asa Taccone et Matthew Compton, têtes pensantes du projet, dont le premier album, Mondo plafonnera ensuite en haut des tops internationaux pendant de nombreux mois.

Un succès tubesque inattendu peut-être, mais un talent bien présent, voué à se pérenniser. Ils viennent de le prouver en revenant avec leur deuxième album, Plural que le public parisien a pu découvrir en live sur la scène d’une Maroquinerie qui affichait complet en ce lundi 17 avril 2017.

Electric Guest – Dear to me

Et je dois bien le dire, ils m’ont agréablement surprise, car à l’image d’une musique très pop, j’avais peur d’un live un peu lisse et sans reliefs, mais c’était sans compter l’énergie solaire et le style bien à eux qu’ont les membres d’Electric Guest sur scène. Le duo, rallongé d’un batteur et d’un pianiste, a pris possession de la Maroquinerie avec une étonnante facilité, arborant chemises bariolées, bonne humeur communicative, puissance électrique et ondes positives.

Ils ont joué majoritairement Plural, finissant en beauté avec les très bonnes Devil et Dear to me sous une pluie de lumières chaudes, avec un Asa Taccone des plus charismatiques, en transe derrière son micro. Ils nous l’ont dit, ils aiment la France, ils aiment Paris, ça tombe bien, nous on les aime aussi, et s’ils reviennent on y sera sans souci !

Electric Guest - Plural

Date : 17 avril 2017
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Electric Guest - Back For Me

Vidéo : Electric Guest – Back For Me

Le duo californien Electric Guest vient de sortir un deuxième album, Plural et sera en tournée en France à partir du 12 avril dont le Transbordeur à Lyon le 20 avril et le printemps de Bourges le 21 avril.
Electric Guest - This Head I Hold

clip : Electric Guest – This Head I Hold

Electric Guest – This Head I Hold Electric Guest poursuit son ascension au pas de course et connait avec ce This Head I Hold les affres de l’audition. Une métaphore du mirage que peut être ce métier ?

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…