Difficile de décrire cette deuxième soirée initiée par Marguerite Martin et Richard Robert dans l’antre A Thou Bout d’Chant, capitale lyonnaise de l’humanité en chansons.

Ce moment musical appelé Whateverweplayyoucome #2 par leurs inventeurs a en effet surclassé la première soirée qui avait eu lieu il y a deux mois. D’abord parce qu’en ouverture, Zacharie J. Boissau, métamorphosé sans cornofulgure a bouleversé par sa simplicité sincère l’auditoire de ses reprises, que cela soit au piano (Randy Newman, Tim Hardin, Neil Young ou Bill Fay) ou à la guitare (Astrud Gilberto, Moondog ou le renversant Jimmy Campbell).

Fraternité musicale

Quand on cherche les synonymes du mot fraternité, mot qui surgit naturellement lorsque se présente sur scène ce bringuebalant big bazar poético amical et sensible du nom de Whatevershebringswesing (merci Kevin Ayers), le dictionnaire révèle une large litanie dont il est impossible de retirer le moindre mot : accord, amitié, amour, camaraderie, communion, compagnonnage, concert, concorde, confiance, confraternité, ensemble, entente, générosité, harmonie, intelligence, lien, paix, parenté, sodalité, solidarité, sympathie, union, unisson, unité. C’est ce que réussissent à fabricoter Marguerite, Richard et leurs zigs. Eugène Guillevic dans Mon domaine disait : « S’il suffisait – De tendre la main – Comme on tend l’oreille… » Pléthore de mains se sont tendues lors de ce moment suspendu et réconfortant.

Mais pour comprendre (ou pas) la nature de ce projet syncrétique et fraternel, il faut lire la profession de foi glissée sur les sièges d’une salle gorgée d’amitié et d’ondes positives.

« Poursuivant leur exploration musicale du bon plaisir et du gai savoir, les deux fondateurs de Whatervershebringswesing, Marguerite Martin et Richard Robert se produisent plus que jamais en fort belle et savoureuse compagnie. Olivier Longre, le doux dompteur d’instruments à cordes et vents, et Guillaume Itier, le magicien funambule des peaux et claviers sont toujours là. Tout comme la pianiste Marion Bondaz qui semble détenir dans ses doigts les plus subtils et ancestraux secrets de la sculpture sur ivoire et le chanteur guitariste Franck Lemonde, trouvère oblique pour époque trop rectiligne, descendant amoureux des rhapsodes, ménestrels et autres aèdes de tous les temps et de tous les pays.

Mais la caravane d’amis s’enrichit encore de deux nouveaux larrons et pas des moindres : d’un côté Zacharie J.Boissau, garçon sans âge qui prête généreusement ses mains, son cœur et ses chœurs déjà si merveilleusement patinés. De l’autre Greg Gilg, barde sans chaînes, musicien démonté, homme qui aimait les flammes vocales, homme qui sait ce que monter un chœur à voix nues veut dire.

Avec cette ribambelle d’âmes, toutes réunies par la même soif d’arpenter le paysage musical comme on battrait la campagne aux premiers jours du printemps, c’est à dire avec tendresse infinie, fougue incompressible, chamade au cœur et fraîcheur native, le chemin amorcé depuis quelques mois se poursuit. Soit une libre déambulation sur le terrain de la reprise, considérée non pas comme un exercice d’école, mais au contraire comme un tremplin vers moult plaisirs buissonniers. Avec toujours, en ligne de mire, une seule fin, : se jouer des cloisons et autres chicanes déposées par les crispés du ciboulot de toutes les engeances, ceux-là même qui voudraient nous éloigner des sentiers sinueux de nos seuls désirs. Allez hop ! en avant – fût-ce en zigzag, en crabe. »

Vous pouvez écouter ci-dessous les titres joués lors de cette soirée en regardant les photos de Fabrice Buffart.

Whatervershebringswesing

2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing
2016_12_06_whatevershebringswesing

Zacharie J. Boissau – Whateverweplayyoucome # 2

Whatevershebringswesing – Whateverweplayyoucome # 2

Photographe
Date : 6 décembre 2016
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…