Les fleurs empoisonnées Løzninger & Kitowski

Lozninger & Kitowski
Louis 08/03/2017

Løzninger revient en 2017 accompagné de la chanteuse américaine Kitowksi pour un nouvel album intitulé Crashing Clouds. Avant de découvrir ce disque, rendez-vous a été pris avec la moitié française de ce duo.

Comment as-tu connu le label Microcultures ?

Løzninger : Un concours de circonstances comme souvent. J’ai rencontré Jean-Charles Dufeu via des amis communs, Maéva Pensivy et Raphaël Streit qui lançaient sur Microcultures une ambitieuse compilation clips + vinyle appelé Songs From Another Room pour leur association Cat(s) Fight. Je participais à la compilation en tant qu’artiste aux côté de R. Stevie Moore, French Cowboy, St Augustine, Marc Desse et d’autres talentueux musiciens et j’ai filé un coup de main pour le graphisme et les clips. On est resté en contact et Jean-Charles m’avait dit qu’il aimerait beaucoup participé à un prochain album de Løzninger. Ça a pris un peu de temps et puis un jour il m’a relancé juste au moment où je préparais l’album avec Jessica. Pour diverses raisons, je n’étais pas vraiment chaud pour l’appel à participations, mais je me suis laissé convaincre avant tout pour l’aventure humaine, parce que quand on a la chance de rencontrer des gens aussi passionnés et motivés qui ont décidé de vous accompagner dans cette aventure parfois compliquée, on ne peut pas refuser. Et je ne regrette pas, c’est une belle famille que la famille Microcultures.


Løzninger & Kitowski – Roses Of Poison

Tu te rappelles du jour où tu as entendu Jessica Kitowski pour la première fois ?

Løzninger : Je me rappelle très bien, j’ai découvert sa voix sur Soundcloud avec quelques démos assez arides qui y traînaient. Très brute et minimale mais très intense. J’arpente souvent Soundcloud, Bandcamp et autres à la recherche de « voix ». C’est ce qui s’était passé pour mon autre projet Elektrisk Gønner, je recherchais une voix spécifique pour m’accompagner, entre hip-hop et rock, quelque part entre Yeah Yeah Yeahs et Pia Colonna des Bumblebeez, et c’est comme ça que j’avais découvert sur myspace, alors qu’elle était totalement inconnue et avant qu’elle ne chante pour Major Lazer. Dans les deux cas, les collaborations se sont faites naturellement et très rapidement. Pour Jessica, en écoutant ses démos, j’ai tout de suite été intrigué par son timbre particulier qui pouvait évoquer la puissance émotionnelle de Cat Power. Je lui ai envoyé un message et on a rapidement décidé de collaborer sur un titre qui est devenu Roses of Poisons.

Løzninger & Kitowski - Crashing Clouds

Quelle est l’histoire de Roses of Poisons ?

Løzninger : C’est Jessica qui a écrit les paroles de cette chanson. Je lui avais envoyé un instrumental d’un morceau inachevé sur lequel je ne chantais que sur le pont, des paroles assez mystérieuses. Elle s’en est inspirée et a recréé une histoire à la fois charnelle et fantasmagorique comme le retranscrit assez bien le clip de la chanson. Il y a toujours quelque chose de très personnel, profond et émotionnel dans les paroles de Jessica. J’aime beaucoup son écriture totalement en phase avec son chant. Ce que je ne savais pas à l’époque, c’est que Jessica avait décidé d’arrêter la musique (elle a son propre projet Pink Ray) et que mon message lui avait redonné « la foi » et l’envie de continuer. C’était notre première collaboration, tout s’était passé très vite et vu le résultat et les premiers retours sur cette chanson, on s’est dit que ce serait dommage d’en rester là.

Comment collaborez-vous avec Jessica ? Via le Net ? Comment appréhendes-tu cette nouvelle manière de faire ?

Løzninger : Oui, on a tout fait via internet et on ne sait jamais rencontré physiquement encore. Je sais que ce n’est pas tous les musiciens qui aiment collaborer ainsi mais c’est de plus en plus courant et tellement pratique, et si une relation de confiance s’installe, les choses se déroulent plutôt facilement. Ce n’est pas vraiment nouveau pour moi car dès les débuts d’internet, j’ai commencé à tisser des liens et collaborations avec de nombreux musiciens à travers le monde (Delicatessen, Chantal Acda, The Rodeo, Saw, Ben’s Symphonic Orchestra, Odessa Chen, Mexican Institute of Sound, Perio…) pour mes différents projets et je n’ai jamais arrêté depuis. À l’époque avec Oslø Telescopic, on avait un projet dans la continuité du Dominique Ø Project qui n’a jamais vu le jour, baptisé The Ghøst Project, qui poussait le concept encore plus loin en proposant un instrumental à différents musiciens (Delicatessen, Dawn Landes, Holden, The Thermals… et bien d’autres) et une fois qu’ils nous renvoyaient leur piste de chant, on reconstruisait un nouvel instrumental autour de leur voix. Je trouve que la voix est un fabuleux matériel à retravailler en tant qu’arrangement tout comme n’importe quel autre instrument et c’est très inspirant d’avoir la chance de travailler avec des voix singulière comme celles de Jessica ou MØ. J’aimerais parfois enregistrer des conditions plus live ou plus professionnelles, mais j’avoue en même temps que le confort et plaisir solitaires du home studio sont directement liés à l’élaboration des morceaux. Comme je joue et enregistre la plupart des instruments moi-même, je ne compte plus les titres qui se sont construits ainsi, grâce aux tâtonnements et expérimentations, chose souvent difficile en studio pro et ce serait dur de s’en passer désormais.

Vous comptez défendre ce disque sur scène ? Une tournée est prévue ?

Løzninger : J’espère vraiment qu’on aura la possibilité de le faire. Rien de vraiment prévu pour l’instant car c’est un peu compliqué comme Jessica habite vers Houston au Texas, je suis basé à New York et mes musiciens sont à Dijon. Mais la scène me manque et j’ai bon espoir qu’on arrive à caler ça au printemps. On va commencer à répéter d’ici peu et on vous tiendra au courant dans tous les cas !

Løzninger & Kitowski - Crashing Clouds

Tracklist : Løzninger & Kitowski - Crashing Clouds
  1. Crashing Clouds
  2. Soulz At Fight
  3. By Accident
  4. If You Ever
  5. Roses Of Poison
  6. (Backing) The Wrong Horse
  7. One Of These Days
  8. Love (Is Not So Strong)
  9. Still Waiting
  10. A.R.Ghøst

Retrouvez toutes les informations sur Løzninger & Kitowski sur le site du label Microcultures.

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Josienne Clarke

Avis de tempête : Josienne Clarke

Josienne Clarke entre dans votre vie en quelques secondes. Avec If I Didn’t Mind, le premier extrait d’In All Weather, on reste hypnotisé par cette douce ligne mélodique et par cette voix qui agit comme une déflagration. Et on se dit que la musique de Clarke ne va plus nous quitter.

Yo Yolande Bashing !

Rencontre improbable entre Alain Bashung et Yolande Moreau des Deschiens (pour le nom), fusion impromptue de Thiefaine et de Stromae, Yolande Bashing devrait révolutionner votre quotidien avec son premier album, le bien nommé Yolande et l’amour.

Jî Drû

Mâgnîfîque Jî Drû

Jî Drû s’apprête donc à passer en pleine lumière avec Western, son premier album solo. Producteur, arrangeur et membre de Push up! et Jî Mob, Jî Drû a déjà un CV bien étoffé. Il va lui rajouter une ligne le 18 octobre 2019 avec Western.

Lyssalane

Les rires et les larmes de LYSSALANE

En France, on a le choix… Si on aime le rock et avoir un mur de son en face de soi, on écoute Lysistrata. Si on aime le folk et les voix envoûtantes, on écoute les Lyssalane.

Faire ami-ami avec Special Friend

Découvrir les Special Friend à la fin d’une journée, c’est finir en beauté cette journée si celle-ci était cool. Et c’est se consoler avec leurs morceaux si la journée a été pourrie. Ecouter Before, c’est l’assurance de croiser les ombres de Stephen McRobbie et des Yo La Tengo… Ecouter Low Tide, c’est retrouver une présence…

Chuck The Handyman

Checke CHUCK the Handyman !

Mais pourquoi est-il si productif ? Car il est très doué. Après Dégage, après Amour Formica, Erwan Choquenet se lance en solo et publie un premier titre salvateur.

Pinky Pinky punchy punchy !

Papillons dans le coeur et oiseaux dans la tête avec le trio féminin caliornien Pinky Pinky !

Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Corridor

Corridor sort du placard

Le label historique de Seattle se met enfin au français avec Corridor, un groupe de Montréal

Tropical Fuck Storm

Tempête de cerveau avec TFS

Oubliez Ayers Rock, Nick Cave ou les mignons Parcels ou autres Tame Impala. L’Australie qui a quelque chose à dire se nomme TFS pour Tropical Fuck Storm et leur nom ne ment pas sur la marchandise : une musique atrabilaire qui vous prend aux tripes par son désespoir lucide, son anti-hédonisme, son no future 3.0.

V’la Hval !

Revoilà Jenny Hval ! En 2016, vous êtes peut-être passé à côté de Blood Bitch, son sixième album solo qui a été formidablement accueilli par la presse et les gens de bon goût. Elle revient à la rentrée avec The Practice of Love, un album (faussement) pop.

La grande évasion des Raptor !

Il n’y a pas que Banksy et le trip hop à Bristol ! Les Raptor viennent de sortir leur premier disque, Escapism enregistré à l’ancienne aux studios Bink Bonk et produit par Mat Sampson (Turbowolf, Kasabian).

Carriers

Carriers devrait faire carrière

Pilier de la scène de Cincinnati, Curt Kiser a monté le projet Carriers et arrive avec un premier album qui s’annonce comme un coup de maître.

LIFE

LIFE (is good)

On n’avait pas entendu parler de la ville de Hull (Yorkshire) depuis… Les Housemartins ? Le groupe Life, qui accompagne Idles sur leur tournée, devrait replacer cette ville sur la carte du rock avec leur album A Picture Of Good Health.

La musique très adroite de Gauche

Il n’y a pas que Fugazi à Washington D.C. ! Il y aussi Gauche qui s’apprête un sortir un joli disque chez Merge Records.

La chevauchée pop de The Soft Cavalry

Rachel Goswell n’a aucun défaut. Il y avait d’abord Slowdive et sa réapparition (impeccable) sur scène et dans les bacs des disquaires. Il y avait aussi Mojave 3, merveilleux trait d’union entre les années 90 et les années 2000. Et il y avait Waves Are Universal, son disque solo de 2004. Désormais, il y aura…

Sacré Gerry Cinnamon !

Liam Gallagher a triomphé à Glastonbury sans Oasis et a été désigné comme le grand vainqueur de l’édition 2019 de ce festival. Mais il y a plus fort que lui, un Écossais de 33 ans qui a triomphé sur scène, seul avec sa guitare. Son nom ? Gerry Cinnamon.

A ne pas rater dans Découvertes !