Julien Bouchard ou la boulimie pop

Julien Bouchard ©Jean Elliot Senior©Jean Elliot Senior
Louis - 07/03/2017

Du 18 au 23 avril 2017 se tiendront Les iNOUïS du printemps de Bourges. Trente-trois artistes tenteront de remporter le premier sésame qui leur permettra d’acquérir plus de visibilité grâce à leur participation future à la tournée des iNOUïs. Julien Bouchard participera à ce concours et pourrait bien le remporter car son disque est bluffant pour ne pas dire inouï !

Pour un premier disque, c’est franchement réussi. Songs from La Chambre démontre que Julien Bouchard sait écrire des chansons et sait émouvoir de manière diverse. Il vous faudra quelques jours pour écouter le disque dans son intégralité. En effet, il y a de fortes chances que vous appuyez sur la touche ‘repeat’ après avoir écouté une première fois l’inaugural 100 Regrets qui s’écoute 100 fois sans aucun regret.

Comment as-tu rencontré le label Hot Puma Records ?

Julien Bouchard : Le boss de Hot Puma est un ami de longue date. Il fait parti d’un autre label, Anoraksupersport sur lequel se trouvait mon projet antérieur -(The) Silent Days-. Lorsque j’ai décidé de faire un disque et de me lancer sous mon nom, il m’a proposé de venir sur Hot puma .

Tu as enregistré ce disque chez toi dans un studio que tu qualifies de « rudimentaire ». Qu’entends-tu par ce mot ?

Julien Bouchard : Ça n’était pas vraiment un studio mais plutôt un grand appart’. Je n’avais presque rien : un ordi, un micro, des guitares, un clavier et quelques éléments de batterie. J’ai presque tout fait avec le même micro. C’était une configuration ultra simple. J’ai quand même fait des prises batterie dans un vrai studio à Paris avec Elliot Burke.

Ce disque a été enregistré uniquement dans l’appartement que tu occupais. Combien de temps cela t’a pris ?

Julien Bouchard : C était un processus de création et d’enregistrement simultané sur presque une année, j’écrivais et j’enregistrais ce qui me plaisait directement,sous forme de démo dans un premier temps que j’approfondissais selon l’envie de mettre la chanson sur le disque ou pas. J’ai pris mon temps,j’ai essayé des choses. Mon objectif était de ne pas me stresser et de livrer un album qui me plaisait surtout à moi.

Tu dis avoir écrit pas mal de chansons… Comment as-tu fait ta sélection quant aux chansons de l’album ?

Julien Bouchard : J’avais presque une trentaine de chansons plus ou moins abouties. J’ai choisi naturellement celles que je préférais sachant que je souhaitais mêler cohérence et diversité. J’aime bien l’évolution que prend le disque quand tu l’écoutes d une traite. Je pense que le voyage entre les différents univers et plutôt réussi. Les chansons en français sont venues se greffer presque au dernier moment. C’est un peu la part d’urgence et de lâcher prise de l’album.

Des personnes sont venues chanter sur certaines chansons… Elles t’ont aidé d’une autre manière ?

Julien Bouchard : Tous les gens qui ont participé et tous les gens qui m’entourent jouent un rôle dans ma musique. Mes amis et ma famille m’aident beaucoup et ce sur plusieurs tableaux. Ils le font tous de différentes manières ; je me la joue solitaire mais je ne suis rien sans eux, j’ai la chance d’être bien entouré.

Qui joue sur cet album ? Uniquement toi ?

Julien Bouchard : Je joue la plupart des instruments exceptées les batteries et les percussions qui sont jouées par Vincent Loisy et Sergio Taronna ; j’ai quand même joué la batterie de party freaks. D’autres font quelques interventions, Eddy la gooyatsh au piano sur handguns ; Forteens, Ottavia Simonin, Laeticia Cupillard et ma fille font des chœurs sur quelques chansons.

Quelle est l’histoire de la pochette de ton disque ?

Julien Bouchard : C’est un dessin de l’artiste japonaise Emi Uda dont j’apprécie énormément le travail. Je lui ai demandé de me représenter, c’était la seule indication. Pour moi cette pochette colle à la perfection à ce qu’il y a dans le disque. C’est fourni, dense… Un genre de jungle qui représenterait le foutoir qu’il pouvait y avoir dans mon appartement, et le côté naturel de ce qu’il en ressort.

100 Regrets est la première chanson de l’album, le single… Quelle est l’histoire de cette chanson qui semble occuper une place privilégiée dans ton répertoire ?

Julien Bouchard : C’est la première chanson du disque mais une des dernières écrites et enregistrées, elle a chamboulé la vision que j’avais du disque. Une fois terminée, c’était la seule en Français, je me suis rendu compte que je devais en mettre d’autres, qu’l y avait quelque chose à faire, alors j’ai changé quelques textes et l’inspiration est venue très facilement pour d’autres chansons comme Si loin de toi ou Prendre le temps. Je pense que je vais privilégier ma langue maternelle sur le prochain disque, 100 regrets m’a totalement débloqué sur l’écriture des textes en français et ce presque au dernier moment.

Julien Bouchard – 100 Regrets

Et quelle est l’histoire de Colour of The Sound ?

Julien Bouchard : L’histoire d’une rupture, on a écrit cette chanson ensemble avec Ottavia (Simonin) qui joue du clavier avec moi sur scène, elle figure aussi sur mon premier ep, j ai décidé de la remettre sur l’album car elle est un peu spéciale pour moi, si tu arrives à comprendre les paroles malgré mon accent anglais assez aléatoire, tu peux t’en approprier le sens.

Quels sont tes projets pour les mois qui arrivent ? Des concerts ?

Julien Bouchard : Des concerts arrivent petit à petit, j’aimerais bien tourner et défendre ce disque en live le plus possible évidemment… Je viens d’être sélectionné pour aller jouer au Printemps de Bourges dans le cadre des iNOUïs, c’est vraiment chouette ! Je commence à enregistrer des chansons pour un prochain album, je vais collaborer sur quelques projets de potes et poursuivre ma vie tranquillement.

TOP 5

1) Ton disque préféré de 2016 ?

Julien Bouchard : Il y en a beaucoup, un préféré c’est compliqué . J’ai vraiment bien aimé Singing Saw de Kevin Morby (Pour ne pas dire The party d’Andy Shauf).

Le disque que tu attends le plus ?

Julien Bouchard : Je n’en sais rien du tout, mon écoute et l’attente que j’ai des disques ont un peu changé ces dernières années. C’est aussi dû à la multitude de bons albums et de super artistes qui sortent tous les jours. Il y a tellement de trucs intéressants tout le temps, partout…

Le refrain ultime ?

Julien Bouchard : Il y a beaucoup de refrains ultimes qui me scotchent au sol ! Ça dépend des jours… Le refrain d’un groupe « actuel » qui m’a vraiment tué ces dernières années c’est sur Overwhelmed with pride d’Avi Buffalo.

Le disque qui va forcément te décevoir ?

Julien Bouchard : J’aime Dinosaur Jr depuis très jeune mais j’avoue que je n’écoute pas les derniers albums, car pour moi, ils font exactement le même disque à chaque nouvelle sortie. Je ne dis pas ça comme une vérité. C’est juste mon ressenti donc logiquement le prochain album pourrait bien me décevoir…

Ta bande originale de film préférée ?

Julien Bouchard : Donnie Darko.

Julien Bouchard - Songs from La Chambre

Songs from La Chambre de Julien Bouchard est disponible via Hot Puma Records / Differ-ant.

Julien Bouchard sera en concert le 21 avril 2017 aux iNOUïs du Printemps de Bourges.

Julien Bouchard - Songs from La Chambre

Tracklist : Julien Bouchard - Songs from La Chambre
  1. 100 regrets
  2. Stolen love
  3. Handguns
  4. Always
  5. Si loin de toi
  6. Color of the sound
  7. Fear
  8. Blind kids at the stadium
  9. Hungry men
  10. Party freak
  11. Prendre le temps

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Le b.a.-ba d’Anna B Savage

Les premiers morceaux d’Anna B Savage avaient séduit Father John Misty en 2015 à tel point que ce dernier l’avait embarquée sur sa tournée. Cette année, Anna B Savage ouvrira pour Destroyer sur sa tournée européenne et sortira un album chez City Slang. Tout va bien pour notre américaine préférée.

Douce Pershanoush

Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

Beau comme du Manopolo !

Smoothie musical ! Voila les premiers mots qui sortent de la bouche de ceux qui écoutent Manopolo pour la première fois. Smoothie musical de luxe puis que ce duo n’utilise que des ingrédients de première qualité pour ses morceaux. Et surtout, à une époque où tout va plus vite que tout, Manopolo a décidé de…

Le monde est beau, The World is Haunted

Alors que nous sommes sans nouvelles de David Freel depuis l’ère Be My Weapon (Talitres), deux ex-Swell se rabibochent et viennent frapper à la porte avec The World is Haunted.

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

Soyez branché, écoutez les Ringards

Ils sont fans d’Oasis et des Libertines, ils viennent d’être mis en avant par la marque Fred Perry et ont trouvé le meilleur nom pour un groupe de rock. Arrêtez votre activité et écoutez les Ringards.

L’invitation de Pastel Coast

Les dernières bonnes nouvelles de Boulogne-sur-Mer concernant la pop remonte à… 1991. Cette année-là, Olivier Libaux sortait avec Jérôme Rousseaux le premier disque des Objets. Vingt-huit ans plus tard, Quentin Isidore et les Pastel Coast remettent les compteurs à l’heure dans les Hauts de France avec le très réussi Hovercraft.

The Pistachio Kid (is alright)

Help, I need somebody, Help, not just anybody, Help, you know I need someone, help chantaient les Beatles en 1965. En 2019, on chantonne doucement « Elp, I need my new elp ! » grâce à Violette Records.

Salvateurs Strawberry Seas !

Les Strawberry Seas ont la classe. Ils ont les bonnes influences, le bon son et le bon look. Et surtout de bonnes chansons.

Fanel

Fascinante Fanel

Après deux Eps The Mirror (2014) et You and I (2016), Fanel passe par la case album. Mélangeant toujours habilement la pop anglo-saxonnne et des influences nippones, Fanel redonne le sourire avec ses mélodies.

Furies

Des Furies en Trans !

L’édition 2019 des Bars En Trans devrait défriser sévèrement. Pourquoi ? Une seule raison à ce remontage de bretelles en règle : la présence de Furies en ville le 7 décembre 2019 au Mondo Bizarro, haut-lieu du punk et du métal rennais. SK* a pris un fer à friser en guise de micro et est…

© Juliette Henrioud

[EXCLU] Vidéo : Dream Parade – Fools to the World

Encore une belle pépite venant du Westeros musical avec les valaisans de Dream Parade et leur nouvelle toile, pardon titre, Fools to the World extrait de leur premier album, Sisyphus qui sort le 31 janvier 2020 sur l’excellent label Le Pop Club Records.

Working Men's Club

Au boulot les Working Men’s Club !

Ils sont aussi énervés que les Idles et regardent du côté de l’électro des caves de Londres. Ils s’appellent les Working Men’s CLub et sont la nouvelle égérie du très chic label londonien Heavenly Recordings (Mark Lanegan, Unloved, Saint Etienne).

This Is Not Your Animal

Un groupe qui cite Hüsker Dü en interview ne peut pas être un mauvais groupe. C’est le cas de Not Your Animal qui vient de sortir Not Rock And Roll… Comme un gosse de deux ans, ce groupe est dans sa période du non. Mais on lui dit un grand oui quand on écoute Cannibale…

A ne pas rater dans Découvertes !