Trônant discrètement sur le quai Bélu, La Lune des Pirates fêtera dans quelques jours ses trente printemps. Fondée par Les Indiens Picards en 1987 dans un quartier populaire à l’écart de la ville, La Lune des Pirates est aujourd’hui une salle de concerts confirmée dans un quartier totalement renouvelé. Aujourd’hui S.M.A.C. (Scène de Musiques Actuelles, un label délivré par le ministère de la Culture), cette salle de 250 places a accueilli de nombreux concerts et fait partie du patrimoine culturel des Amiénois (voire des Picards).
Pour fêter son anniversaire, cette salle a programmé une semaine complète de concerts. Nous sommes revenus avec Antoine Grillon, programmateur de la salle, sur cette future folle semaine.

Qu’est-ce que cela fait d’être le programmateur d’une salle qui fête ses 30 ans ?

Antoine Grillon : C’est un privilège et une responsabilité ! Un privilège car ‘La Lune’ a connu de grands artistes, et cela a contribué à forger sa réputation. Également les publics ont été habitués à découvrir des artistes peu médiatisés, il y a donc ce noyau de curieux qu’il faut continuer à satisfaire. Je crois de toute façon que c’est le point commun de tous les programmateurs qui sont passés par cette salle, qui, en fonction des époques et des affinités, avaient cette envie de proposer de nouveaux artistes, découvertes, innovants etc. Mais c’est aussi une responsabilité car La Lune est tellement ancrée dans le cœur des amiénois que les choix sont toujours très discutés. Mais je préfère cela que l’inverse : la musique et l’art en général doit susciter la critique, positive ou négative. Une direction artistique (et donc une programmation), par définition ne peut pas être complètement un consensus ! C’est un équilibre à trouver.

Comment as-tu bâti cette semaine ?

Antoine Grillon : Cet événement a été imaginé collectivement avec un groupe de travail qui s’est réuni régulièrement pour accoucher d’une idée cohérente. Au départ, on voulait faire 30 ans, 30 jours d’événements non-stop. Mais on s’est rendu compte que physiquement ça allait être compliqué. Nous sommes donc partis sur quelque chose de plus dense mais tout aussi qualitatif. L’événement sera à la fois un clin d’œil du passé avec la programmation de groupes qui ont marqué ‘La Lune’ mais aussi la reformation de certains projets. On finira avec un beau concert le 20 mai au Parc Saint Pierre avec French 79, Jabberwocky, Louis Aguilar et Peter Hook & the Light pour un hommage à Joy Division et New Order. On a hâte !

French 79 – Diamond Veins

Peux-tu m’en dire un peu plus sur la date d’Albin de la Simone. Tu lui as laissé une carte blanche d’après ce que j’ai compris ?

Antoine Grillon : Oui exactement. Albin a grandi à Amiens et on avait des connexions avec lui. Nous l’avons rencontré un midi avec Ludovic Leuleu (photographe de ‘La Lune’) et on avait envie de lui proposer de se réapproprier ‘La Lune’ le temps d’une soirée. C’est ici qu’il a vécu ses premiers concerts. Il en a de beaux souvenirs. Ce sont donc quelques membres de Zic Zazou qui proposeront une première partie à son concert. Même si ça fait quelques années qu’ils ne se sont pas vus, ils ont collaboré par le passé, et certains faisaient même partie de la bande des Indiens Picards, fondateurs de ‘La Lune’. C’était donc comme une évidence !

Albin de la Simone est originaire d’Amiens tout comme Margerin. Vous avez voulu ancrer cette programmation dans la scène locale ? Comment avez-vous sélectionné les artistes ?

Antoine Grillon : Nous avons surtout choisi des artistes qui ont un lien avec ‘La Lune’ et/ou une histoire particulière avec Amiens. C’était un peu le fil conducteur de toute la programmation. C’est super pour Pierrot Margerin qui joue le jeu car il ne fait plus de concerts aujourd’hui. On reforme Molly’s, The Name revient, Sandra Nkaké aussi etc. Mais c’est délicat car tous ne peuvent être présents, on aurait aimé inviter encore d’autres artistes mais une semaine c’est court. Il a fallu faire des choix.

Albin de la Simone – Le grand amour

Vous allez accueillir Peter Hook. Pas trop stressé ?

Antoine Grillon : On devrait ? J’ai deux échos : le premier c’est qu’il est adorable. Le deuxième c’est que c’est (c’était ?) un des plus grand gangster de Manchester. Ceci dit ce n’est pas incompatible. Dans tous les cas on est ravi d’accueillir ce gars qui est une légende du rock. Ça sera parfait pour ponctuer cette belle semaine d’anniversaire.

Peter Hook & The Light – Love Will Tear Us Apart

Quel est ton coup de cœur de cette semaine ?

Antoine Grillon : Le coup de cœur c’est l’événement. La programmation s’est construite de manière collective pour que chaque membre du groupe de travail s’y retrouve un peu. Ça, c’est déjà une performance ! C’est une approche très différente de la programmation habituelle de ‘La Lune’. Il n’y a donc pas spécialement de découvertes à mettre en avant, mais plutôt des artistes confirmés qui reviennent à ‘La Lune’ pour retrouver le public et faire une belle fête. A ce propos, l’après-midi du 13 mai sera une belle introduction avec un ‘Bruits de Lune’ spécial, la mise en place de l’expo participative, du blind-test spécial 30 ans ou de dj set des bénévoles !

Les [30 ans] de La Lune des Pirates se fêteront le temps d’une semaine de concerts dont voici le détail :

  • Le 15 mai 2017 avec Richard Allen et Shannon Wright
  • Le 16 mai 2017 avec Albin de la Simone et quelques Ziczazous
  • Le 17 mai 2017 avec Sandra Nkaké et Toma Sidibé
  • Le 18 mai 2017 avec Vadim Vernay (Dj Set), The Name et The Suuns
  • Le 19 mai 2017 avec Pierrot Margerin, The Molly’s et The Burning Heads
  • Le 20 mai 2017 avec French79, Jabberwocky et Peter Hook & The Light

Vous pouvez réserver vos places en cliquant sur ce lien.

Les visuels utilisés dans cet article sont signés Olivier Biks.